Chapitre XIII

Aller en bas

Chapitre XIII

Message  Sniezde (admin) le Dim 19 Aoû - 20:45


THE CALL
écrit par http://the-call.skyblog.com


Chapitre XIII
♫Fallait-il en arriver là ?♫


Une voix lointaine, un crissement de pneus, un contact sur sa joue... Le jeune homme ressent toutes ces choses et tente d'ouvrir le yeux, pour comprendre. Il a du mal à respirer et sens un masque sur son visage. Il essaie de porter sa main à celui-ci, dans le vain espoir de demander une explication, mais l'effort lui semble infini et il n'arrive pas même à lever le doigt. Il ne panique cependant pas, peut-être est-ce son destin, de mourir ici, dans ce qui ressemble fort à un corbillard. Il distingue un homme se pencher sur lui et éclairer ses yeux. Il sent la chaleur de la projection, mais ne ressent absolument pas la douleur qu'aurait du causer la lumière. Il entends toujours cette voix lointaine, qu'il comprend féminine, mais n'essaie même pas de lutter et de s'accrocher à elle. Il ne veux plus se battre, il à déjà trop essayé, trop lutté. Alors, lorsqu'il sent son coeur battre plus faiblement encore, il se laisse aller, et referme les paupières. Tout est noir, tout est sombre, jusqu'à son âme. Il sent la mort s'insérer lentement dans son sang, telle une drogue à laquelle l'on ne veut pas résister, et se prends à aimer ça. Il la sent remonter jusqu'à son coeur et prendre possession de chacun des vaisseaux l'entourant. La fin de son calvaire est proche et il se mets à soupirer d'aise, lorsqu'il se sent de nouveau sombrer dans cette inconscience, avec pour dernière image des yeux couleur océan.


*__*

Si leur précédent trajet leur avait paru long et désagréable, qu'auraient-ils pu dire de celui-ci? Jamais leur lien n'avait semblé si évident, si fort et l'un des jeunes hommes se prit à se maudir que ce soit une telle circonstance qui les amène devant ce fait. Ils se tenaient tous la main, se liant ainsi tels les maillons indestructibles d'une chaine et renforçaient ces mailles par leur amour et leur peur. Il régnait un silence lourd, alarmant, qui ne faisait qu'accroître encore un peu plus l'aura négative dans le véhicule.
Louis essayait, vraiment, mais les larmes n'arrivaient pas à quitter ses joues et il continuait de se blottir dans les bras de Niall pour se calmer. Niall qui, lui, avait dépassé son cota de larmes, se contentait de regarder Zayn adossé contre le torse de Liam. Le remord se lisait dans chacun des traits du pakistanais, les paroles réconfortantes de Liam n'avait eu aucun effet sur lui.

« Il n'y a que moi qui n'ai rien vu. Vous étiez tous au courant qu'il allait mal, mais pas moi... Si j'avais su le voir, je ne lui aurai jamais parlé de la sorte.
- Ne recommence pas; murmura Liam.
- Est-ce que tu te rends compte? Et s'il nous quittait, ce serait les dernières paroles que je lui aurait dites...
- Zayn! » le coupa Niall, qui avait hausser le ton.

Le pakistanais le regarda, surpris, et comprit sa double faute en voyant le corps de Louis de nouveau secoué de sanglots. Tant qu'aucun d'eux n'envisageaient cette possibilité, tant que les médecins ne leurs annonçaient pas ce qu'avait Harry, il y avait encore un espoir qu'il n'arrive rien au bouclé. Mais l'entendre de la bouche de Zayn avait ravivé cette pensée chez l'aîné, qui sentait l'envie de vivre le quitter. S'il arrivait la moindre chose à cet être si cher a son coeur, il ne pourrait pas survivre. Il en était incapable.

« On est arrivé. » leur glissa Paul qui, bien évidemment, les accompagnaient.

Louis se releva vivement des bras de Niall, ouvrit la portière et sortit sans attendre ses amis. Puis il les vit et la colère s'empara de lui. Elles étaient plusieurs dizaines à être là, à avoir suivi l'ambulance qui avait amené Harry ici. Et alors que certaines semblaient réellement choqués, d'autre s'étaient misent à hurler en voyant Louis et avaient sorti leurs appareils photos. Ces groupies n'avaient-elle donc aucuns respects? Aucune conscience? Ne pouvaient-ils donc pas vivre normalement ce moment tragique sans que des sauvages ne les suivent? L'une des furies qui criait son prénom s'approcha de Louis, de bien trop près, et il ne résista pas. Il attrapa son appareil photo et le jeta au sol de toutes ces forces. Il n'aurait pas du, mais il ne le regretta pourtant pas son geste. Son meilleur ami était actuellement entre la vie et la mort et Louis n'avait plus cas de rien d'autre que de cela. Il se moquait éperdument d'elles et de leurs simagrées. Il sentit Paul s'immiscer entre les groupies et lui, dans l'espoir de l'amener à l'intérieur sans qu'il ne se produise un autre dégât. Habituellement, Paul aurait sermonné son protégé, mais il savait mieux que quiconque que l'état de Louis n'était pas normal et il comprenait que sa réaction, même excessive, n'avait rien d'étrange.
Ils tentèrent de se renseigner pour Harry, mais on refusa de leur donner toutes indications, leur indiquant qu'ils pouvaient patienter dans la salle d'attente avant qu'on ne daigne leur apporter des nouvelles. Il était temps désormais... Louis sorti son téléphone et se leva.

« Je peux le faire Lou...
- Non ça va aller. Je vais plus loin pour... » l'aîné ne termina pas sa phrase et se contenta de retourner dans le hall d'entrée pour téléphoner à Gemma.

La tension était à son comble et chaque blouse blanche qui passait devant la salle leurs donnaient une lueur d'espoir. Louis était revenu depuis longtemps, plus ravagé encore qu'avant son appel, indiquant qu'il devait rappeler la soeur d'Hazza dès qu'ils auraient vu un médecin.
Les minutes passèrent, puis les heures. Il était près de 03:00am désormais et cela faisait plus de deux heures qu'ils attendaient. Niall et Zayn avaient réussi à trouver le sommeil et leur têtes penchaient sur le côté, suite à la position inconfortable que donnait les sièges. Louis s'était créé une bulle, de laquelle il n'était pas ressorti depuis leur arrivé, mais un ami essaya malgré tout de la percé en s'asseyant à ses côtés et posant sa main sur sa cuisse.

« J'ai peur Liam...
- Enfin tu le dis à haute voix.
- Si je le perdais, je ne serais plus rien; murmura Louis en plongeant son regard dans les yeux de son ami.
- Il ne nous quittera pas ce soir.
- Comment en être sûr...?
- Il l'aurait déjà fait; soupira Liam. Si nous sommes toujours là a attendre, c'est sans doute qu'il lui font tous une batterie d'examen non? Et puis Hazza est fort, il se battra pour nous... Pour toi.
- Tu crois?
- J'en suis persuadé Lou. »

Liam esquissa un sourire rassurant et pris son ami par les épaules pour lui faire poser la tête sur la sienne. Il avait tant de mal à montrer ses émotions... Mais lorsqu'il s'agissait d'Harry, Louis lui paraissait si faible. Les minutes passèrent encore, Zayn et Niall émergèrent doucement l'un après l'autre, reprenant conscience de la réalité. Il était désormais 3:32am, lorsqu'une infirmière s'approcha, enfin, de leur groupe.

« Vous êtes ici pour le jeune home bouclé qui est arrivé avec les pompiers il y a quelques heures?
- Oui!! répondirent-ils tous d'une même voix.
- Il n'est pas encore réveillé, mais son état est stable et vous pouvez aller le voir. Il est chambre 249, au second étage. Un médecin passera vous donner plus d'informations d'ici une vingtaine de minutes.
- Merci » prit le temps de dire Niall, avant de suivre Louis qui était parti au pas de course après avoir entendu le numéro de la chambre.

Il le retrouva pourtant arrêté devant la porte, luttant contre son envie d'entrer. Louis recula en voyant Niall et laissa au blondinet le loisirs d'ouvrir la porte. Ce dernier lui prit la main et l'obligea à entrer dans la pièce en premier.
Le spectacle était troublant. Harry était couché dans ce lit blanc, extrêmement pâle et relié à toutes sortes de machines. Le mécheux s'avança doucement vers lui, comme s'il avait peur de faire trop de bruit, et glissa ses doigts sur ceux du bouclé. Puis, dans un brusque élan, embrassa ses lèvres. Il n'y avait rien de malsain dans ce geste, qui ne choqua d'ailleurs aucun des garçons, c'était juste un moyen pour Louis de retrouver son cadet d'une façon personnel et unique. Ils se regroupèrent tous autour de son chevet, ravis de le savoir tiré d'affaire. Malgré tout, Louis n'allait pas mieux; à le voir là, si faible dans ce lit d'hôpital. Harry avait été sur le point de mourir, il l'aurait pu, et le mécheux s'en voulait de ne pas avoir remarqué sa faiblesse. Pire encore, il l'avait remarqué, mais n'avait pas su interpréter les signes et agir. Tous regardaient tendrement le bouclé, mais avec cette boule d'angoisse au ventre, attendant le véritable pronostic.

« Mr Tomlinson? »

Louis sembla ne même pas avoir remarqué qu'on l'avait appelé et ce fut Zayn qui posa sa main sur la sienne pour le faire réagir.

« Vous êtes Mr Tomlinson? Louis Tomlinson?
- Euh, oui, c'est moi. Qu'est-ce qu'il se passe?
- Nous sommes censés respecter le secret médical et ne donner aucun renseignements sur l'état de nos patients à des personnes extérieur à la famille. Cependant, et étrangement, il est stipulé dans le dossier médical de Mr Styles que vous êtes en quelque sorte garant et que vous êtes autorisé à avoir accès aux informations le concernant. J'aimerais donc m'entretenir avec vous.
- C'est comme s'il savait ce qui allait lui arriver; s'étonna Zayn, qui avait fait le rapprochement bien plus vite que les autres.
- Il y a de grandes chances qu'il en ai été conscient oui. » répondit le médecin, avant de sortir, Louis sur ses pas.

Le châtain respira fortement avant de tourner ses yeux vers ses amis, qui le soutinrent du regard. Le médecin longea le couloir et le fit entrer dans un petit bureau ovale avant de le prier de s'asseoir.

« Alors? s'inquiéta Louis.
- Votre ami aurait perdu une grande quantité de kilos dernièrement.
- Il est plutôt mince, il a toujours eu cette tendance...
- C'est plus que de la minceur monsieur Tomlinson. Il a perdu près de huit kilos depuis son dernier rendez-vous médical, remontant à à peine quelques semaines.
- Huit kilos? Comment c'est possible, on l'aurait remarqué?
- Se sont essentiellement ses jambes et son torse qui ne sont pas beau à voir; il n'est pas encore trop décharné au niveau du visage. S'il si prenait bien, et vu que vous n'avez pas remarqué c'est qu'il a fait, il était simple de le cacher par des vêtements amples.
- Mais au final, qu'est-ce qu'il a? S'inquiétait Louis.
- La maigreur est sont seul soucis, celui qui lui à causer tout ceci. Il est arrivé à un point ou on ne peut que parler d'anorexie. »

Le visage de Louis perdit le peu de couleur qu'il lui restait. Harry, anorexique... Pourquoi? Comment? Il sentit une plaie béante s'ouvrir en lui...

« Pourquoi? fut tout ce qu'il arriva à dire, et le médecin vit son trouble.
- Je sais que ça ne va pas vous faire aller mieux, mais peut-être vous rassurer. Je parle d'une véritable anorexie, pas d'anorexie mentale, son estomac est déjà bien trop diminué pour cela.
- En quoi cela devrait me rassurer ?
- Il n'en était pas conscient, pas totalement. Il ne fait pas partie de ces groupes d'adolescents qui se trouve trop gros et se prive de nourriture quitte à perdre la santé; non. Son problème est physiologique, exclusivement. Son estomac, sans doute après un choc psychologique ou peut-être même un grande période de doute, s'est réduit et la sensation de faim avec. Ne ressentant plus autant le besoin, ni l'envie, de manger il se peut qu'il ai passé de nombreuses journées sans faire de repas complets.
- Je le savais...
- Pardon? s'étonna le médecin.
- J'ai remarqué il y a près de trois semaines qu'il mangeait moins et je lui en ai parlé. Le ton est vite monté et il m'a dit que c'était seulement un virus. Je n'y ai pas accordé plus d'importance que cela et j'y ai cru. Vous penser que si j'avais approfondi la chose, ça aurait...été?
- Je ne vais pas vous mentir, il y a de fortes chances oui.
- Mais pourquoi il s'est évanoui? C'est quoi le rapport avec... ça.
- La nourriture apporte l'énergie nécessaire au fonctionnement de chaque organe, de chaque muscle. Il n'avait plus les apports nécessaire et certains de ses muscles ont fondu, son muscle cardiaque également. Il devait être bien plus essoufflé ces deniers temps, avec une endurance physique minime.
- Il s'est énervé avant de tomber, fortement...
- Ça doit être la cause oui. Son coeur s'est emballé suite à la colère et n'a pas résisté.
- Il peut guérir n'est-ce pas?
- Bien-sûr! Avec de la volonté, et beaucoup de soutien. Vous êtes célèbres vous savez, je sais à qui j'ai à faire, en quelques sortes. Il serait préférable pour lui de ne pas remonter sur scène après sa sortie. Sauf si son séjour lui permets de faire de gros progrès.
- Son séjour?
- Il est hors de question qu'il quitte l'hôpital dans cet état. Tant qu'il n'aura pas repris au minimum cinq kilos, il n'en aura pas l'autorisation. C'est à vous de faire en sorte que tout aille pour le mieux.
- Je le ferai, vous pouvez compter sur moi.
- Je n'en doute pas; sourit le médecin en se levant. Il ne devrait pas tarder à se réveiller maintenant, vous feriez mieux d'y aller. Apprendre la chose à vos amis, puis à lui si vous le souhaitez.
- Merci docteur; répondit Louis, lui serrant la main.
- C'est mon travail. Prenez soin de lui Mr Tomlinson, il va en avoir besoin. On sort difficilement d'une maladie comme l'anorexie. »

Louis sortit de la pièce les larmes aux yeux, chercha les toilettes et s'y engouffra. Il s'affala contre l'un d'eux. Tout ce qu'il avait retenu dans ce bureau ne demandait qu'à sortir et il sentit la bile lui monter en bouche. Il vomit alors, tout ce qu'il pouvait et laisser libre cours à ses pleurs. Il était le seul fautif, l'unique! Ce soir là à Belfast, Harry lui avait dit mot pour mot qu'il ne supportait plus de manger et Louis, bien trop heureux de le retrouver, ne s'en était pas inquiété. Et désormais, il était trop tard, le mal était fait. Mais il se jura, sur sa propre vie, qu'il remettrait son curly sur pied. Il en fit le serment, tout en se jurant de découvrir ce qui avait pu être la cause de tout ceci.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum