Chapitre 27 - Part I

Aller en bas

Chapitre 27 - Part I

Message  Eawy le Lun 1 Oct - 12:13

Chapitre 27 - Partie I
A Fleur de Peau



Ce qu'il avait l'impression d'avoir accompli jusqu'ici lui apportait une joie incommensurable. Adolescent banal et commun était devenu homme bien plus vite que prévu. Responsabilités, engagements, histoires d'argents; mais aussi rencontres exceptionnelles, passions, excitations. Depuis près de deux ans, il avait trouvé ce qui lui semblait lui correspondre enfin. Et plus que cela encore, il avait trouvé une véritable famille. Allongé sur son lit, les brides de conversation échangés durant l'interview lui revenait en tête. Chacun d'eux avait défendu avec verve Harry et il s'était rendu compte, pour ne pas changer, que peut importe ce qu'il arriverait, ils resteraient à jamais des personnes marquantes dans la vie de chacun. Que, même si tout cela s'arrêtait un jour, leur amitié, elle, ne déclinerait jamais. Il ne lui en fallu pas plus. Il ferma les yeux, un sourire encore accroché aux lèvres. Il souhaitait dormir, juste se reposer quelques minutes, décompresser. Son téléphone ne fut pas d'accord. Une sonnerie, qu'il prit pour un sms, puis deux, et trois. D'abord hésitant à répondre, il se fit violence et agrippa son portable. Il décrocha sans même regarder son correspondant, avec la simple envie de lui faire comprendre qu'il ne voulait pas s'étendre.

« Allo.
- Comment va mon Irlandais préféré? »

__Niall avait-il réellement pensé ne pas s'étendre? Il ne s'en rappelait déjà plus. Ses yeux s'était instantanément ouvert et des étincelles scintillaient en leurs fonds. Il ne se sentait subitement plus fatigué, il voulait juste entendre sa voix, lui parler, être avec elle.

« Eanna, combien de fois je t'ai dis que ce n'était pas beau de mentir?
- Pas mal de fois déjà, mais je vois pas pourquoi tu me dis ça maintenant.
- Toi comme moi on sait que Bono t'as ensorcelé et qu'il passe bien avant moi.
- Faux! J'ai révisé l'ordre de mes priorités dernièrement, tu as atteint la première place du podium. »

__Le rire d'Eanna se répercuta à l'oreille du blond, qui en sourit vivement. Mais plus encore, s'était ses mots qui le faisait sourire. Ils ne faisaient que plaisanter. Pourtant, l'irlandais était ravi d'entendre une telle chose de la part de son amie.

« Je vous ai écouté à la radio tout à l'heure, vous avez assuré. Surtout auprès d'Harry.
- Cette salope n'en aurait fait qu'une bouché.
- C'est son boulot chéri, elle est payé pour ça. Elle n'avait rien contre lui, elle ne faisait que suivre les ordres.
- Peut-être, mais ce n'est pas une raison. Heureusement que Louis était là.
- Oui, Louis...
- Pourquoi ce soupir jeune fille?
- Non, rien de bien important.
- Assez pour te faire soupirer.
- Tout en vous écoutant tout à l'heure, je suis tombé sur un tumblr particulièrement attaché au cas de Louis et Harry dirons nous.
- Ah. Et alors?
- Ces filles sont folles, les Larry shipers je veux dire. Mais dans leur folie, il y a de ces choses. Peut-être qu'elles ne voient que ce qu'elles souhaitent voir lorsqu'elles s'imaginent qu'il y a plus que de l'amitié entre-eux, mais en ressortant de ce site, tout m'a semblé si confus. C'est impressionnant comme elles arrivent à te faire croire à ce dont elles croient également.
- Tu es en train de me dire que tu penses que mes meilleurs amis sont ensemble là?
- Non! Juste que, enfin tu vois, quant ils sont tous les deux ils sont, comment dire, ils sont...
- ...beau. »

__Tout en parlant avec Eanna, l'irlandais repensa au regard que ses deux amis s'étaient encore lancés tout à l'heure, après que Louis soit venu à la rescousse du bouclé à la station de radio. Et voilà que maintenant, même celle dont il était tombé amoureux lui parlait d'eux. C'était évident, tellement évident, alors pourquoi donc il semblait n'y avoir qu'eux qui ne le remarque pas? Il devait agir. Il attendait l'occasion depuis des semaines, voulait faire avancer les choses depuis trop longtemps. Ce soir, il leur laisserait leur chance.

« Oui, c'est ça. Je suis désolé, je devrais pas te parler de ça...
- Elles semblaient beaucoup?
- Comment ça?
- Les "larry shiper" comme tu dis, elles sont nombreuses?
- Et bien, un bon paquet, oui. Elles ne représente pas la majorité des fans, loin de là, mais elles sont quand même nombreuses, c'est affolant. Dit, tu me dirais s'il se passait quelque chose?
- Hein? Mais bien-sûr, je me renseignais c'est tout.
- Oui, je n'en doute pas...
- Bon, on va pas parler d'eux toute la journée, je vis avec eux ça suffit bien.
- De quoi voudrait-tu parler alors petit chou?
- Pour commencer, trouvons-moi un autre surnom que ce truc débile.
- Chéri?
- Déjà utilisé.
- M'en fous, j'aime bien. Alors chéri, de quoi parlons-nous?
- Je ne sais pas moi, peut-être de celle qui justement n'habite pas avec moi, mais qui me manque énormément.
- Moi aussi, j'ai toujours rêvé d'habiter avec Kate Middleton tu sais, mais aucun de nous ne vivra sans doute jamais avec. Et toi moins encore, William n'en serait pas vraiment d'accord je crois.
- Contrairement à toi, elle est d'une laideur.
- Niall! On parle de la duchesse de Cambridge là, pas d'une vulgaire gamine de Belfast.
- Gamine ou pas, tu es bien plus belle qu'elle.
- Arrête, je vais glousser comme une dinde au téléphone après. Ça va briser mon image de marque.
- Pauvre petite.
- Dit, tu reviens quand? »

__La voix de la jeune femme était soudain redevenue sérieuse. Elle se sentait si bien avec lui, à parler, plaisanter. Elle voulait le revoir, retrouver les bras qui l'avait réconforté la dernière fois. Il lui manquait, et pourtant, elle ne l'avait réellement vu que deux fois. Deux petites fois.

« Bientôt Eanna, bientôt.
- Tu me le promets?
- Je te le jure. »

*
*__*

__La nuit avait déjà envahit le ciel lorsque Louis ouvrit les yeux, qu'il avait fermé sans même s'en rendre compte. Il n'y avait plus que les lumières artificielles de la ville qui éclairait sa chambre. Se sentant attiré par elles, le jeune homme se leva et alla se poster debout près de sa grande fenêtre. Il adorait Londres. Et voir ainsi la ville commencer à se coucher était un spectacle qu'il trouvait à la fois beau et apaisant. Même si la capitale anglaise ne cessait jamais de vivre, il lui semblait retrouver un semblant de tranquillité vers ces heures-ci.
__Sans qu'il ne l'ai voulu, son esprit dériva sur une autre chose, bien moins apaisante : Harry. C'était dans cette pièce même que le bouclé lui avait donné un semblant de baiser, la veille au matin. Et malgré son manque de réaction, Louis sentait encore le contact de ces lèvres désirées sur les siennes. Il mourrait d'envie que cela recommence, de partager un véritable baiser avec l'élu de son cœur, mais chaque fois, la peur l'envahissait. Le mécheux soupira bruyamment, détournant le regard du décor urbain environnant, lorsque son téléphone vibra sur son meuble de chevet. Niall... Pourquoi donc le blondinet lui envoyait-il un message alors qu'il devait être dans une pièce alentour. Son habitude était plus de hurler à travers l'appartement.

« J'ai proposé aux garçons de sortir, oubliant bizarrement de vous demander à Hazza et toi si vous vouliez nous accompagner. Vous êtes donc tous seuls toi et lui ce soir, si tu vois ce que je veux dire. Je compte sur toi... xx »

__Un rire franc s'échappa des lèvres de Louis. Niall était sans doute la meilleure personne à laquelle il avait pu parler de ses sentiments; et l'une des personnes les plus loyales qu'il connaissait. Ce garçon était un ange tombé du ciel, il ne pouvait pas en être autrement. Il lui offrait la possibilité de tout rattraper, d'enfin ouvrir son coeur et ceci en toute intimité, sans aucune probabilité d'être dérangé. Et le mécheux se jura que, oui, l'irlandais pouvait compter sur lui; il était temps de tirer toute cette affaire au clair. Sinon, lui ou Harry en sombrerai.
__Louis expédia alors son téléphone entre ses draps, et passa par sa salle de bain rapidement. Ses cernes s'étaient estompés en parti et ses cheveux étaient à peu près resté en place.

« Puis merde, c'est pas comme s'il m'avait jamais vu dépravé. » jura le mécheux, devant son miroir.

__Il sortit alors brutalement de sa chambre et entra dans celle du bouclé, sans prendre la peine de frapper avant. Vide... Louis commença à se maudire, espérant de tout cœur que son meilleur ami ne soit pas parti à son tour. Il descendit au rez de chaussé, n'allumant aucunes lumières, préférant la continuité du calme et de la douceur de la nuit. Il ne prit même pas la peine de faire un détour par le salon, d'où il n'y avait aucune lumière et aucun son, pas même la télévision. Il se dirigea alors vers la cuisine, qu'il trouva vide elle aussi, et se força à faire toutes les pièces du rez-de-chaussé, sans aucun résultats. Le mécheux soupira bruyamment et sursauta lorsqu'il entendit sa voix.

« Ils sont tous parti, ça ne sert à rien que tu les cherchent. »

__Il suivit le son de ces paroles et trouva Harry allongé dans le canapé, une couverture sur lui, et une bougie posée sur la table pour tout éclairage. Son téléphone en main, il ne paraissait pourtant pas écrire de sms et cacha même celui ci lorsque Louis arriva plus proche de lui, s'asseyant au bout du canapé. Le bouclé ne releva pas même sa tête vers son ami, ce qui eut pour conséquence de briser la motivation du plus âgé. Mais il se rattrapa, sachant qu'il ne pouvait, ne devait pas laisser passer sa chance.

« On pourrait parler, tu ne crois pas? »

__Aucun son, aucune réponse, et toujours aucun regard.

« Ne me forces pas à quitter la pièce Harry...
- Merci...
- Pardon? s'étonna l'aîné.
- Pour ce matin, d'avoir finalement été là pour me défendre malgré ce que je t'ai dit hier.
- C'est normal, tu aurais fais pareil pour moi.
- Je ne suis pas sûr, j'ai la rancune bien plus tenace que toi. »

__Louis sourit, sachant pertinemment que, malgré sa rancune, Harry aurait agi de la même façon; pour lui ou un autre des garçons.

« Tu sais, c'est pas de cela que je voulais parler au départ.
- Alors j'ai plus rien à te dire; répondit le bouclé, ses yeux fixant la flamme de la bougie.
- Donc le fait que tu m'ais embrassé hier matin ne ressortira jamais du placard, c'est ça? »

__Les épaules du brun se raidirent et son aîné s'en rendit compte. Mais, une nouvelle fois, aucun son ne s'échappa des lèvres du cadet. L'indifférence faisait sans doute plus mal encore que le rejet.

« Ne fais pas ça Hazza.
- Faire quoi?
- Nous mentir, nous perdre... Tu as toutes les cartes en mains. Regarde-moi, dans les yeux, et dit moi qu'il n'y a aucun non-dit entre nous. »

__Pour la première fois depuis l'arrivé de l'aîné, Harry leva les yeux et ancra son regard dans celui de son ami. Louis aurait voulu y voir un maelström d'émotions, de la honte même s'il avait fallu, mais ce vide était pire que tout. Les yeux de son meilleur ami étaient froids, distants, tant qu'il sembla au mécheux ne pas les reconnaître.
Harry, de son côté, se délectait de ce combat visuel. Il cachait ses sentiments depuis tellement de temps, qu'apprendre à masquer ses émotions était devenu un jeu d'enfant pour lui. Il pouvait mentir à la perfection, sans que rien ne soit décelable dans son regard. Pourtant, la froideur de ses yeux contrastait avec la chaleur de son coeur. Son organe interne brûlait d'envie, de désir, d'amour; il devait juste réussir à pousser Harry à la révélation.

« Je crois que je vais te laisser; déglutit Louis, accablé, devant le manque de réponse. C'est peut-être le mieux à faire finalement.
- Ne m'abandonne pas; murmura le bouclé.
- Je ne le ferai jamais, et tu le sais. Mais c'est toi qui me pousse à partir... »

__Harry se releva, pour se tenir assis, au même niveau que son meilleur ami. Il avait commencé maintenant, il fallait qu'il trouve la force de poursuivre. Il attrapa alors les mains de Louis, qu'il sera fort, et trouva encore un peu plus de force par la pression qu'exerça son ami sur celles-ci en retour.

« Je ne sais pas ce qu'il me prends; commença-t-il, semblant se parler à lui-même. Ces dernières semaines, j'ai eu de grosses tendances à être lunatique, je le sais... Mais, j'ai peur Lou. Et j'en suis désolé, parce que c'est essentiellement toi qui à pris. J'ai peur depuis le début, et ça explique tout de mon comportement, sans pour autant l'excuser.
- Peur de quoi?
- De la honte, du rejet, de la pitié... Tout cela réunis je crois.
- Pourquoi est-ce que tu serais rejeté? »

__Louis sentait son coeur bouillir, il en était désormais convaincu. Il n'était pas le seul à crever d'amour pour son meilleur ami, et il s'en serait presque voulu de ne le voir que maintenant. Cela semblant si évident, comme si chaque pore de la peau du bouclé voulait le crier au monde. Mais lui, bien trop aveuglé par ses propres sentiments, n'avait rien vu venir. Sans Niall, il se serait peut-être même voilé la face éternellement.

« Je.. Comment te dire ça? rit Harry, nerveusement. Certains de mes sentiments sont... anormaux.»

__Le bouclé rougissait à vue d'oeil, et le mécheux aurait voulu lui dire qu'il n'était pas anormal, qu'il n'y avait pas de raison de rougir. Mais il se fit violence, voulant entendre ces mots de la bouche même d'Harry.

« Je ne peux pas! » déclara brusquement le cadet.

__Il lâcha les mains qu'il tenait et se leva. Mais se fut sans compter sur la poigne de son ami qui l'arrêta. Harry voulu disparaître sous terre, pour ne pas croiser le regard de braise que Louis portait sur lui. Il sentit ses limites flanche plus encore, lorsque le mécheux se leva à son tour, et s'approcha dangereusement de lui. Il connaissait cette scène, il la revoyait défiler devant ses yeux; mais il ne savait pas s'il en aimait l'issue. Son meilleur ami le s'approchait de lui, le forçant à reculer, et Harry se retrouva adossé contre le mur, sans plus aucun moyen de fuir. Louis était proche de lui, si proche qu'il sentait son souffle sur sa peau et que leurs yeux menaient un combat acharné. Vert contre bleu; cadet contre aîné; sentiments contre sentiments.
__Puis, la distance entre leurs lèvres se réduisit. Leurs lippes se frôlèrent légèrement, avant de se séparer aussi vite. Ce simple contact électrisa Harry qui, déjà, en voulait plus. Il sentit la peur l'abandonner. Le châtain fit alors prisonnière la lèvre inférieur de son cadet entre les siennes, puis la lécha tendrement. C'était maladroit, mais ça semblait tellement évident. Louis frissonna à ce contact sucré, s'aventurant plus avant sur les lèvres de son nouvel amant. Il joua avec elles, quelques secondes, avant que l'impatience de son partenaire ne prenne le dessus. Le bouclé finit par faire entrer en contact leurs chairs comme il se devait. La sensation des lèvres de l'autre ouvrait un trou béant dans chacun de leur estomac. Jamais une chose ne leur avait procuré une telle sensation. C'était un rêve, un doux rêve, dont chacun voulait profiter au maximum. Une explosion de joie prenait place dans leurs corps, comme s'ils vivaient ce pourquoi ils étaient fait depuis leur naissance. Instinctivement, leurs lippes se mouvèrent entre elles. Leurs yeux s'étaient fermés dès le début du baiser, mais s'ils avaient été ouvert, la seule chose que l'on aurait pu y lire était le bonheur. Leur bouche n'arrivaient plus qu'à se délecter de cette peau tant attendue, en des gestes empli de volupté et d'exaltation. Puis, contre toute attente, le bouclé réclama un accès plus avant encore à son aîné, que ce dernier accepta à coeur ouvert. Leurs langues se cherchèrent quelques secondes, ne faisant que se frôler pour mieux s'apprécier, puis un aimant les attira l'une contre l'autre. Un ballet langoureux commença entre elles-deux, portant leur propriétaire plus loin encore dans l'euphorie. C'était jouissif, tout simplement. Dans le feu de l'action, les mains du bouclé avaient agrippé les hanches de son partenaire, tandis que ce dernier encadrait de ses doigts le visage de l'homme tant de fois désiré. Pour la première fois, les deux hommes comprenaient ce que signifiait le verbe aimer. Au bout de plusieurs longues minutes, ils se détachèrent l'un de l'autre, se permettant de retrouver leur souffle.

« Maintenant, tu peux? se contenta de demander le mécheux, les yeux toujours fixé dans ceux de son cadet.
- Je suis désolé Lou... Briser deux années d'amitié, c'était pas mon but. » murmura Harry en écartant son ami pour gagner l'escalier et s'éclipser dans sa chambre.

Louis resta d'abord de marbre, quelques secondes, puis soupira devant la naïveté de son plus proche ami. Maintenant qu'il avait goûté ses lèvres durant plusieurs minutes, Harry croyait-il sincèrement pouvoir s'en sortir à coup de plates excuses? Le mécheux se saisit de la bougie qui traînait sur la table, ainsi que du portable du bouclé, qu'il avait laissé là. S'il avait pris la peine de regarder le message qui s'affichait encore sur l'écran de l'iPhone du cadet, il y aurait vu un message quasi identique à celui qu'il avait reçu; mais d'un destinataire différent. Ils avaient tous deux leur ange gardien, et ils ne s'en rendaient même pas compte.
avatar
Eawy

Messages : 16
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 26

http://the-call.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum