La troisième nuit (Rating : M)

Aller en bas

La troisième nuit (Rating : M)

Message  Sniezde (admin) le Lun 20 Aoû - 17:16

La troisième nuit


« Dis Harry, est-ce que tu comprends ce qui nous arrive ? »

Harry ne répondit pas. Il dormait à côté de Louis.
Louis se pencha au-dessus de lui et regarda son visage apaisé, éclairé par la faible lueur de la lune qui filtrait à travers les volets. Il était maintenant 2h00 du matin et Louis ne parvenait toujours pas à trouver le sommeil. Il s'était d'abord blotti contre Harry puis il s'était tourné et retourné dans le lit. Il avait regardé le plafond en comptant jusqu'à 1000. Enfin il s'était relevé dans le lit et avait réfléchi à tout ce qui lui passait par la tête. Peu à peu ses pensées se fixèrent sur celui qui partageait sa nuit : Harry.
Ce soir-là ils n'avaient même pas fait l'amour. Ni le soir d'avant. Ni celui d'avant encore. Pourtant Harry avait passé trois semaines dans sa famille. Mais depuis son retour, deux jours auparavant, ils ne s'étaient pas touchés.
Louis ne put s'empêcher de se demander pourquoi.

Un an et demi auparavant, lorsqu'ils avaient réellement commencés leur relation, cela n'aurait jamais pu arriver. A l'époque, après trois semaines de séparation, leurs retrouvailles auraient été intenses.
Maintenant elles se résumaient à une bise en public et à une étreinte en privé. C'était tout. Il n'y avait pas eu de sexe. Leurs chairs ne s'étaient pas manquées.
Louis pensait cela, que leurs corps ne se désiraient plus suffisamment.
Il ne cessait d'y penser et ça le rendait dingue.

Cela faisait deux ans qu'il avait rencontré Harry. Le jour même de leur rencontre il savait qu'il voulait vivre quelque chose avec lui. N'importe quoi... Cela aurait pu être une simple amitié, le plus important était qu'il tisse un lien avec ce jeune homme fascinant. Ce lien s'était créé lorsqu'ils avaient habité ensemble lors de la compétition d' X-Factors. Ils s'étaient trouvés des points communs, des affinités.
Louis succomba à un de ses penchants : l'homosexualité. Peu à peu il éprouva pour Harry un désir fou. Il ne pouvait plus le voir en sous-vêtements dans la maison sans ressentir le besoin de le toucher, de l'étreindre, de l'embrasser. Harry, lui, succomba pour la première fois à un homme. Louis à ses yeux était parfait. Doux, attentif, drôle, musicien, beau. Lorsque tous les deux comprirent que leurs petites blagues cachaient de véritables sentiments ils n'avaient pas hésités. Ils s'étaient aimés pour de bon. Ils ne s'étaient jamais disputés, ils ne s'étaient jamais trompés. Ils avaient une confiance aveugle et ils espéraient que leur histoire ne connaîtrait jamais de fin.

Voilà comment leur relation c'était construite dans le plus grand secret. Si les autres membres du groupe avait fini par comprendre, et par accepter, il n'en n'était rien des producteurs ou des fans. Pour Louis et Harry il était hors de question que leur couple soit exposé aux potins de la presse et aux critiques des fans. Leur manager avait été informé de leur situation et il avait lui-même conseillé aux garçons de ne rien dire mais plutôt d'en jouer. Ainsi en interview ou en concerts les deux jeunes hommes pouvaient parfois se lancer des regards décadents pour alimenter les rumeurs et ensuite les faire taire en en plaisantant ouvertement à la tv ou tout simplement sur twitter... Il y avait eu aussi les copines de Louis dont Eleanor, la dernière, qui avait été spécialement embauchée pour l'occasion. Eleanor était en vérité une très bonne amie de Louis qui avait accepté de jouer la comédie pour permettre au couple de se donner un alibi. Oui vraiment tout avait été bien pensé pour que les fans qui prônent le Larry Stylinson sur le net soient pris pour de vulgaires furies. Jamais personne n'irait prendre ça au sérieux.

Pourtant pour Harry et Louis c'était très sérieux. Louis avait rencontré les parents et la sœur d'Harry en tant que petit copain alors que Louis n'avait jamais osé avouer à ses parents qu'il entretenait une relation homosexuelle avec son compagnon de scène. Avec ses quatre sœurs cadettes, Louis devait être un exemple de réussite et de stabilité. Ses parents considéraient que l'homosexualité n'avait aucune de ses deux propriétés. Malgré de nombreuses conversations avec Harry il continuait à mentir et à emmener Eleanor aux fêtes de famille, au plus grand dam du cadet de la bande. Cependant Harry ne s'était jamais fâché à ce propos, il ne désirait en aucun cas être une source de conflit entre Louis et sa famille. La seule chose qu'il désirait c'était de ne jamais être privé de Louis. Harry lui avait répété sans cesse qu'il ne pourrait jamais se résoudre à ne plus le voir, à ne plus le toucher, à ne plus l'aimer.

Mais maintenant, que se passait-il ?

Louis se pencha un peu plus sur le visage d'Harry jusqu'à ce que leurs fronts se touchent.
« Pourquoi me fais tu cela? » demanda-t-il à son compagnon endormi.

Louis se redressa et sortit du lit. Il alla dans la salle de bain attenante et fit couler l'eau du robinet dans un verre. Puis il retourna dans la chambre avec le verre d'eau. En voyant Harry dans les draps il se dit que rien n'avait changé.

Louis était toujours amoureux de lui. En le voyant il se dit que rien n'importait plus que d'avoir cet homme partageant sa vie. Le voir dans son lit aurait dû le rendre heureux plus que n'importe quel or. Mais là à cause de cette insomnie il se sentait vide. Vide parce que le corps qu'il voyait dans ses draps ne semblait plus lui appartenir. Vide parce qu'il lui manquait terriblement.
Le corps d'Harry lui avait changé.
Harry était le plus jeune des One Direction et lorsqu'ils s'étaient tous rencontrés il n'avait pas encore terminé sa croissance. Louis avait pu voir que le corps de son amant avait grandi et s'était musclé. Harry devenait un homme. Mais l'ainé de la bande ne s'en plaignait pas, il aimait voir l'évolution de celui avec lequel il aimerait partager sa vie. Non cela n'était pas le problème, jeune ou vieux, le corps d'Harry resterait le corps d'Harry.

Louis jeta un coup d'œil à travers les volets et aperçu de la lumière dans l'aile est de la bâtisse. Zayn avait encore du s'endormir en laissant la télévision allumée. Cela fit sourire Louis qui portait beaucoup d'affection pour le jeune homme d'origine pakistanaise. Il était souvent avec lui et Niall pour travailleur leurs parties de choristes. Ils s'entendaient bien tous les trois. En fait Louis s'entendait avec tout le monde même si Liam n'était pas toujours bien veillant à l'égard de sa relation avec Harry. Louis considérait qu'il avait beaucoup de chances d'être tombé sur ces quatre gars avec qui il formait maintenant « une équipe de choc ». Sans vraiment croire que cela durait toute leur vie, il souhaitait que leur expérience de groupe dure le plus longtemps possible. Lui et Harry étaient bien comme ça.
Louis se tourna une nouvelle fois vers Harry et eu tout d'un coup une bouffée de chaleur.

Il le haïssait.
Oui c'était cela.
Pourquoi diable Harry et lui n'avaient-ils pas baisé depuis plus de trois semaines ?
Pourquoi ne baisaient-ils pas maintenant alors qu'ils pouvaient le faire ?
Pourquoi Harry dormait-il ?
C'était de sa faute.

Louis but de l'eau pour se calmer. Non tout n'était pas de sa faute.
Leurs corps se connaissaient trop bien maintenant pour s'exciter aussi bien qu'auparavant.
Chaque partie avait été visitée, fouillée, mémorisée. Chez l'un comme chez l'autre il n'y avait plus rien à découvrir. En réalité ils avaient trop fait l'amour ensemble pour avoir envie de le faire encore. Louis n'avait même pas joui la dernière fois qu'il l'avait fait. Harry n'avait rien dit, il ne lui avait posé aucune question. Il était parti à Holmes Chapel, dans sa famille, sans reprocher à Louis son manque d'excitation. Maintenant que Louis y pensait, ce n'était pas la première fois que l'un des deux ne prenait pas assez de plaisir. Cela leur était déjà arrivé. Mais cela arrivait à tout le monde, n'est-ce pas ?
Lui, Louis, il avait toujours envie d'Harry. Il en avait envie en ce moment-même. Il... Il descendit une main sur son sexe mais celui-ci ne bandait pas. Louis posa le verre d'eau sur la table de nuit et s'assit sur le lit. Il ne bandait pas pour Harry. Cela le rendit infiniment triste. Il enfouit son visage dans ses mains.
Louis se mit à pleurer.

Il repensait aux premières fois avec Harry, alors que celui-ci n'avait jamais eu de relation avec un homme. Louis avait été le premier. Il l'avait guidé pour qu'Harry puisse s'enfoncer en lui et que leurs corps, en extase, ne fassent plus qu'un. Ils avaient aimé chaque moment de leur initiation puis, lorsque leurs corps s'étaient mieux connus, ils avaient adoré chaque instant de leurs jouissances. Elles pouvaient arriver à n'importe quel moment de la journée pourvu qu'ils se retrouvent isolés tous les deux. Cela avait été leur âge d'Or. Depuis quand tout cela n'était plus ?
Louis, en larmes, regarda derrière son épaule Harry qui avait toussé. Il dormait toujours. Louis n'avait pas le courage de le regarder plus longtemps. Il voulait se faire du mal, se détruire pour ne pas aimer Harry autant qu'il l'avait aimé. Du moins son corps. Car leurs affinités n'avaient pas diminuées, avec le temps elles avaient même accrues. Pour Louis l'autre chanteur était son âme sœur. Il lui était toujours fidèle mais il sentait que la frustration le gagnait. Mais plus que la frustration c'était la peur de ne pas parvenir à s'assouvir avec Harry qui le hantait.
Ce bâtard ne pouvait pas ne plus le faire bander. C'était impossible.




Louis finit par se retourner vers son amant. Il s'approcha de lui en lui disant :
« Je ne te laisserai pas faire. Je t'interdis de m'abandonner. Tu es à moi »

Louis parlait plus fort. Son murmure était maintenant tout à fait audible. Il voulait lui dire qu'il considérait que tout ça était de sa faute. Lui dire que c'était de sa faute s'ils avaient trop fait l'amour et que maintenant ils en étaient là. Lui dire que c'était de sa faute s'ils avaient trop heureux et que leur première difficulté lui paraissait insurmontable. Lui dire que c'était de sa faute si tout son corps sentait la frustration. Lui dire que c'était de sa faute s'il n'arrivait pas à dormir. Lui dire que c'était de sa faute s'il était obligé de mentir à sa famille. Lui dire que c'était de sa faute s'il l'aimait trop...
Il aurait dû disparaître de la surface de la terre. Il aurait dû ne jamais exister. Il n'aurait jamais dû être son âme sœur. Il aurait dû être une femme. Louis aurait pris possession de lui et non pas l'inverse. Louis aurait été le dominant. Oui. Louis avait envie de le dominer.
Louis avait envie de lui.

« Putain Harry je vais te faire jouir, reprit-il, Harry on va baiser. Harry bordel.»

Louis était maintenant sur Harry qu'il avait retourné pour contempler le visage. Les paupières d'Harry avaient légèrement bougé mais il n'était pas réveillé.
Louis, qui était maintenant dans un état second, embrassa Harry sur la bouche. Mais il ne l'embrassa pas comme il l'eut fait habituellement. Le baiser n'était pas tendre. Louis attrapa le bout de la lèvre inférieure d'Harry puis fit entrer sa langue dans sa bouche. Louis était brusque. Toute sa mâchoire semblait vouloir avaler Harry, ou être avalée par lui.
Les coups et les bruits que Louis produisaient réveillèrent Harry.

Harry se releva précipitamment dans le lit avant de comprendre que c'était Louis qui était sur lui.

« Mais qu'est-ce que tu fous ? » demanda t'il et Louis entendu de la peur dans sa voix.
« Je te baise » répondit Louis

Harry resta sans voix et le choriste en profita pour ré-attaquer la bouche d'Harry tout en descendant ses mains sur son buste puis son bassin. Lorsqu'il prit en main le sexe de son compagnon celui-ci se dégagea un peu et murmura un « Mais » qui fut interrompu par Louis :

« Tu me fais chier Harry ! J'en ai marre de toi putain ! Tu comprends ? J'ai envie de ton putain de corps maintenant ! Ne m'emmerde pas ! J'en ai envie, je te jure que j'en ai envie. »

Harry regarda Louis estomaqué, puis un sourire apparu :

« Depuis quand est-ce que tu m'engueules ? »

« Depuis que tu ne me baises plus ! Ta gueule je te dis »
et il embrassa Harry pour éviter que celui-ci ne reprenne la parole.

Louis ne voulait surtout pas s'interrompre. Il n'avait pas le temps de lui expliquer que ce soir il avait pris la décision de ne jamais céder à la frustration. Il avait envie d'Harry maintenant. Il bandait et il ne voulait pas que cela cesse. Il voulait qu'ils jouissent tous les deux, ensemble, comme avant.

Harry ne résista pas. Il se laissa faire. Louis le touchait en tremblant. Avec son insomnie il ressemblait à un drogué en manque. C'est comme ça qu'il voyait la chose : Harry était sa drogue et il lui fallait une dose coûte que coûte. Harry comprit que c'était Louis qui allait dominer cette fois-ci, son amant faisait une overdose après une période d'abstinence et il voulait la partager avec lui. Putain il lui avait manqué...

Quand Louis eut fini en Harry et que son esprit redevint plus clair, il roula en boule sur le côté gauche du lit. Il avait honte. Il avait réveillé Harry et il l'avait forcé à faire l'amour alors qu'il était complétement endormi. Il l'avait possédé sans ménagement pour se prouver à lui-même que leur vie sexuelle n'était pas terminée. Il était un abruti. Pourquoi l'amour ne pouvait-il pas suffire à leur relation ? Pourquoi avait-il accordé autant d'importance au sexe ? Harry lui en voudrait d'avoir dominé. Louis entendu une voix, celle d'Harry :

« Dis Amour, tu sais j'en avais envie aussi. »
Louis sentit le corps d'Harry se collait au sien alors que sa main parcourait son dos.
« Tu me manques Louis. » murmura t'il.
Alors Louis se retourna vers lui et l'embrassa encore une fois avant de répondre
« Je suis là. »
Ils se regardèrent un instant puis Harry en souriant dit :
« Tu fais bien le dominant petit cachotier ! »
Louis sourit à son tour appréciant la tinte d'humour d'Harry qui s'efforçait de détendre l'atmosphère.
« Alors c'est vrai ? Tu penses qu'on va aller mieux ? »
« Louis, il y a tellement de choses à découvrir sexuellement. On n'a pas fini tu sais.... »
« Je sais. J'ai eu peur. Je te veux Harry ».
« Oui moi aussi. »

C'était les mots exacts. Dire « je t'aime » à cet instant n'aurait pu être suffisant. C'était bien plus que ça. C'était vouloir se fondre à l'autre et ne jamais s'en défaire, que l'autre vous appartienne comme vous lui apparteniez.
Louis était reconnaissant à Harry. Leur acte montrait que s'ils n'en n'avaient pas parlé cela les perturbait d'autant plus. La question de leur corps les hantait. Sur le visage d'Harry, Louis crut voir le soulagement. Lui aussi avait dû être frustré, lui aussi avait dû se poser des questions. Peut-être que lui aussi il avait crût que l'extase était terminée.

Louis se rapprocha encore plus d'Harry pour chuchoter :
« La prochaine fois qu'on ne couche pas ensemble pendant plus de trois semaines on en parle, on s'engueule, ça nous fera du bien »
« Ca n'arrivera plus. Je t'ai maintenant. »


Harry et Louis continuèrent à se regarder en souriant puis peu à peu leurs paupières se firent plus lourdes et ils s'endormirent.
Cette nuit-là ils révèrent tous les deux qu'ils étaient vieux et qu'ils venaient d'arriver au paradis.
En guise de vêtements les deux hommes n'avaient qu'un petit nuage épais pour cacher leur virilité. Louis rêva qu'Harry essayait de l'attraper alors qu'Harry rêva que Louis courrait derrière ses fesses mises à nues.

Cette troisième nuit-là, dans leur chambre, après les pleurs il y eut des éclats de rires et des gémissements.



Hum... Alors, il n'y a pas de nom d'auteur au début parce que Sniezde n'est autre que moi même... J'espère que cela vous a plu ! Sachez que j'écris mes o.s sur Fanficyaoi.skyblog.Com
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum