Chapitre XII

Aller en bas

Chapitre XII

Message  Sniezde (admin) le Dim 19 Aoû - 20:43


THE CALL
écrit par http://the-call.skyblog.com


Chapitre XII
♫Fatalité♫


Tout ce que l'on aurait pu dire de cette journée se résumait en un seul mot : anormale.
En premier lieu, quitter l'appartement avait semblé bien plus dur que le mois dernier aux garçons. C'est avec un plaisir évident qu'ils seraient resté dans celui-ci quelques jours de plus. Pour se remettre d'aplomb, mais aussi parce que libérer les tensions qui voletaient dans l'air aurait été plus simple au bercail, plutôt que sur les routes de tout le Royaume-Uni.
En effet, aucun d'eux n'avaient su profiter de cette journée; à tel point que le cadet s'était demandé si sa surprise n'avait pas été une énorme erreur. Pour commencer, Zayn et Liam ne se parlaient plus et ne s'étaient adressés aucunes paroles depuis que le premier s'était levé, pas même un bonjour. A plusieurs reprises, le châtain avait essayé d'établir un contact visuel, mais le pakistanais se refusait toutes attentions vers lui. Il ne voulait pas avoir à faire à Liam et se laisser emporter subitement par sa colère.
Harry et Louis étaient dans le même cas; et bien que l'un semblait le vouloir et rester seul, l'autre recommençait à se sentir perdu par la distance soudaine que glissait son meilleur ami entre-eux. Puis, plus profondément, il ne pouvait s'empêcher de se demander si son ami leur cachait réellement quelque chose de grave, ou d'important. Entre toutes ces tensions, trônait Niall, qui n'avait aucun soucis avec personne, mais qui ne souhaitait pas donner l'impression de prendre partie pour l'un de ses amis. Il avait donc passé la journée à parler et rire avec une adorable jeune femme de Belfast; qu'il prenait plaisir à connaître un peu plus à chacun de ses sms. Depuis la veille au soir, ils ne s'étaient pas arrêtés. Ils parlaient de tout, mais surtout de rien, et profitaient l'un et l'autre des idioties de leur partenaire. Plus les messages s'envoyaient et plus Niall retrouvait cette envie de voir une nouvelle fois Eanna, son sourire charmeur et ses yeux pétillants de vie.

Le groupe avait quitté Londres aux alentours de 04:00am, arrivant à l'aéroport de Manchester une heure plus tard, avec seulement une heure et demi de battement pour se changer et rejoindre le lieux du concert de ce soir. Tous avait fait semblant de dormir durant le trajet, pour être sûr de ne pas être dérangés, sauf Liam qui s'était installé auprès de Niall avec lequel il n'avait pas arrêté de bavarder, au grand damne d'autre. Pour leurs fans, et parce que malgré tout ils aimaient la scène à un point phénoménal, ils avaient assurés le show comme de véritables professionnels, ne faisant pas cas de leurs pensées et ressentiments personnels durant plus d'une heure.

Tous étaient désormais dans le véhicule les ramenant à l'hôtel. L'euphorie était bien vite redescendu après les émotions intenses de ce soir et, de nouveau, le silence se fit entre les cinq garçons. Chacun savaient que, dès le lendemain, ce semblant de prise de bec serait passé pour le plus gros du groupe; raison de plus pour qu'ils profitent des instants de solitude qui leurs étaient accordés. Cependant, l'un d'entre eux ne semblait pas de cet avis.
Un reniflement se fit entendre dans leur voiture, reniflement qui les amena tous à regarder dans la même direction. Louis, qui avait ses écouteurs dans les oreilles, venait de verser l'une des rares larmes qu'ils lui avaient vu en deux années. Personne ne lui demanderaient ce qu'il avait, mais tous savaient qu'une seule personne était capable de le mettre si mal en point. Le véhicule se gara au même moment et Harry en sortit en trombe, rejoignant leur étage à une vitesse impressionnante. Les traits de Zayn se durcirent et il descendit à sa suite, dans un état de rage incontrôlable. Niall et Liam attrapèrent Louis par le bras, lui indiquant de sortir rapidement, et ils partirent tous trois à la suite de leurs amis; l'aîné n'ayant pas vraiment suivi la situation. Ils arrivèrent essoufflés au dernier étage de l'hôtel, ou leurs cinq suites se trouvaient, et entendirent le premier éclat de voix d'une dispute qui s'annonçait mouvementé. Ils restèrent à distance, voyant la fureur avec laquelle Zayn se dirigeait vers son cadet.

« Tu te fous de ma gueule Styles! hurla Zayn. Et regarde-moi quand je te parle.
- Non mais t'es malade! répondit l'intéressé en se retournant vivement. Il t'arrive quoi?
- Joue pas au con avec moi! Tu sais très bien ce que j'ai et pourquoi je m'en prends à toi! Tu m'avais promis merde.
- Et alors? Je ne vois pas où j'ai brisé cette promesse.
- Tu ne vois pas? Non mais là, c'est le pompon; cria de nouveau le métis, dans un éclat de rire ironique. Tu nous prends pour des cons? On est donc si peu important que ça à tes yeux? Bien sûr, tu es Harry Styles; le fondateur des One Direction, la bande de clébard qui essuie sa popularité croissante derrière-lui! Celui qui n'en a rien à foutre que ses supposés amis s'inquiètent pour lui, désormais il est bien trop précieux pour s'abaisser à leurs niveaux. »

Niall, Liam et Louis suivaient la scène au bout du couloir et étaient comme paralysés. C'était la première dispute de ce genre qui éclatait au sein du groupe, la toute première, et ils n'arrivaient même pas à comprendre comment Zayn avait pu en arriver à un tel point de colère. Ce n'étant pourtant pas son genre.

« Zayn, qu'est-ce que tu as? demanda Liam.
- Toi tais-toi! C'est pas de ta part non plus que j'ai de leçons à recevoir, je traite mes amis avec plus de respect que ce que tu as pu faire!
- Ce n'est pas ce que tu crois, Zayn. Il faut qu'on en parle et..
- Je m'en fous! C'est pas toi mon soucis principal, mais lui; se retourna violemment le pakistanais vers le bouclé. Qui préfère rester sur son étoile et voir le mal qu'il cause autour de lui! Ça te vas si bien de le regarder de haut comme tu le fais! De le voir souffrir et ramper à tes pieds chaque fois que tu le souhaites. »

Harry sentait la fureur monter en lui, pour tant de raisons. Parce que Zayn n'y étais pas du tout, il le jugeait sur des actes dont lui-même n'était pas fier. Il remettait en cause son intégrité et la joie qu'il avait d'évoluer au sein du groupe et non pas en tant que Harry Styles uniquement. Mais, surtout, Zayn pensait savoir ce qu'il pouvait ressentir à propos de Louis. Il savait qu'il parlait de lui et que Zayn le méprisais par rapport à la promesse qu'il lui avait faites il y a trois semaines, de ne plus lui faire du mal. Le bouclé avait vu la larme sur la joue de son meilleur ami tout à l'heure, il avait juste espéré qu'il n'en était pas la cause. Il voulait tout hurler au visage de Zayn... Sa rage, sa douleur, son mal-être, son amour... Ce putain d'amour qui lui tordait les entrailles jour et nuit et faisait de lui ce déchet ambulant qu'il devenait.

« Ferme la Malik! Tu ne sais rien, absolument rien! Personne ne peut comprendre; aucun d'entre vous ne le peut!
- Et pourquoi ça? Je ne demande que ça, comprendre. Que tu m'expliques une bonne fois pour toutes où est passé mon ami. Celui que j'ai connu a X-Factor et qui n'est plus que l'ombre de lui-même depuis plusieurs mois. MERDE EXPLI... Harry? s'arrêta brusquement Zayn, en voyant le regard de son ami se voiler et se perdre au loin. Harry, tu m'entends? »

Louis, suivi par Liam et Niall, vint voir la cause de l'arrêt soudain de Zayn et le premier fut le plus rapide à comprendre. Il se précipita sur le bouclé au moment ou la tête de celui-ci heurta le sol dans un bruit sourd.

« Liam! Ca recommence comme cette nuit, fais quelque chose; lui cria Louis.
- Cette nuit? s'étonna Zayn, en tournant son regard vers celui de Liam, dans lequel il vit une pitié grandissante. Il lui arrive quoi?
- Niall appelle quelqu'un, une ambulance, n'importe quoi! Merde, dépêches-toi; lui indiqua Liam, au bord de la panique. Ce n'est pas une crise de tétanie, je ne sais pas ce qu'il a... »

Louis lança un regard interrogateur à Liam, avant de comprendre que ce dernier n'avait vraiment aucune idée de ce que pouvait avoir son meilleur ami. Il lui tapota le visage, sentant ses doigts trembler par l'appréhension. Rien, Harry ne montrait aucune réaction; à aucun appel, aucun geste... Ses paupières étaient closes, comme s'il était plongé dans un autre monde. Le châtain sentait les larmes lui remonter aux yeux, il paniquait plus que jamais, plus encore que cette nuit lorsqu'il l'avait vu convulser à terre. Tous s'étaient écartés d'eux, voulant laisser un espace vital autour du bouclé. Niall revenait déjà, accompagné de Paul et d'une autre personne, inconnue. La femme, âgée d'une quarantaine d'année, s'assit à côté d'Harry et repoussa Louis.

« Non mais vous faites quoi? Vous êtes qui? demanda Louis, tentant de reprendre sa place auprès de son meilleur ami.
- Elle est médecin Louis, elle a eu la gentillesse de venir quand elle à entendu Niall me dire ce qu'il s'était passé; lui indiqua Paul, qui lui tenait le bras pour l'empêcher de se jeter à terre de nouveau.
- Je ne peux rien faire ici, murmura-t-elle. Il faut l'emmener à l'hôpital, sans plus attendre. Son pouls est extrêmement faible. Son coeur peut lâcher d'un moment à l'autre. »

Ce fut à cet instant que le coeur de Louis se brisa, totalement. Il senti des bras l'entourer et l'empêcher de s'écrouler au sol à son tour. Ses jambes ne le tenait plus et il ne voyait plus le monde qui l'entourait. La lumière semblait se ternir, ses mains ne plus réagir, sa voix ne pouvait plus franchir ses lèvres. Sa respiration se saccadait et son coeur battait, lui, à un rythme qui n'était pas permis. Hazza, son Hazza, se retrouvait dans un état indescriptible et pouvait mourir d'une seconde à l'autre. Pourquoi? Il ne pouvait pas le perdre, pas maintenant, pas alors qu'il avait encore tant de choses à lui dire, tant de choses à faire avec lui. Il ne se rendait pas compte du temps qui passait, se contentant de fixer le corps inerte au sol, à plusieurs mètres de lui, toujours entouré de bras qu'il ne reconnaissait pas. Louis entendait des bruits alentours et voyait de nouvelles personnes débarqués dans le couloir, mais ne se rendait pas compte de ce qu'ils pouvaient dire ou faire. Il distingua seulement trois personnes en tenue noire, s'approchant de son ami de bien trop près à son goût. Puis il distingua un brancard devant eux, sur lequel ils installèrent Harry. Ils tentèrent quelque chose sur place, essayant de permettre au jeune homme de sortir de l'inconscience, avant de laisser échapper six mots qui finirent de faire perdre la raison à Louis.

« Le pronostic vital est en jeu. »

C'en fut trop pour le mécheux, qui hurla dans le couloir, jurant à son meilleur ami qu'il le tuerait de ses mains s'il osait l'abandonner. Qu'il ne lui pardonnerait jamais s'il le laissait tout seul ici, sans personne pour vivre près de lui. Des larmes, il ne sentait plus rien d'autre que des larmes sur ses joues. C'était la seule chose qu'il arrivait encore à percevoir, en plus de sa douleur. Il se débattait, voulant retrouver le corps de la personne la plus chère à ses yeux et réussit à se libérer de l'étreinte qui le retenait. Cependant, des bras bien plus fort lui bloquèrent de nouveau le passage et il vit le visage de Liam devant lui.

« Pousse-toi!
- Ne fait pas ça Lou. Tu ne feras que les encombrer et ils ne pourront jamais l'amener à l'hôpital à temps. Je sais ce que tu ressens Louis...
- Non; répondit-il, la voix enroué et toujours parcouru de sanglots. Non, tu ne sais pas. Ce n'est pas l'homme de ta vie qui est en train de mourir allongé sur ce truc, Li. Il n'a pas le droit de me laisser tout seul... » finit soudainement Louis, se laissant tomber au sol.

Personne ne releva l'appellation qu'avait utilisé Louis pour parler d'Harry, elle était tout à fait normale dans un tel contexte. Avec l'aide de Niall, Liam s'occupa de remettre Louis sur pied et de l'emmener dans l'une de leur chambre.
Zayn les suivis, avec cette boule de haine en lui. Il aurait préféré mourir que de vivre cet instant, ne pouvant s'empêcher de se sentir coupable. Coupable de tout ce qu'il venait d'arriver... Il aimait Harry, autant que ces trois hommes assis sur le lit, mais il avait complètement perdu le contrôle de lui-même lorsqu'il avait vu Louis pleurer, à cause du bouclé. Il n'avait pas pensé un seul des mots qu'il avait dit à Harry, sachant pertinemment que jamais celui-ci ne s'était revendiqué supérieur à eux, que c'était uniquement la presse qui voulait le faire passer pour le leader. Puis, il finit par penser que s'il arrivait malheur à son ami, ce seraient là les derniers mots qu'il lui avait dit. Alors, enfin les larmes quittèrent ses yeux et il s'adossa contre le mur, la tête entre ses jambes. Il sentit quelqu'un s'asseoir à ses côtés et le prendre dans ses bras, puis il reconnu son odeur. Celle qu'il l'avait enivré quand il lui avait fait l'amour... Mais il ne voulait pas le repousser, se perdre dans ses bras lui faisait un bien fou. Liam pleurait également, il senti sa larme rouler sur son propre bras.

« C'est ma faute...
- Non Zayn, tu n'as rien à voir la dedans; murmura le châtain. Il est mal en point depuis trop longtemps... Nous sommes tous coupables. Coupable de ne pas avoir su le voir avant et encore plus de ne pas avoir essayé de l'aider.
- On aurait dû monter ce matin, dit Niall, en reniflant. Au lieu de croire qu'il ne nous dirait rien... »

Niall était allongé contre Louis, essayant tant bien que mal de calmer les tremblements et les pleurs de son ami. Il lui caressait le dos et lui embrassait la tempe, tendrement, souhaitant voir ce spectacle cruel s'arrêter. Il le détacha de lui et plongea son regard dans le sien.

« On va aller le voir d'accord? Mais il faut que tu sèches tes larmes. Inconscient ou pas, il n'aimerais pas les voir creuser tes joues. Tu me le promets?
- Oui » souffla Louis, essayant de retenir ses larmes comme il le pouvait.

Ils attendirent encore quelques minutes, puis Liam et Zayn se séparèrent lorsque Paul entra dans la pièce. Il fit un signe de tête vers Louis et interrogea Liam.

« Il va mieux? s'inquiéta-t-il.
- Pas vraiment, murmura-t-il. Mais Niall à réussi à la calmer en lui disant qu'il fallait qu'on aille le voir. Et que Haz ne voudrait sûrement pas le savoir comme ça. »

Paul ne répondit pas, mais sourit tristement et appuya sa main sur l'épaule de Liam. C'est celui qui essayait de paraître le plus fort. De tout quatre, il était le seul dont les larmes n'avaient pas encore rougi les yeux. Il n'était pas le plus vieux, loin de là, mais il trouvait que c'était son devoir de se montrer fort devant ses amis. Pour eux, et surtout pour Louis.

« Ils sont partis avec lui aussi vite que possible; reprit Paul. Je ne sais pas du tout ce qu'il se passe, ils n'ont rien voulu me dire sur son état ou autre. Ils se sont contentés de me donner le nom de l'hôpital où ils l'emmenait. Une voiture vous attends déjà dans le parking, je savais que vous voudriez le rejoindre au plus vite.
- Merci.
- Quelqu'un à appelé sa famille?
- Pas encore, non. Je pense que... commença Liam.
- Je vais le faire...
- Tu n'es pas obligé Lou.
- Je sais, mais c'est à moi de le faire. Je les appellerai une fois arrivé là-bas. »

Ils virent tous l'inspiration que Louis venait de prendre, évitant par celle-ci de laisser de nouvelles perles jaillir de ses yeux. Il était le plus faible d'entre eux aujourd'hui, le plus vulnérable d'eux quatre. Car, malgré la peur et le chagrin immense qu'ils ressentaient tous pour Harry, ils avaient également conscience que la peine de Louis était encore deux à trois fois plus grande. Zayn, qui n'osait pas regarder Louis, toujours par peur d'avoir commis une faute, n'osait imaginer l'état intérieur dans lequel devait se trouver son ami. Il le suivi dans le couloir, menant au parking intérieur de l'hôtel, et se trouva assis devant lui dans le véhicule. Il vit cette douleur intense dans les yeux de Louis et, pour la centième fois des trentes dernières minutes, le pakistanais ne put s'empêcher de se dire qu'il était la cause de tout ceci.

avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum