Chapitre XIV

Aller en bas

Chapitre XIV

Message  Sniezde (admin) le Dim 19 Aoû - 22:31

THE CALL
écrit par http://the-call.skyblog.com


Chapitre XIV
♫He's my heaven♫


Lorsque vous tenez à une personne plus qu'à votre propre vie, vous êtes en mesure de vous poser un tas de questions la concernant. Quels sont vos réels sentiments envers elle? Jusqu'où seriez vous prêt à aller pour son bonheur? Donneriez vous véritablement votre vie pour la sauver? Mais lorsque cette personne se retrouve dans un lit d'hôpital et que vous apprenez que vous auriez pu faire quelque chose avant d'en arriver là, il n'y a qu'une seule question qui tourne encore et encore dans votre esprit. « Est-ce que je mérite réellement que cette personne m'accorde autant d'attention? ».
Louis était assis sur le sol de ces toilettes depuis près de dix minutes. Il avait régurgité tout ce que son corps possédait et cherchait irrémédiablement la bonne réponse à cette question. La réponse était pourtant évidente songeait-il... « Non ». Mais il refusait malgré tout de se laisser abattre. Il avait commis une faute, énorme certes, mais il se rattraperait en se montrant fort et en accompagnant Harry jusqu'au bout de sa guérison. Il trouva au plus profond de lui la force de déplier ses jambes et de se mettre debout. Il se regarda rapidement dans le miroir et se fit honte. Était-ce vraiment la vision qu'il voulait montrer à Hazza lorsqu'il se réveillerait? Il s'aspergea le visage d'eau glacée, se pinça les joues dans l'espoir d'y voir quelques couleurs revenir et accrocha un sourire faux à son visage, qu'il quitta aussitôt. Il était prêt à beaucoup, mais pas à lui mentir et Harry verrait à coup sûr le mensonge de son sourire. Il sortit alors et effectua d'une démarche incertaine les pas qui le séparait de la chambre 249. Il n'eut pas besoin de tourner la clenche, la porte s'ouvrit à la volée sur un Liam avec le sourire jusqu'aux oreilles.

« Il s'est réveillé! » s'exclama ce dernier.

C'était encore pire, se dit Louis. Si Harry était réveillé, il n'aurait pas la force de lui expliquer, en même temps qu'à leurs amis, le mal qui le rongeait. Il fixa Zayn, par-dessus l'épaule de Liam et rencontra son regard. Le pakistanais sembla le comprendre instantanément et pâlit en imaginant la nouvelle que pouvait avoir Louis à leur annoncer.

« Enfin, réveillé est un grand mot. Il a ouvert les yeux quelques secondes, à prononcé ton nom, puis s'est rendormi presque aussitôt. Mais c'est bon signe non?
- Oui, oui c'est bon signe. » sourit Louis, ne sachant pas si ce sourire était dû au fait que le bouclé était en fait ré-endormi ou à celui que son prénom avait été le premier mot qu'il avait prononcé à son réveil.

Il entra dans la chambre à la suite de Liam et referma la porte derrière eux. Promesse faite, il envoya un message à Gemma lui indiquant que la vie de son petit frère n'était plus en danger, mais qu'il pourrait lui expliquer plus tard ce qu'il avait réellement. Malgré l'heure avancée de la nuit, elle le remercia dans la minute et lui promis de l'appeler dès le lendemain matin.
Aucun des jeunes hommes n'osa briser le silence pour demander confirmation à Louis sur l'état de santé du bouclé et il en fut ravis. Car, avant cela, il voulait faire une chose; il le regretterait peut-être, mais c'était la seule façon d'accepter complètement que tout cela n'était pas qu'un cauchemar et que son meilleur ami avait réellement besoin d'aide. Il s'approcha doucement du lit et glissa une nouvelle fois ses doigts dans ceux d'Harry, portant son autre main à la couverture qui le bordait. Il la souleva, délicatement, puis attrapa à sa suite la blouse qui cachait le haut du corps d'Harry. Il inspira un grand coup et la rabattit pour le découvrir. Louis laissa échapper un hoquet de surprise et porta à sa bouche la main qui tenait celle du bouclé quelques secondes auparavant. Le corps d'Hazza était métamorphosé... Le médecin lui avait laisser entendre que c'était visible, mais il ne l'aurait pas cru à ce point. Les côtes ressortaient à certains endroits du corps d'Harry et il remarqua également que le haut de ses cuisses étaient bien plus décharnés que dans son souvenir.

« C'est grave c'est ça? murmura Zayn.
- Et ses baisses de tensions n'étaient pas dû à un surmenage? » poursuivit Niall, tout aussi bas.

Louis répondit négativement à la question du blond et ouvrit la bouche. Il ne pourrait pas leur expliquer, pas avec autant de détails que le médecin, mais ils pourraient comprendre la seule chose importante.

« Anorexie. » lâcha-t-il alors.

Niall n'attendit pas une seule seconde et vient le prendre dans ses bras. Le mécheux l'en remercia silencieusement et, toujours aux bords du lit avec les draps dans les mains, il enfouit sa tête dans le cou de l'irlandais. Il cligna rapidement des yeux pour chasser la vision du corps de son meilleur ami et senti une larme rebelle s'échapper de son oeil.

« Loulou, pourquoi tu pleures? »

Une voix rauque, reconnaissable entre mille, venait de se répercuter sur les murs vide la pièce et de briser le silence. Le dit Loulou tourna la tête et, pour la première fois depuis de nombreuses heures, put plonger son regard dans celui émeraude de sa moitié. C'était intense, tant que Niall se senti de trop à tenir Louis dans ses bras.
Le bouclé fut prit d'un frisson qui lui fit rompre le contact et porter son regard à son ventre, et il réalisa alors. Il arracha subitement la couverture des mains de Louis et recacha son torse. Ce qu'il avait essayé de dissimuler aux yeux de tous depuis plusieurs semaines, se trouvait révélé. Il se souvint de sa dispute avec Zayn, de son malaise, d'un pseudo réveil dans une ambulance et il comprit. Ce n'était pas un simple lit et l'homme qu'il aimait ne pleurait pas pour une raison inconnue. Il n'osait pas relever son visage vers ses amis, ne souhaitant pas croiser le regard des gens qui se trouvaient dans la pièce. Il ne devait y avoir qu'eux quatre, mais c'était déjà bien assez suffisant pour que Harry en soit honteux. Que devaient-ils penser de lui?
Alors il sentit une pression sur sa main gauche, infime, suivit d'une sur sa main droite et d'une autre sur sa cuisse. L'un d'entre eux refusait de le toucher et Harry, bien que ne sachant pas lequel cela pouvait être, en avait mal. Mais une dernière main vint alors se poser sur sa joue, le forçant à relever la tête. Hazza ferma les yeux, ne voulant pas voir l'un de leur visage haineux, mais il fut mis à l'épreuve lorsqu'il l'entendit l'appeler tout doucement. Le son de sa voix, tout comme son intonation, réussirent à lui redonner un minimum de prestance et ses paupières cédèrent. Louis se tenait là, si près de lui, bien trop peut-être, mais il s'en moquait. Il voulait juste le regarder, graver chacun de ses traits en sa mémoire. Il sentit le souffle chaud de son aîné contre ses lèvres lorsqu'il colla son front au sien. Puis, sans prévenir, Louis l'encercla de ses bras et le serra avec toute la force dont il était capable.

« J'ai eu si peur Hazza... » se contenta de murmurer Louis à son oreille.


*__*

Après de telles retrouvailles, chaleureuse au possible, vint le temps des explications. Pour ne pas qu'il se répète inutilement, Harry avait obligé Louis à leur dire au complet tout ce que le médecin lui avait fait savoir, il leur devait bien la vérité. Le mécheux s'était exécuté, narrant pourtant uniquement les points essentiels et passant sur certains qu'il souhaitait traiter seul à seul avec son meilleur ami. Les larmes avaient plus d'une fois coulé, passant par chacun d'eux, hormis Louis qui avait réussi à garder sa nouvelle carapace intact devant ses amis. Il voulait paraître fort pour Harry, le médecin lui avait bien fait comprendre que tout reposerait sur le soutien que ce dernier aurait.
Zayn n'avait presque pas ouvert la bouche depuis le réveil du bouclé et se décida à le faire, en demandant aux garçons s'ils pouvaient les laisser seuls quelques minutes. Aucun ne refusa et Louis lui embrassa confusément la joue, comme pour lui dire de ne pas trop s'apitoyer sur son sort. Le pakistanais était désormais seul face à Harry, une nouvelle fois, et sentait les mots se percuter à l'entrée de sa bouche. Il alla alors s'asseoir sur le bord du lit et se jeta à l'eau.

« Je ne suis qu'un con.
- On le sait tous, ça.
- Je ne plaisante pas.
- Mais moi non plus; sourit le bouclé.
- Je ne pensais pas un seul de ces mots, tu le sais?
- Tu les pensaient, au fond de toi. La colère les as juste fait sortir plus rapidement que ce que tu avais prévu.
- Non, pas du tout. Oui j'étais en colère, mais ce que je t'ai dit à de loin dépasser mes pensées. Je sais que ce n'est pas de ta faute si tu es plus médiatisé que nous, tu n'as rien fait pur cela. Ils t'aiment juste plus que nous et...
- C'est faux; le coupa le bouclé.
- Non, c'est véridique. Harry Styles et sa belle gueule ont été choisit par la presse pour nous représenter au complet, on en à conscience tous les quatre, mais on ne t'en veux pas. Tu n'as rien demandé pour que ça se passe comme cela. »

Harry baissa les yeux. Il s'en voulait alors qu'il n'y était pour rien. Il n'avait jamais compris et ne comprendrait sans doute jamais l'engouement qu'avait une certaine catégorie de jeunes filles envers lui, ni pourquoi un certain type de presse suivait cette folie. Il n'était pourtant pas tout seul, ils étaient cinq.

« Mais ce n'est pas pour ça que je voulais être seul avec toi.
- Pourquoi alors?
- Pour l'autre partie de ce que je t'ai dit hier soir, qui était la véritable raison de ma colère. J'ai eu mal pour Louis, Hazza. Mal de le voir se torturer parce que tu refusais une fois de plus de lui adresser la parole sans raison évidente. Tu sais qu'il cache sa fragilité par ses gamineries, mais il est sûrement celui d'entre nous qui l'est le plus. Je t'en voulais de le mettre dans cet état, alors que tu es le seul qui sache lui faire reprendre confiance en lui. Vous êtes tous comme mes frères, et je pense que je voulais le protéger... Peut-être de toi. J'ai besoin de savoir Harry...
- De savoir quoi? demanda faiblement le bouclé.
- Pourquoi tu agis de cette manière avec lui depuis plusieurs semaines?
- Je n'ai pas différemment de d'habitude et...; Harry s'arrêta en voyant le sourire de Zayn, le métis ne le croyait pas de toute évidence. Je ne peux pas te le dire Zayner...
- Dans ce cas, dit-moi pourquoi tu ne peux pas.
- Parce que c'est un secret trop lourd à porter et que je veux en être le seul responsable. Je n'aurais pas la force de continuer s'il éclatait au grand jour.
- Tu ne me fais donc pas assez confiance?
- Bien sûr que oui, mais... C'est tellement différent et difficile à comprendre.
- Si je t'avoue un secret; commença le pakistanais; tu me promets de réfléchir à l'éventuelle possibilité de m'apprendre le tien dans un avenir proche?
- J'y réfléchirais, c'est promis; lui sourit Harry.
- J'ai couché avec Liam à tes 18 ans. » sorti rapidement Zayn, qui soupira que ce soit enfin sorti.

Le cadet le regarda bouché-bée, attendant certainement que Zayn rigole et lui annonce que c'était une blague. Mais en voyant son visage, il comprit que ce n'en était pas une. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. Il ne savait pas que Zayn était... gay? Pas plus que Liam. Mais, après tout, se doutaient-ils que lui aussi l'était? Non, certainement pas.

« Je, Vous... C'est un bon coup? sourit Harry, ne sachant réellement pas quoi dire d'autre.
- Plus que toute les filles que tu as déjà dû tirer Styles; rit Zayn. Mais, je ne me voile pas la face avec des phrases clichés, j'ai aimé coucher avec lui, plus qu'avec la plupart des filles que j'ai eu, mais il n'y avait aucun sentiment. Pas amoureux, enfin, je ne crois pas...
- Je crois que je suis gay...; lâcha Harry soudainement, après tout c'était une part de la vérité.
- Je ne plaisante pas Harry. Je ne te raconte pas ça pour que tu te moques!
- Je ne plaisante pas non plus Zayn. » répondit le bouclé, le plus sincèrement du monde.

Zayn le regarda alors, surpris à son tour, puis approcha son visage de celui d'Harry et l'embrassa à pleine bouche. Le bouclé le repoussa rapidement et ne put s'empêcher de passer une main sur sa bouche, ce qui fit rire le métisse.

« Tu as aimé? demanda-t-il, avec un sourire moqueur.
- Bien sûr que non! s'exclama le cadet.
- Un gay ne résisterait pas a un baiser de Zayn Jawaad Malik!
- Et je suis censé en conclure quoi? répondit Harry brutalement, mais ne pouvant se retenir de sourire de la remarque de son ami.
- Que tu n'es pas gay. Ce n'est pas un sexe que tu aimes, juste Louis.
- Je n'ai jamais parlé de...
- Tu comptes me prendre pour un con longtemps?
- ...
- Parle moi Hazza.
- Pour te dire quoi? murmura-t-il. Que je suis fou amoureux de mon meilleur ami et que j'en crève un peu plus chaque jour depuis des semaines?
- Ça ne peut te faire si mal, oui?
- C'est uniquement de la faute de Louis si je suis dans ce putain de lit d'hôpital Zayn! »

La porte grinça et Harry se raidit alors, avec la peur que quelqu'un d'autre que Zayn ai pu entendre son secret. Ils tournèrent leurs regards vers celle ci en même temps et virent le visage angélique de Niall, seul.

« Je ne voulais pas entendre votre conversation. Je suis désolé... Mais les mecs sont partis chercher à manger et je me suis retrouvé tout seul alors. »

Harry lui tendit les bras et Niall vint se réfugier dans ceux là. Il avait retenu ses pleurs toute la nuit, essayant d'être fort pour Louis qui était dans ses bras et était heureux d'avoir à son tour du réconfort et de l'attention.

« Je ne sais pas de quoi vous parliez, je ne veux pas le savoir et je ferai comme si je n'avais jamais entendu ta dernière phrase. Mais Hazza, j'ai cru perdre à la fois Louis et toi ce soir... Il était bien plus mal que tu ne peux l'imaginer de te savoir entre la vie et la mort. Alors quoi qu'il ai pu te faire, ce n'était pas intentionnel, j'en suis convaincu.
- Je sais Niall, merci. » chuchota Harry en caressant tendrement son dos.

Zayn observait ses amis, ainsi enlacés, ou plutôt un en particulier. Il devrait trouver un moyen de lui parler de nouveau seul à seul, car il était désormais peut-être la seule personne à pouvoir réellement aider Harry. Le seul qui connaissait son plus lourd secret, celui qui, d'après les dires du bouclé, l'avait fait sombrer dans cette anorexie. C'était une révélation lourde, que Zayn s'efforçait de retourner dans tous les sens. Il avait des tonnes de question à poser à Harry à ce propos et se prit à espérer des réponses dans les plus brefs délais. Il ne révèlerait pas son secret, jamais. Premièrement car il était l'un de ses plus proches amis et que le trahir lui paraissait inconcevable; mais aussi car de son côté le cadet avait en poche un argument de taille, que le pakistanais ne souhaitait pas voir sortir de sa bouche.
Harry releva la tête, puis croisa son regard. Ils restèrent ainsi de longues secondes. Un pacte nouveau les liaient désormais, chacun cachant l'un des plus gros secrets de l'autre, et ils se promirent par ce regard qu'il le garderait jusqu'à leur dernier soupir.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum