Chapitre XXIV

Aller en bas

Chapitre XXIV

Message  Eawy le Lun 17 Sep - 15:37

Chapitre 24
Pulsion

Au petit-matin, le soleil perçant ondula sur la peau de deux torses nu entrelacés. Le rideau entrouvert laissait passer la lumière diffuse et le spectacle qui s'offrait aux yeux du cadet était merveilleux. Louis dormait encore paisiblement, un bras autour de son ventre, et un air si serein sur le visage. Harry se délecta de cet instant, sachant combien il était précieux à ses yeux. Il sourit à la pensée qui lui traversa l'esprit. Une personne ne les connaissant pas les auraient pris pour un couple; si proche dans ce lit, et presque nu. Pourtant, le bouclé savait qu'il n'en était rien et que ceci, pour aucun d'eux, ne signifiait une possibilité de couple. Bien avant qu'il ne se rende compte de ses sentiments, le cadet dormait déjà ainsi avec Louis, alors... Il était juste plus particulier de le faire lorsque la personne présente à ses côtés, est celle que l'on aime.

« Tu es réveillé depuis longtemps? »

__Le bouclé se tourna, pour sourire à la personne ayant posé cette question, avec une voix encore endormie.

« Plus d'une heure, mais je ne voulais pas te réveiller.
- Tout ça?
- J'ai pris le rythme de l'hôpital. J'étais réveillé tôt chaque matin, pour mes bilans; expliqua le bouclé.
- Rendors toi avec moi, je veux pas me lever.
- Toi, rendors toi. Moi, je vais nous chercher à manger, j'ai que ça à faire.
- Je t'ai déjà dit que tu étais mon dieu Styles?
- Ça a déjà dû sortir de ta bouche oui. » rit le dit Styles, en se dégageant de l'étreinte chaude et s'éclipsant vers le rez-de-chaussé.

__De toute évidence, il n'était pas le seul à avoir été réveillé tôt. Les trois voix de ses amis s'élevaient déjà dans la cuisine et leur discussion attisa sa curiosité. Il prit toutes les précautions possibles pour ne laisser échapper aucun bruit et s'assit tout simplement sur une marche, au plus près de la porte, pour entendre ce qu'il souhaitait.

« Ils ont dormis tous les deux cette nuit?
- T'as de ces questions mec, forcément qu'ils ont dormis ensemble. Ils devaient tous les deux être autant en manque que l'autre; rit Zayn. Et puis après tout ce qu'Hazza à surmonté, il a bien droit d'être enfin chouchouter comme il se doit.
- Ah parce que Harry est le seul à devoir être chouchouter?
- Qui d'autre dans cette maison est anorexique? répondit le pakistanais, semblant soudainement sur la défensive.
- Qui d'autre dans cette maison c'est mieux occuper de lui que Louis? Pourtant, lequel d'entre nous à pris plus de vingts minutes de son temps pour demander à Lou comment, lui, allais pendant ces dernières semaines? s'énervait Niall. Il en avait tout autant besoin qu'Harry, mais personne n'en a rien eu à faire!
- Il a raison; souffla le châtain.
- C'était différent...; poursuivis le métis, leur cherchant des excuses. Et tu étais là toi, il a bien dormi avec toi plusieurs fois quand il allait mal? »

__Harry, toujours concentré sur ce qu'il entendait du hall, sentit son coeur se serrer lorsqu'il entendit cela. Il n'avait rien à craindre de Niall, il le savait, mais savoir qu'un autre que lui avait dormi avec son Lou le rendait fou.

« Tu crois sincèrement que dormir avec moi l'a aidé? Il se cache derrière ses putains de blagues pour ne pas montrer son état, mais on sait tous les trois qu'il crevait à petit feu de savoir Harry dans ce lit d'hôpital. Et pourtant, il n'y a que de lui dont il avait besoin. Il n'est peut-être pas anorexique, certes, mais maintenant, il a tout autant le droit qu'on s'occupe enfin de lui. »

__Se sentir coupable, s'en vouloir; voilà tout ce qui traversait le bouclé à ce moment. Il n'avait pas su voir que Louis donnait toute son énergie pour lui, et qu'il le faisait passer encore avant ses propres besoins.
__Harry entendit une chaise bouger dans la cuisine et se leva précipitamment, tout en faisant du bruit pour laisser penser aux autres qu'il venait seulement de descendre l'escalier. Il pénétra dans la pièce à vivre avec un immense sourire, pas tout à fait faux, et salua chacun d'eux par un baiser sur la joue.

« Que de joie de si bonne heure. On nous a rendu un faux Styles ou bien? plaisanta Zayn, en lui ébouriffant ses boucles.
- La ferme toi; sourit le bouclé. J'aime juste me dire que je vais déjeuner dans cette maison et que ce sont vos visages que je vois en premier.
- Tu restes manger avec nous?
- Je ne vais pas prendre grand chose et puis, de toute façon, j'amène son petit dej' à Louis là-haut.
- Quel prince charmant; siffla le pakistanais. Prenez-en de la graine les mecs, je veux le petit dej' au lit demain matin moi aussi. »

__Harry ne put empêcher son regard de se déporter vers Liam. Le métis ne l'avait pas exclusivement cité, mais le bouclé avait compris le message qu'avait voulu faire passer Zayn à celui que l'on pouvait désormais appeler son petit-ami. Harry rit seul à cette pensée, ce qui attira le regard de ses amis. Il se sentit vulnérable et agita la main, leur signalant de passer à autre chose.
__Il prit ce qu'il souhaitait ramener à son meilleur ami, tout en réfléchissant à la relation Ziam. Il n'en avait pas parler avec le métis depuis un moment, et voulait savoir comment cela se faisait que personne ne semble au courant dans cette maison. Le bouclé prit donc la décision d'aller parler à son ami, plus tard, pour mettre tout cela au clair.

« Je croyais que tu n'avais pas faim? entendit-il, de la part de l'Irlandais.
- Non, pas trop, pourquoi?
- Tu comptes engraisser Louis avec tout ça?
- Non, simplement le chouchouter; répondit Harry, prenant soin de réutiliser les mots entendu quelques minutes auparavant.
- Oh, je vois; rougit Niall, comprenant qu'ils avaient été surpris dans leur conversation.
- Ne t'inquiètes pas, je comptes prendre soin de lui, comme il l'as fait pour moi pendant tous ces jours. Il le mérite amplement, tu as raison. »

__Un sourire sincère avait pris place sur les lèvres du brun, lors de ces derniers mots, alors qu'il s'éclipsait déjà vers le premier étage. Ses bras étaient pleins de toutes sortes de choses dont Louis raffolait, ce qui indiqua au bouclé que c'était son aîné qui avait été chargé des provisions durant son absence. Les autres ne le connaissait pas assez pour ramener, dans le détail, toutes les pâtisseries que Louis préférait.
Un soupir s'échappa de sa bouche lorsque Harry ouvrit la porte et qu'il vit le dos de son ami se soulever au rythme de sa respiration, toujours avachi dans les draps. Lui, les bras encombrés, luttait pour refermer la barrière de bois derrière lui et vint lâcher toutes ces provisions à la place qu'il avait occupé peu de temps avant. Il contourna le lit, et s'agenouilla devant un Louis, réveillé, qui plongea ses yeux azur dans les siens.

« Tu es beau...; murmura le mécheux, encore dans les nuages.
- Pas autant que toi; rit Harry, prenant cette remarque pour une boutade.
- Dit, tu m'as ramené à manger?
- Merci de préférer la bouffe à ton meilleur ami, c'est touchant. »

__A peine eut-il fini sa phrase que le bouclé se retrouva à califourchon, sur un Louis qui venait de lui agripper le bras. Ce dernier rigola de lire la surprise se dessiner sur le visage du plus jeune et continua d'admirer ses traits, à ses yeux, parfaits.
__Harry frissonna au touché de son meilleur ami et sentit son sang ne faire qu'un tour. Ses yeux le clouait sur place, sa main sur son bras l'électrisait et ses lèvres l'attirait tant, que ça n'en semblait pas permis. Son cerveau ne paraissait plus connecté à son corps; Louis, il n'y avait plus que Louis qui comptait. Aucun des gestes qu'il voulu faire ne se produisit, pas un, hormis celui qu'il aurait voulu éviter. Il avait passé tant de temps à l'abri, que le bouclé n'avait pas songé au fait que son propre corps avait des besoins à assouvir. Et ce besoin était présent, bien plus que tout autre. Sans s'en rendre réellement compte, Harry approcha dangereusement son visage de celui de son meilleur ami. Il ne voyait plus qu'elles, les lèvres roses et d'apparence sucrés que possédait ce châtain face à lui. Et alors qu'il perdit définitivement tout contact avec la réalité, sa propre bouche se délecta enfin de celle de Louis. Pour la première fois depuis ces nombreux jours à le rêver, le bouclé embrassait enfin celui qu'il aimait. Pourtant, cela ne dura qu'un instant; le temps pour Harry de se rendre compte de ce qu'il faisait, et de remarquer, qu'en aucun cas, son meilleur ami ne répondait à son baiser. Il se décolla rapidement de Louis, les yeux exorbités, et descendit du lit au plus vite. Le brun ne prit pas la peine de ramasser les vêtements qu'il avait laissé ici la veille, ni même d'adresser un regard au mécheux encore allongé sur le matelas, avant de quitter la pièce complètement paniqué. Et son ami ne chercha pas à la retenir. Il se rua dans sa chambre, enfila les premiers vêtements qu'il trouva dans son dressing et en ressortit tout aussi vite, la peur s'infiltrant dans ses entrailles.

« Hazza? Qu'est-ce qu'il se passe? demanda Zayn, qui le retint dans l'escalier.
- Lâche-moi, merde! » cria le bouclé à l'attention du pakistanais, avant de passer la porte de l'appartement.

__Il ne savait pas où il allait, il ne savait pas comment il irait, mais Harry souhaitait simplement partir loin de cette demeure, le temps de plusieurs heures. Il ne voulait affronter ni ses amis, ni les nombreuses questions et moins encore le regard accusateur, haineux et repoussant que lui adresserait Louis lorsqu'il rentrerait. Il avait encore le gout de ses lèvres sur les siennes et, à cet instant, c'était sans doute la seule chose qui pouvait le sauver de la déchéance.

*
* *

__Pendant ce temps, dans une chambre quitté il y a à peine quelques minutes, le deuxième acteur de cette scène se trouvait toujours dans la même position. Allongé dans son lit, le regard rivé sur le plafond, il passait sans cesse ses doigts sur ses lèvres, se demandant encore s'il avait rêver ou non. Puis l'évidence lui apparu alors; en plus de n'avoir pas rêver, il n'avait pas non plus répondu à ce baiser, ni même retenu celui qu'il aimait lorsque qu'il s'était enfui. D'un geste ravageur, il attrapa la lampe posé près de son lit et la balança à travers sa chambre. Pourquoi, ô dieu, était-il si lent à la détente? Pourquoi son esprit n'avait pas su assimilé, en un dixième de seconde, que son meilleur ami était en train de l'embrasser?
__Louis était perdu, indécis, partagé. Pourquoi Harry avait-il fat cela? Serait-il parti si il avait répondu? Mais surtout, ressentait-il le moindre sentiment envers lui? Louis se demandait maintenant, si la plus infime chance pour que ce qu'il ressente soit partagé, était sincèrement possible. Bien trop d'éléments allait dans ce sens.

« Louis, il s'est passé quoi? »

__Zayn venait d'entrer dans sa chambre, en trombe, sans doute suite au cri d'Harry que Louis avait entendu. Le pakistanais vit la lampe à terre, brisé, et commença à perdre à la fois pied et patience. Que ce passait-il dans cette maison, d'assez grave pour l'un de ses meilleur ami soit parti, hystérique, et que l'autre devienne cinglé dans sa chambre?

« Je t'ai parlé. Qu'est-ce qu'il y a eu avec Harry?
- Sors de là...
- Je ne crois pas, non.
- Dégage! » hurla Louis à son tour, au visage du métis.

__Niall, qui passait par là au même instant, vécu la scène au ralenti. Zayn s'avançait vers Louis, prêt à lui administrer une bonne gifle pour le remettre d'aplomb, mais l'irlandais l'en empêcha.

« Zayn, arrêtes. Il veut juste être seul, comme Harry apparemment, alors laisse le. C'est à eux de régler ça, pas à nous. Pas s'ils ne nous le demandent pas. »

__Les deux amis sortirent de la pièce, en adressant un dernier regard au mécheux, puis fermèrent la porte derrière eux.

« Niall! Attends! »

__Ni une, ni deux, la porte de la chambre s'ouvrit à nouveau, sur un Niall aux aguets. Louis entendit Zayn pousser un soupir de mécontentement, derrière lui, mais n'en tint pas compte. Les lèvres du bouclé sur sa bouche étaient encore bien trop encrés en lui pour qu'il ne s'inquiète des pensées de Zayn. Il sentit le blond s'asseoir près de lui, puis passa ses mains sur son visage, comme si ce simple geste pouvait tout effacer.

« Vas droit au but, il n'y a rien d'autre à faire je crois là.
- Je sais pas comment te dire ça...
- Dit-le, c'est tout. Aussi simplement que le jour où tu m'as dit que tu étais amoureux de lui.
- Il m'a embrassé... »

__Là ou Louis aurait voulu être réconforté, trouver un minimum de réponses et se sentir épaulé; il n'eut droit qu'au visage ahuri de Niall, le regardant comme s'il était fou.

« Tu es sérieux?
- Non! J'invente tout ça parce que je trouve ça sympa... Merde Niall, forcément que c'est vrai! recommença à crier le mécheux.
- Ok, d'accord. Mais je comprends pas en quoi c'est une mauvaise chose? Tu l'aimes et, de toute évidente, si il t'as embrassé c'est que tes sentiments sont réciproques, non?
- J'ai pas répondu...
- À?
- Je me suis contenté de rester là, sans bouger... Puis il est parti.
- Voilà donc pourquoi Zayn à eu droit à sa première embrouille de la matinée. » souffla l'Irlandais.

__Le mécheux grimaça, sachant pertinemment que la deuxième altercation de Zayn était sa faute, uniquement sa faute. Quoique, indirectement, la première également.

« Je ne sais même pas pourquoi il est parti... Parce que j'ai pas répondu ou parce qu'il à fait ça comme ça, pour essayer, et voir ce que ça fait d'embrasser un mec. Et qu'il s'est rendu compte du dégoût que ça lui provoquait.
- Mais la fermes Tomlinson! Tu te rends compte de tes conneries là un peu?
- Mes conneries?
- Je te l'ai déjà dit Lou, je ne peux rien savoir à sa place. Mais là, maintenant, à cet instant précis, comment peux-tu encore douter?
- Je ne sais pas si j'en doutes, ou si c'est plus simple de me cacher une probable vérité.
- Tu pourrais développer? »

__Bien-sûr qu'il le pouvait, mais ce serait mettre à jour les hypothèses farfelus qu'il s'était imaginé. Et dans son désir de le vouloir si fort, il avait peur de s'être trompé sur toute la ligne.

« Hier, quand j'ai été le chercher à l'hôpital, dans la voiture il m'a laissé entendre que ses 18 ans avaient été parfait, parce que je lui ai dit certaines choses.
- La fameuse déclaration dont j'ai entendu parler; sourit Niall.
- Ah bon?
- Par Zayn et Liam, oui. On en à parler, rapidement, mais c'est pas le sujet. Continu.
- Quand il m'as regardé après ça, j'ai eu l'impression de déceler plus que de l'amitié dans son regard, mais j'ai eu peur de voir ce que je voulais voir, alors j'ai abandonné l'idée...
- Quel naïf; soupira l'irlandais.
- Et puis, il y a eu hier soir...
- Vous avez fait des folies de vos corps? commença Niall, en rigolant, comme si c'était plus fort que lui.
- Pauvre con; sourit le mécheux, pour la première fois depuis le départ d'Harry. Il m'as dit quelque chose...
- Quand vous étiez couché?
- Quand il pensait que je dormais, oui. On a parlé de son anorexie, et je lui ai demandé ce que j'avais fais de mal, pour que ce soit en partie de ma faute.
- Tu as eu ta réponse?
- Non. Enfin, pas vraiment. Il m'a juré que je n'y étais pour rien, puis après on s'est couché. Il a attendu de me croire endormis, je sentais son regard sur moi, et il a juste murmuré cinq mots au bout d'un moment... « Tu as volé mon cœur. ».
- Donc ton délire sur son dégoût et compagnie est bel et bien à exclure, tu ne crois pas? Je sais qu'au fond de toi, tu commences à en être convaincu Louis, ne me mens pas. »

__Louis haussa les épaules, ne sachant pas quoi répondre devant cette question. Sa raison doutait encore, comment se pourrait-il qu'après tous ces mois, ce qu'il ai tant attendu se présente? C'était inconcevable. Et pourtant... Leurs attitudes, ce regard, ces cinq mots et ce baiser. Le coeur du châtain s'emballa en y repensant à nouveau et reprit sur une cadence toute nouvelle à son muscle : battre au rythme de l'espoir, le véritable espoir.
avatar
Eawy

Messages : 16
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 26

http://the-call.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum