Chapitre III

Aller en bas

Chapitre III

Message  Sniezde (admin) le Lun 20 Aoû - 18:06

Auteur : To Be With You

Se souvenir de nous
Chapitre III




PAR HARRY STYLES


« Je t'aime Louis. »

Et on s'embrassait. On s'embrassait, et se fut d'abord doux, timide. Amoureux. Puis passionné. L'envie montait, encore, et encore. Je pouvais sentir la chaleur de son corps, le désir monter en lui. Alors que je passai mes mains dans ses cheveux, tout devint plus sensuel. Finalement, à bout de souffle — et à contre cœur — nous nous séparâmes. Il restait très proche de moi, si proche que j'arrivais toujours à apprécier son souffle contre mes lèvres. Il souriait, et moi aussi.

Je me retournai pour plonger mon visage dans les oreillers qui se trouvaient dans mon lit.

« Aller Harry, dépêche-toi ! J'ai promis à tout le monde qu'on serait à l'heure ! », râla mon colocataire tout en allant ouvrir les volets de ma chambre.

Je ne lâchai qu'un grognement, histoire qu'il comprenne que j'étais bien réveillé et revenu à la triste réalité. Ce n'était qu'un rêve, un malheureux rêve, un énième fantasme. Je me redressai, sourcils légèrement froncés. Je le regardai sourire de satisfaction en me voyant me lever, et prendre la direction de la douche.

« C'est bon, j'arrive... », marmonnai-je d'une voix enrouée.

Je fis couler l'eau, après avoir soigneusement refermé la porte derrière moi. Je retirai le simple boxer que je m'étais contenter de mettre comme pyjama. Je me plaçai sous l'eau, qui commençait à ruisseler le long de mon corps. Ce rêve était une véritable torture. Bon sang, pourquoi fallait-il que je tombe amoureux de lui ? Je devrais laisser tomber tout ça. L'oublier. Ce que j'aurai du faire depuis le tout début. Depuis le premier jour. Je devrais prendre mes distances avec lui, juste un peu ; mais c'était trop difficile. Et même si j'essayai, je ne résisterai pas bien longtemps.
Plusieurs minutes s'écoulèrent, plutôt lentement. Je l'entendis toquer assez fort à la porte, ce qui me sortit de mes songes. Je coupai l'eau.

« Harry-...
-Oui oui, je me dépêche !» Le coupai-je, agacé.

Je sortis en enroulant une serviette autour de ma taille, en prenant une pour mes cheveux au passage. Je me redirigeai vers ma chambre, pour aller choisir rapidement mes vêtements — que j'enfilai tout aussi rapidement. Je retournai dans la salle de bain pour me coiffer, alors que Louis commençait sérieusement à s'impatienter dans le salon, me semblait-il.
Je fis mon apparition devant lui et il ne retint pas un « pas trop tôt ! » tout en prenant en main les clefs de sa voiture.

* * *

Je me retrouvai donc là, assis autour d'une table sur la terrasse de la maison à Liam, à supporter...l'insupportable. Demain, nous devions partir en Amérique, pour notre tournée. Et évidemment, Louis avait eu l'ingénieuse idée de tous nous réunir avant que l'on ne parte. Il se trouvait donc ici les One direction, Danielle, et inévitablement Eleanor. J'avais beau chercher, je ne voyais nullement l'intérêt de cette journée. Je m'ennuyais à mourir, et tout ce qu'on faisait, ou plutôt ce que faisait les autres étaient de discuter. De parler de choses aussi inutiles soient-elles, et de bécoter son copain ou sa copine sans arrêt.
Je ne pouvais m'empêcher de les regarder tout les deux avec le plus grand mépris du monde, et de me réjouir de voir que la brune était de plus en plus gênée, au fur et à mesure que le temps passait. Je me lassai tout de même bien vite de la situation, et préférai « profiter » un peu de ce moment que je partageais avec les garçons, et Danielle — car je n'avais absolument rien contre elle contrairement à Calder. Je me prêtais donc un peu plus aux conversations, finalement plus pour éviter les reproches de Louis parce que je tirais la gueule qu'autre chose.

« Je vais aux toilettes... », déclara soudainement Eleanor en se détachant enfin du mécheux.

Je murmurai un « pas la peine de revenir... » en la regardant se lever et partir. J'aurai certainement dû m'abstenir, puisque Louis ne perdit pas de temps pour dire :

« Je ne suis pas sourd et elle non plus, Harry.
-Je n'ai rien dit, grognai-je en reportant mon attention sur lui.
-Bordel mais t'es vraiment un gamin ! Grandis un peu, t'as plus treize ans ! S'énerva-t-il. Enfin ça, qui peut en être sûr en fait ?
-Lâche-moi, t'es gonflant... »

Il soupirait bruyamment, croisa ses bras contre son torse et me regardais avec insistance. Plus personne ne parlait depuis ces quelques secondes, un atmosphère tendue s'étant installée et amplifiée lorsque la brune revint s'asseoir. Et le temps se remit à passer aussi lentement qu'au début, si ce n'est dix fois plus lentement. Seul Niall et Zayn arrivait à faire parler un peu tout le monde, avec tout le mal possible. Tout ce que je voulais maintenant, c'était rentrer et rester seul. Seul avec Louis, comme on l'avait toujours été avant elle.

* * *

Je franchis le seuil de la porte et posai les clefs sur le meuble non loin de là. Louis partait dans sa chambre, puis revint peu après pour s'installer sur le fauteuil, lâchant un long soupire. Il passait une main sur son visage, et moi, je le fixai, statique. Un silence, pesant, régnait dans l'appartement.

« Désolé..., soufflai-je, voulant mettre fin à ce trop plein de calme.
-De quoi est-tu désolé, exactement ? Demanda-t-il en ne me jetant pas même un petit coup d'oeil.
-D'avoir...enfin... »

Je cherchais mes mots, sans les trouver.

« Tu es énervé contre moi, alors je m'excuse, c'est tout ! Finis-je par déclarer.
-Qui t'as dit que j'étais énervé ?
-Tu ne m'as pas adressé la parole depuis la discutions qu'on a eu dans le salon chez Liam, alors j'en conclus que t'es remonté contre moi !
-Je voulais juste profiter du temps qu'il me restait avec ma copine avant de partir. Toi, je vais t'avoir dans les pieds pendant toute une tournée, alors tu peux bien te passer de mes attentions un jour non ?
-Non ! Répondis-je immédiatement après, et c'est seulement à ce moment qu'il posa ses yeux sur moi.
-Non ? », répéta-t-il, haussant un sourcil.

Je détournai le regard. Je l'entendis rire un peu. Voilà que je plongeai mes yeux dans les siens. Il se leva, et venait m'enlacer. Je m'empressais de passer mes bras autour de lui, aux anges.

« Je suis désespéré, je n'arrive pas à t'en vouloir, grogna-t-il.
-C'est l'effet des boucles..., souris-je.
-Sans doutes, rigola-t-il, passant d'ailleurs une main dans mes cheveux. Enfin, elle tu la verras plus avant un moment, maintenant, tu devrais être content, ajouta-t-il.
-Je la taquine un peu mais je l'adore !
-Ne sors pas d'aussi gros mensonge de ta bouche, Harrold, me réprimanda-t-il.
-Ne dis pas que je ne fais pas d'effort après ça, hm...
-Je vais préparer ma valise et dormir. Je suis fatigué. », se justifia-t-il en me lâchant.

Il partit dans sa chambre, et ferma la porte derrière lui. Je m'installai devant la télé, et fixais l'écran durant plus d'une heure et demi, avant de l'éteindre. Je retirai mon t-shirt, tout en me dirigeant à mon tour dans ma chambre. J'enlevai par la suite mon pantalon, que je jetais au sol. Je m'assis sur le lit, et pris mon téléphone qui traînait sur la table de chevet. J'envoyai un message, et m'allongeai, attendant patiemment la réponse — qui arriva une ou deux minutes plus tard. Je souris en lisant, et davantage en voyant Louis ouvrir la porte de ma chambre.

« Peur de faire des cauchemars, hein ? », souffla-t-il un brin amusé.


PAR LOUIS TOMLINSON



Je claquai la porte de la voiture, et remerciai mon ami qui me donnait mes deux valises. Je commençai à courir, suivis de Harry. Une fois encore, nous étions en retard — et je pouvais entendre d'ici les garçons nous faire la morale. Je pénétrais dans l'aéroport, et regardai partout autour de moi.

« Si ça se trouve, ils sont déjà dans l'avion..., murmura le bouclé.
-Ou alors ils sont partis sans nous ! Bien joué ! Soufflai-je, exaspéré. Avec toi, on arrivera jamais à être une fois à l'heure.
-TU as oublié de mettre le réveil que je sache, se défendit-il.
-Qui a préparé sa valise à la dernière minute?
-Regarde ils sont là, pas la peine de me faire toute une histoire. », fit-il en levant les yeux au ciel tout en se dirigeant vers les garçons.

Je les rejoignis, et bien sûr nous n'échappions pas aux remarques idiotes qui nous firent tout de même rire un peu. Nous rentrâmes dans l'avion rapidement — car il aurait été bête de le loupé maintenant — et je m'installai comme à mon habitude aux côtés de Harry.
Oui, c'était devenu une habitude...« jamais l'un sans l'autre » peut bien nous définir. Harry et moi, après avoir été rassemblé à x-factor, nous étions tout de suite bien entendu. Certes, je m'entendais très bien avec Liam, Zayn et Niall, mais Harry...Harry, c'était différent. Si j'étais une fille, je dirais que c'était un peu comme mon « coup de foudre ».
Je le regardai appuyer sa tête contre mon épaule, et fermer les yeux, un léger sourire aux coins des lèvres.
Malgré tout, ces deux mois derniers étaient devenus un enfer pour moi. Il ne se passait pas un jour où l'on ne se prenait pas la tête à cause de mon couple, même quand elle n'était pas en face de lui. Je lui en voulais, en un sens. Je m'attendais à un autre comportement de sa part en la lui présentant, ou juste en lui annonçant que je n'étais plus célibataire. Je pensais qu'il sourirait, comme il le faisait toujours avec moi, et qu'il me dirait qu'il était content pour moi. Et en y repensant, il avait fait tout le contraire...

Flash Back.

« T'es...que...quoi ? Articula-t-il difficilement.
-Bah...je sors avec une fille. Qu'est-ce qu'il y a de compliqué à comprendre ? Demandai-je, haussant un sourcil.
-Mais tu ne m'as jamais parlé d'une quelconque fille !
-Je t'en parle maintenant...
-C'est un peu tard tu crois pas ? Fit-il, énervé, et j'étais de plus en plus surpris par sa réaction.
-J'aurai sûrement dû t'en parler avant, mais...enfin, là je te le dis et...
-C'est bon, laisse tomber. Félicitation ! », lançait-il, sarcastique tout en allant s'enfermer dans sa chambre.

Fin du Flash Back
.


Je soufflai discrètement. Pour tout dire, je me demandais encore s'il se sentait délaissé, ou plus simplement s'il était...jaloux d'elle. Et bien que j'eus déjà, de nombreuses fois, essayé d'en parler avec lui, je ne songeais même plus à cette possibilité. Si toute sa « jalousie gratuite » ne dépassait pas les limites du raisonnable, ça ne me dérangerait absolument pas, je pourrais même trouver ça mignon...
J'eus un léger rire. Non, dans tout les cas, c'était mignon. Aussi bizarre que ça pouvait paraître. Même si sur le coup, ça pouvait m'énerver.

« Tu ris tout seul Lou' ? Ca devient grave..., se moqua gentiment Harry en me regardant.
-Je pensais à quelque chose de drôle, expliquai-je.
-Encore heureux, parce que si tu riais sans aucunes raisons, je ne serais pas resté ici plus longtemps. »

Je le tapai amicalement, et nous nous mîmes à rire.

* * *


When he opens his arms and hold you close tonight
It just won't feel right
'Cause I can love you more than this, yeah.
When he lays you down, I might just die inside
It just don't feel right
'Cause I can love you more than this
Can love you more than this...


Sous les applaudissements, les cris, les hurlements des fans, nous partîmes de la scène en les remerciant et en les saluant. Je redonnai mon micro à la personne qui s'en occupait, souriant. En partant du bâtiment, nous signâmes quelques autographes, prîmes quelques photos, et partîmes en voiture, bien qu'avec du mal à démarrer avec les fans qu'il y avait déjà tout autour. Mon regard se dirigea vers Harry, qui parlait du concert avec Liam, et je me maudissais intérieurement de penser ce que je pensais : il était horriblement beau. Pourquoi je pensais ça — surtout si soudainement — je n'en savais rien, mais je le pensais. Une fois de plus, il avait chanté magnifiquement bien, faisant hurler plus de mille personnes à chaque solo qu'il entamait. Lorsque Liam lui ébouriffa les cheveux, en le serrant contre lui, j'eus un pincement au cœur. Encore une fois : pourquoi ? Il ne m'appartenait pas. C'était complètement idiot. Il sourit, rit, et je ne pouvais pas m'empêcher de le trouver encore plus beau que d'habitude.
Je secouai un peu la tête de droite à gauche, voulant chasser ces pensées de ma tête, et me concentrai sur la route que j'observais par la fenêtre près de moi, essayant de ne plus fixé le bouclé — et ne plus le dévorer des yeux par la même occasion. Plusieurs fois, Niall, qui était installé à côté de moi me demandait ce qui n'allait pas pour que je ne dise pas un mot, et plusieurs fois je lui répondais que ce n'était que la fatigue. Car oui, pour éprouvé une quelconque attirance envers mon meilleur ami, je ne pouvais qu'être fatigué.
Une demi heure passa, et nous arrivâmes enfin à l'hôtel. Evidemment, un paquet de filles nous attendaient devant, et nous ne les saluâmes que très partiellement puisque la sécurité ne voulait pas qu'on s'éternise. On nous donna le choix entre chambre simple ou double, et j'en pris une pour une seule personne — ce qui eut, sans surprise, le don d'énerver un peu Harry qui devait penser qu'on se mettrait ensemble cette fois.

« Désolé Haz', j'ai juste besoin de tranquillité ce soir, lui souris-je pour calmer ses râles.
-Tu vas dormir avec moi. J'ai pleins de trucs à te raconter !», déclara Niall en souriant de toutes ses dents à Harry, et cette fois ci, ce fut Zayn qui avait l'air de ne pas être content.

Le pakistanais ne dit pourtant rien, et se contenta d'aller dans sa chambre. Je le suivis, empruntant l'ascenseur cette fois-ci. Les trois autres garçons restèrent un moment devant les vitres du rez-de-chaussée de l'hôtel pour continuer de faire des signes aux filles.

« T'aurais pas pu dormir avec Curly hein ? Marmonna le brun, faisant un peu la moue.
-Désolé d'avoir dérangé ta nuit de rêve avec ton bel Irlandais, riais-je.
-Tu peux l'être, ouais, ria-t-il à son tour en me tirant un peu les joues.
-Ca va pas te tuer qu'il dorme avec quelqu'un d'autre pour UNE nuit ! »

Il me lâcha lorsque l'ascenseur fut arrivé au bon étage, et empoigna ses valises.

« Je voulais lui parler, ce soir..., murmura-t-il et je sortis aussi de la cage.
-Tu peux me parler à moi aussi ! »

Il s'esclaffa à nouveau. Il me souhaita une bonne nuit, et je le lui retournai, avant de rentrer dans ma chambre, laissant traîner mes valises près de mon lit — où je m'étais affalé directement. Je passai une main sur mon visage, lâchant un grognement. J'entendis la porte de ma chambre s'ouvrir.

« Je suis venu te faire ton câlin du soir... », souriait innocemment le bouclé.

Je me relevai, et ouvris mes bras en lui rendant son sourire, attendri de voir qu'il n'arrivait pas à me bouder plus de quelques minutes. Mon cœur accéléra lorsqu'il venait se nicher contre moi. Et je ne comprenais pas, je ne comprenais rien. Ca ne m'était jamais arrivé. Certes, j'avais toujours apprécié ses câlins, ses étreintes, mais jamais en se serrant contre moi il avait déjà fait battre mon cœur si rapidement auparavant.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum