Chapitre IV

Aller en bas

Chapitre IV

Message  Sniezde (admin) le Dim 19 Aoû - 19:41


THE CALL
écrit par http://the-call.skyblog.com


Chapitre IV
♫Peur♫


La peur se caractérise par un mécanisme de survie, survenant suite à une menace ou une attaque. Elle s'empare de vous et s'écoule lentement dans vos veines, tel un poison s'insinuant jusqu'au plus profond de votre être, pour ne plus vous quitter. A chaque seconde, cette peur peut s'emparer de vous et prendre le contrôle du tout ou parti de votre esprit; sans même que vous puissiez vous y attendre. Elle se faufile, tel un anguille, dans chaque recoin sombre de votre âme et fait ressurgir tous les mauvais souvenirs que vous possédez. Dans ces moments-là, une seule et unique chose peut vous aider, une chose propre à chacun, qu'il est parfois difficile à trouver : son catalyseur. Une pensée spécifique pour certains, un objet rassurant pour un autre, un guide pour celui qui s'y perd. Et puis, il y a ceux qui ne peuvent transporter cette chose partout avec eux, qui ne peuvent qu'attendre son arrivée pour aller mieux.
C'était le cas du jeune homme allongé sur ce lit poussiéreux, qui regardait fixement le plafond en espérant que ces noirceurs le quitte. Qui sursautait à chaque fois qu'une porte s'ouvrait trop violemment et qui devait contrôler sa tachycardie à chaque mouvement qu'il apercevait en dehors. Son catalyseur n'était pas là, il ne pouvait le contraindre à passer son temps ici, c'était même lui qui lui avait ordonné de sortir. Il l'avait veillé sans cesse et sans plaintes depuis ce matin. Mais le jeune homme, bien que rassuré par la présence de ce catalyseur, avait également besoin de solitude. Ou plutôt, besoin de ne pas le voir durant un certain temps, besoin de s'accorder à lui-même quelques secondes de répit. Il préférait encore la peur à la douleur, et chaque fois qu'il croisait les yeux de celui qui repoussait toutes ces peurs, il souffrait intérieurement de ne voir que de l'amitié dans ces derniers. Alors, il l'avait forcé à sortir pendant un moment, lui assurant que tout allait bien, pour avoir le temps de se remettre les idées en place. Les idées le concernant du moins, car toutes les autres refusaient de s'ordonner.

Harry se rappella de leur première rencontre à Louis et lui, il y a moins de deux ans de cela, lors de leur participation à X Factor. Il avait appris à connaitre ces quatre garçons, pour lesquels il avait éprouvé une sincère affection, dès le début de l'aventure. Mais avec Lou, tout avait été si différent. Il le revoyait encore lui sourire, à l'autre bout de cette pièce; un sourire simple, mais sincère. Le genre de sourire auquel l'on ne peut que répondre. Puis l'aventure avait commencé, réellement, et Harry avait senti que Louis Tomlinson n'était pas quelqu'un comme les autres. Il se permettait tout près de lui, des rires aux larmes, et était si vite devenu dépendant de sa personne. Ils passaient le plus clair de leur temps ensemble, déjà, et plus les semaines passaient, plus ils s'étaient sentis liés. Lors de leur défaite, il avait été le seul à réussir à combler sa tristesse et à lui faire prendre conscience qu'un tel parcours était déjà merveilleux. Puis tant de choses s'étaient enchaînés. L'enregistrement de leur première chanson, la tournée X Factor, les interviews à la chaine, les débuts de la célébrité, la sortie de What Makes You Beautiful etc. Ils vivaient à un rythme infernal, mais restaient unis dans les meilleurs comme les pires moments, et jamais leur relation n'avait faibli. Ils étaient restés les mêmes, toujours si simple, toujours si proche, peut-être plus encore. Puis Harry se pencha sur un point précis... Quand? Quand ces sentiments pour son meilleur ami avaient-ils commencé à changer? A quel moment est-ce que cette amitié si forte s'était transformé en un sentiment différent, qu'il n'avait pas su comprendre dès les premiers instants? Il avait beau chercher, il n'arrivait pas à se souvenir d'une date précise. Son affection s'était différencié petit à petit, sans qu'il n'ai aucun contrôle dessus. Hazza avait commencé par regarder Louis différemment, par se sentir coupable de certains gestes, puis il avait pris d'un mauvais oeil toute personne féminine s'approchant de lui, sentant un sentiment de possessivité s'emparer de lui à ces instants-là. La première fois qu'il s'était posé la question, il se trouvait en mauvaise posture, au-dessus de son meilleur ami, et avait été irrésistiblement attiré par ses lèvres. Le bouclé savait, au plus profond de lui-même, que ses sentiments étaient antérieurs à cet événement; que ce dernier n'avait fait que lui faire prendre conscience une première fois de cette possibilité, mais qu'il avait encore dû attendre cette Lyna pour ne plus se voiler la face. Aujourd'hui, il ne doutait plus, plus de ses sentiments. La seule chose dont il doutait encore, était de lui-même.


*__*

« Je suis vraiment stupide...
- Niall, nous aurions tous fait pareil; le réconforta Liam.
- Mais c'est moi qui lui ai ouvert, c'est de ma faute. J'étais plongé dans la télé, je n'ai même pas eu la présence d'esprit de lui demander ce qu'elle voulait.
- Tu n'y es pour rien la dedans, ne cherche pas à te croire fautif; lança Louis, se posant près d'eux dans le salon.
- Il va mieux? »

Personne ne prit la peine de demander de qui parlait Niall, ils en avaient tous conscience. Bien qu'affecté tous les cinq par le comportement de la jeune fille, Harry en avait évidemment été le plus touché. Les garçons n'avaient pas encore discutés ensemble de l'événement, mais il apparaissait clairement qu'ils se demandaient tous si cette Lyna était réellement venue uniquement dans le but de faire du mal au plus jeune d'entre-eux.

« Pas vraiment, même s'il essaie de me persuader du contraire. Ou de se persuader lui-même; soupira finalement Louis. Nialler s'il te plaît, ne lui montre pas que tu t'en veux. Il se sentira coupable et sera plus mal encore... Et puis, je suis le seul responsable, on le sait tous.
- Ne pars pas avec cette idée-là en tête.
- Regardez la vérité en face! A ramener n'importe qui ici, j'aurais dû me douter que je pouvais tomber une folle furieuse; poursuivit Louis, paraissait pourtant très serein. Si Zayn était là, il confirmerait.
- Zayn n'a pas la parole de Dieu tu sais.
- Non, mais il est plus lucide que vous apparemment. Il est où d'ailleurs?
- Je sais pas vraiment. Il a dit qu'il partait, sans vraiment préciser où; répondit Liam, paraissant, lui, bien moins serein que son aîné.
- Le jour où tu sauras mentir, on aura fait un grand pas en avant mec; rigola Louis. Mais on ne peut pas dire que tu n'essaies pas.
- Il n'a pas tort; glissa Niall, ayant retrouvé un semblant de sourire.
- Traître; lui siffla Liam.
- Bon alors, où?
- Parti voir le management. Il refuse qu'une telle chose se produise à nouveau alors...
- Et il compte leur demander quoi? De nous ajouter une surveillance permanente devant l'appart? Pour qu'on se sente épié encore un peu plus. Je refuse Liam! cria Louis. Je refuse de vivre comme un ermite parce qu'une fille, une seule, à fouillé notre maison. Et je ne veux pas de ça pour Hazza non plus, il ne surmontera pas cette épreuve si un mec le suit chaque fois qu'il fait un geste. Je refuse de lui imposer ça! »

Ce n'est qu'à la fin de sa tirade que Louis se rendit compte que crier sur Liam et Niall ne servirait à rien. Tout comme le fait d'avoir voulu s'en prendre à Zayn lorsqu'il rentrerait. Ils pensaient à leur sécurité, à celles de leurs proches également, et ne faisaient pas cela avec de mauvaises intentions. Et puis, le pakistanais n'était peut-être même pas parti voir le management avec ce but-ci, il y avait de fortes chances qu'il ai seulement voulu leur en faire part. Et, connaissant le caractère de Louis, celui-ci avait insisté pour que Liam ne lui fasse pas part de son projet.
Le plus âgé aurait voulu s'excuser auprès de ses amis, ceux qui lui étaient le plus proches et le plus chers, mais il ne le pu. Pas par fierté, mais parce que malgré tout, ce qu'il avait dit était vrai. Si l'idée d'une garde permanente était vraiment exploité, il ferait tout son possible pour l'empêcher. Il connaissait Hazza, mieux qu'il ne se connaissait lui-même sûrement, et se sentir étouffé et surveillé par un énième garde du corps le retrancherait dans ses dernières limites. Louis l'aiderait, lui. Il veillerait sur lui jour et nuit s'il le fallait et si Hazza en ressentait le besoin, mais il déclinerait l'offre si elle venait de l'extérieur; pour Harry avant tout. Il s'apprêta à prendre congés de Liam et Niall, voulant retourner veiller sur son meilleur ami, mais il se souvenu que ce dernier l'avait légèrement forcé à sortir. Il devait avoir besoin de solitude après ça. Louis rejoignit alors sa chambre et commença à préparer doucement ses affaires pour la tournée. Demain serait leur dernier jour de repos avant, sans doute, un long moment.


*__*

Zayn était rentré peu de temps après que Louis ai laissé Niall et Liam seuls au beau milieu de la pièce. Les deux garçons lui avait expliqué la réaction de leur aîné suite à leurs dires et le métisse s'était empressé d'aller le rejoindre. Il l'avait trouvé devant la fenêtre de sa chambre, complètement perdu dans ses pensées, et avait longuement hésité avant de le déranger dans celles-ci. Mais le sens du devoir plus présent que jamais, Zayn avait opté pour le dérangement. Il s'était attendu à ce que Louis ai gardé un semblant de colère en lui et fut surpris de voir un sourire se dessiner sur ses lèvres lorsqu'il avait vu qui était son visiteur. La première parole fut prononcé par le propriétaire de la chambre, avec une voix faible qui aurait pu paraître un murmure : « Désolé ». Intrigué par la véritable signification que pouvait avoir ce mot, Zayn s'était approché de son ami et avait posé sa main sur son épaule. C'est un regard brumeux, et encore empli de larmes, qu'il avait alors croisé. Il n'eut pas besoin de mot pour montrer à Louis qu'il était là, il s'était contenté de resserrer la pression de sa main sur son épaule. Alors, seulement, le clown de leur bande s'était laissé aller. Il avait trouvé en Zayn une oreille attentive, une personne présente pour lui et non l'inverse. Il lui avait fait part de tout ce qui le tracassait, comme s'il avait besoin de le faire pour pouvoir se sentir mieux.
Louis s'était excusé d'avoir parlé à ses amis de cette manière, sachant délibérément qu'ils n'avaient rien à voir avec sa colère. Que la seule colère qu'il portait en lui, se dirigeait contre lui-même. Oui, désolé et en colère d'être la cause de tout ceci. Il n'avait jamais pensé à mal en invitant cette étrangère chez eux, et il s'était dit que, pour une fois, il pouvait bien se faire plaisir. Il n'avait simplement pas songé que la seule personne qu'il ai jamais ramené à leur domicile provoquerait tant de dégâts au sein de leur habitat. Il s'était excusé de toutes ces choses, se maudissant d'être, indirectement, la cause du mal-être d'Harry. Mais il en avait profité également pour mettre à nu cette autre douleur, qu'il sentait s'agrandir au fil des jours, et qu'il n'arrivait pas à refermer. Il avait profité que Zayn soit là, uniquement pour lui, pour laissé échapper la faiblesse qu'il sentait s'envahir de lui... Hazza. Hazza était son meilleur ami, sa moitié, et pourtant il le sentait s'éloigner. Son curly n'agissait plus avec lui comme il le faisait avant. Louis avait essayé de se dire que c'était une passe, que son ami avait besoin de solitude pour une raison quelconque, mais voilà bientôt un mois que cela durait. Et même si aux yeux des autres, ils semblaient toujours aussi proches, l'aîné sentait, au plus profond de lui, qu'il manquait cette flamme qui avait toujours enveloppé leur bromance.
Alors, après avoir écouté attentivement l'un de ses meilleurs amis, Zayn avait fait tout son possible pour l'aider. Il lui avait fait prendre conscience que ce qui les liaient, Harry et lui, était bien trop fort pour qu'il ai une quelconque raison de douter. Zayn avait appuyé sur des évènements passés, dont seul Louis avait aidé Harry à se relever et avait mis le doigt sur cette nouvelle épreuve qui assaillait le plus jeune d'entre-eux. Tous savaient que le bouclé se serait muré dans le silence si Louis n'était pas resté près de lui aujourd'hui et que seul son aîné avait le pouvoir de lui faire extérioriser ce qu'il gardait habituellement encaissé au fond de ses tripes. Le temps d'un court instant, Zayn avait été le Louis de Louis, l'aidant dans ses choix, comme ce dernier le faisait avec son meilleur ami, et avait réussi là où, habituellement, seule une personne en aurait été capable.

A présent, tout allait pour le mieux. Zayn avait redonné au mécheux sa joie de vivre, et le dit mécheux, accompagné de ses acolytes, avait tout mis en œuvre pour sortir Harry de sa léthargie. Ils étaient tous les cinq assis sur le lit du bouclé, à rire et se remémorer des souvenirs qu'ils n'avaient pas potassés depuis des mois. Dans le cœur de tous, il n'en ressorti qu'une seule et même chose : ces instants avaient été trop peu présent ces derniers temps, alors qu'ils leurs étaient pourtant si bénéfiques. Ils se jurèrent, chacun pour soi, que même malgré la fatigue et les emplois du temps surchargés qu'ils accumulaient, ces instants devaient ressurgir. Pour leur bien à tous.



N'hésitez pas à donner votre avis Smile
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum