Chapitre VII

Aller en bas

Chapitre VII

Message  Eawy le Lun 17 Sep - 15:33

Chapitre VII
Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.



Lundi 28 Février 2019
aux environs de 10heures



Eden avança dans les couloirs bondés du lycée. Voilà maintenant plus de trois mois qu'elle avait rejoint cette nouvelle vie, tout était allé si vite. Elle avait rencontré de nouvelles personnes, elle s'était fait de vrais amis sur qui elle était sûre de pouvoir compter. A présent, elle attirait la jalousie de plusieurs filles qui avaient remarqué le béguin de Carter envers elle. Pourtant, la jeune fille s'en fichait au plus haut point, ce garçon n'était pas du tout son style. Mais surtout, elle s'était énormément rapprochée de ses parents, qui eux, revoyaient presque tous les jours leurs anciens amis. Ils étaient redevenus comme avant, les meilleurs amis du monde. La réconciliation avait été difficile, Harry étant relativement rancunier, mais Louis avait su apaiser les tensions. Du fait de ce rapprochement, Eden les voyait aussi. Elle le voyait. Et plus c'était le cas, plus elle en était sûre. Niall était un garçon adorable avec elle, il la complimentait, et elle rougissait, comme une imbécile. Elle s'en voulait horriblement d'être aussi mielleuse face à lui, mais il la cherchait. Le pire dans tout cela, c'est qu'elle était tombée dans le piège, elle avait sauté dedans et Niall l'avait poussé. Eden était devenue incontestablement et irrévocablement amoureuse de Niall. La jeune fille avait mis des jours, des semaines même, à s'en rendre compte et à l'avouer. Scarlett et Adam l'avaient aidé, eux le savaient depuis longtemps. C'était Niall, ça avait toujours été lui. Était-ce utile d'évoquer les millions d'obstacles qui s'initiaient entre eux ? D'abord il y avait ses parents, et par dessus tout, cette foutue différence d'âge de 10 ans. C'était beaucoup trop, et ils le savaient tout les deux.
De son côté, Niall ne cessait de penser à elle. Il se l'interdisait, et pourtant, à chaque fois qu'il la voyait, il tombait dans le panneau. Il pensait que tout était de sa faute, il avait joué au con, et il avait perdu. Mais en aucun cas le jeune homme ne savait la nature exacte de ses sentiments. Il était fortement attiré par la brune, c'était sûr. Mais il n'avait pas le droit, non, il ne devait pas déconner. Alors il s'efforçait de ne pas la regarder lorsqu'elle souriait, encore moins quand elle réfléchissait. La voir assise à cette fichue chaise au deuxième rang était devenue une véritable torture, et Niall n'arrivait plus à gérer cela. Que se passait-il ?

Plus les jours passaient, plus Niall & Eden étaient perdus.
Maintenant, deux mois s'étaient écoulés depuis leur rencontre...


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de 11heures


« J'adore les jours de congé. »
« Celui qui n'aime pas ça est un imbécile, chéri., rit Louis »


Harry était au paradis. Allongé dans son lit, blotti contre son mari, il ne pouvait espérer une meilleure journée. Il savait qu'il n'allait absolument rien faire, ne pas bouger de ses draps douillets et dormir, ou bien passer des heures entières avec celui qu'il aime.


« Moque toi. Avoue que c'est parfait. On est tout les deux, seuls au monde, avec personne pour nous embêter. Notre portable est coupé, la porte est fermée. Eden travaille tranquillement au lycée. C'est encore mieux que dans les rêves., soupira le plus jeune »
« T'es satisfait avec pas grand chose, toi, en fait. »
« Tant que je me trouve à tes côtés, je le suis. »


Louis sourit et embrassa son conjoint avec délicatesse. Il posa ses mains sur ses hanches et les caressa, redécouvrant à chaque fois ce corps qu'il avait adulé pendant tant de temps. Harry le poussa et s'allongea sur lui. Il rabattit les couvertures entièrement sur eux dans un rire, il savait que les jeunes mariés allaient encore passer une bonne matinée...


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de midi


Si vous êtes des âmes sensibles, je vous préviens,
la suite est particulièrement dure et angoissante.


« Ma soeur va se marier., lâcha Adam »
« Sérieux ? »
« Très sérieusement. Et j'ai le droit d'inviter des amis, alors je me disais que peut-être... »
« Tu pourrais inviter tes deux adorables meilleures amies ? »
« En fait, ça aurait dû paraître beaucoup plus fou si c'était moi qui l'avait dit. Vous m'auriez acclamé comme un héros aussi, normalement. Sauf que Carly me coupe à chaque fois, j'en ai marre. Sinon oui, c'est à peu près ça. »
« Oh mon dieu Adam, tu es mon héros. Je vais pouvoir m'engraissé de petits fours toute la journée. Le rêêêêêêve ! »


Adam rit et donna une tape amicale sur l'épaule de Scarlett. De son côté, Eden regarda aux alentours, il n'y avait que le self rempli d'élèves. Et Niall, qui, lui, discutait avec d'autres professeurs de son côté. Soudain, quelque chose attira son attention. Un homme venait d'entrer dans la salle, quelqu'un qui n'était pas habituel au lycée. Il était entièrement vêtu de noir et portait une cagoule de la même couleur sur la tête. En une seconde, il sortit une arme et tira au hasard dans les tablées. Des cris stridents se firent entendre, tout le monde se retourna sur ce nouvel arrivant, visiblement, personne n'avait été touché. La jeune fille observa autour d'elle mais ne vit que des regards apeurés, dont ceux de Scarlett et Adam. Elle ne comprenait plus rien, certains tentèrent de s'enfuir, mais l'enfoiré avait soigneusement et discrètement tout verrouillé.


« La ferme ! La ferme, j'ai dit ! On ne bouge plus. Tout le monde s'assoit et ferme sa gueule !, cria l'homme »


Les personnes présentes obéirent. Eden regarda en face d'elle, Niall était là, il l'avait vu, et elle lut sur ses lèvres qu'il fallait qu'elle ne s'inquiète pas. Le silence régnait dans la salle, plus personne n'osait bouger. Les filles derrière elle commencèrent à pleurer silencieusement. Et si c'était la fin ? Non, elle ne pouvait pas mourir comme ça. Adam tendit les mains, il entrelaça ses doigts à ceux de ses deux meilleures amies, qui elles, firent de même. Quoi qu'il arrive, ils seront ensemble, à jamais. Un adulte courageux se leva, tenant ses mains au dessus de sa tête. Instinctivement, l'homme pointa son arme vers lui.


« Qu'est ce que vous voulez ? Il n'y a aucun argent dans ce self., tenta-t-il »
« Qu'est ce que je veux ? Il rigola excessivement. Voyons, qu'est ce que je veux... Tous vous tuer ! Je sais pas si vous êtes au courant, vous les élèves, mais il y a vingt ans, une prise d'otage a eu lieu dans ce self. Et vous savez quoi ? J'étais là, ouais. J'étais là et l'enfoiré qui a été à l'origine de ça a tué ma soeur. Il donna un coup dans une table. C'était ma soeur ! Aujourd'hui, je suis là pour me venger. Je vais tous vous abattre, un par un, et je vais vous montrer ce que ça fait. Je vais montrer à vos familles le mal que ça fait de perdre un être cher. J'espère qu'ils vont crever du malheur, parce que moi, à l'intérieur je suis mort. Maintenant vous allez faire un truc, levez-vous et allez tous vous asseoir au fond de la salle, collez-vous au mur. »


La totalité des personnes fit ce qu'il demandait. Eden, Adam et Scarlett ne se lâchèrent pas, c'était simplement inconcevable. Niall se dirigea vers le groupe et s'assit à côté d'eux. Il voulait les protéger, il allait s'en vouloir toute sa vie s'il les laissait mourir dans ces conditions. Il préférait que l'homme prenne sa vie plutôt que celle dont il était attaché au plus haut point.


« Qu'est ce que tu fais ?, demanda Eden »
« Je vous protège. »
« Tu ne peux rien faire. »
« Je peux faire bien plus de choses que tu ne le crois. Ce mec ne s'en sortira pas vivant, mais vous, oui. »


Niall se contrefichait bien de ce qu'on pouvait penser de lui, de ce que les autres élèves qui l'avaient entendu chuchoter ça diraient dès qu'il serait sauvé. S'il allait être sauvé... Pour l'instant, personne n'avait l'air d'y prêter vraiment attention, le contraire aurait été étonnant. Eden se sentit mal, oppressée. Quelque chose lui tiraillait dans sa poitrine, une crise d'angoisse. Elle ferma les yeux et vit le diable. Il était revenu, dans toute sa splendeur, elle voyait son corps courir, ses yeux briller d'un rouge flamboyant et sa bouche se tordre en un rire moqueur. La tête lui tournait, elle ne voyait plus rien, elle ne pouvait plus respirer, elle voulait crier, rien ne sortait. La mort. Le diable criait dans son cerveau qu'elle allait mourir, crever et brûler dans les flammes de l'enfer. Tout son corps s'agitait. Elle sentit des mains se poser sur ses joues, la chaleur corporelle de Niall s'approcha d'elle.


« Eden, Eden, calme-toi. Tout va bien se passer. Tant que je serais là, tout se passera bien. Tu vas t'en sortir, d'accord ? »


De là où il était, l'homme ne pouvait ni voir ni entendre ce que faisait les deux jeunes. Il ordonna à tout le monde de lui donner leur portable, ou n'importe quoi qui pourrait servir à communiquer avec l'extérieur. La salle entière s'exécuta. Certains suppliaient, d'autres pleuraient, il s'en fichait, il n'avait pas de coeur. Les personnes étant à l'extérieur du self furent évacuées en dehors du lycée, on pouvait voir une masse d'élèves sortir grâce aux baies vitrées. Ils étaient paniqués, ils tentaient de regarder à travers les carreaux, mais ils ne pouvaient rien faire. Personne ne pouvait rien face à cette flopée de vies en danger constant...


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de 13 heures



« Et c'est maintenant dans un quartier tranquille de Londres que nous apprenons une prise d'otage, dans le lycée Green. »


Zayn sursauta sur sa chaise à l'entente de ce nom si familier, il hurla à Liam de venir. Ce dernier prenant sa douche et n'avait rien entendu de ce que la télévision diffusait.


« Liam grouille, grouille. Y a eu un truc au lycée ! »
« Qu'est ce qu'il y a ?, dit le concerné en arrivant simplement »


« Un homme est entré dans la cantine et a menacé les élèves et les quelques professeurs présents dans la salle. Nous n'avons pas beaucoup d'informations, pour l'instant il n'est pas question de rançon. Aucun coup de feu n'a été entendu et les personnes se tenant à l'extérieur de la salle concernée ont été évacuées. La police est sur place et tente de communiquer avec l'agresseur. Nous allons suivre cette affaire de très prêt, nos équipes sont devant le bâtiment. Les... »


« Merde, merde. Eden est au lycée, appelle Louis et Harry, vite ! Ils sont peut-être pas au courant !, paniqua Liam. C'est leur journée de congé et ils se coupent du monde. »


Zayn empoigna son portable sans attendre et composa le numéro de Louis. Il tapa du pied avec impatience, craignant qu'il ne réponde pas. Il lui supplia de décrocher. Leur fille était en danger...


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de 13 heures



Alors que Harry donnait un dernier coup de reins sur un Louis en extase, un téléphone vibra. Le plus jeune grogna et continua ses gestes sans se préoccuper du cellulaire. Il s'arrêta, puis il re-sonna encore. Cette fois, Harry soupira et entama un reproche.


« Merde Lou, on avait dit qu'on éteignait nos portables aujourd'hui ! »
« Attends, deux secondes, c'est peut-être important. J'en ai pas pour longtemps. »


A moitié en état, Louis chercha son portable sur la table de chevet à côté. Il regarda sur l'écran et vit le nom de Zayn s'afficher. Ah, finalement ce n'était peut-être pas si urgent que ça. Tant pis, il répondrait quand même.


« Allô ? »
« Louis ! Enfin ! Est-ce que Harry est à côté de toi ?, demanda un Zayn essoufflé »
« Oui, il est à côté de moi. Pourquoi ? »
« Enfin, sur le coup, je suis plutôt en toi..., rit le bouclé »
« T'es au courant pour le lycée ?! Y a eu une prise d'otage juste ce midi, Eden est là-bas ?! »
« Quoi ?! Oui Eden est là-bas ! Merde Harry, y a eu une prise d'otage au lycée y a peine une heure !, alerta Louis. Merci infiniment Zayn. Putain si tu m'avais pas appelé, on aurait rien vu... Elle est peut-être... »
« Non Louis, elle va bien, je suis sûre qu'elle va bien. C'est pas le moment d'y penser. Panique pas. Ecoute, Liam et moi on vous rejoint devant le lycée d'accord ? Faites attention à vous. A tout de suite. »


Louis raccrocha tandis qu'il se rendit compte que son mari était totalement figé, paralysé. Il le secoua et les deux jeunes hommes se levèrent et s'habillèrent en une vitesse record. Ils entrèrent dans la voiture et Louis roula à des km/h qui n'étaient certainement pas permis. Il maudit le chauffeur devant lui d'aller si lentement lorsqu'il l'eut rattrapé. Sans réfléchir, il le doubla et tapa frénétiquement sur le volant. Arrivés devant le lycée, il remarqua l'air paniqué des parents déjà présents et des élèves qui auraient pu y passer. Là-bas, ils retrouvèrent Zayn et Liam et les prirent dans leurs bras. Harry s'effondra, faible, en larmes. Liam le soutenu tant qu'il le pouvait. Zayn expliqua qu'il s'était renseigné auprès des forces de police, il n'y avait pour l'instant aucun blessé, mais l'agresseur comptait bien utiliser ses munitions, et ce n'était que le début... Soudain, Louis eut une illumination.


« Les gars, on a un gros problème. »
« Je crois qu'on est au courant... »
« Il n'y a pas qu'Eden à l'intérieur qui nous soit proche... »
« Putain, Niall !, cria Liam »


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de 14 heures



A l'intérieur, la panique avait envahi la salle entière. Certains élèves continuaient de pleurer, ils sentaient que la mort était proche. Niall, Scarlett, Eden et Adam attendaient patiemment que leur tour vienne. Pour l'instant, personne n'avait été tué, et ils se demandaient bien ce qu'attendait cet idiot. Eden pensait à ses parents, la tristesse qu'ils ressentiraient si elle se devait de partir dans l'autre monde. Pourquoi cela devait-il lui arriver à elle, à eux ? Elle regarda par la fenêtre, et la pire des tortures s'enclencha, elle les vit. Elle se redressa sur elle-même et les observa, ils étaient anéantis. Il y avait Zayn et Liam à côté d'eux. Instinctivement, des larmes coulèrent sur ses joues. Elle pouvait les voir, mais pas eux, c'était des vitres teintés. Au deuxième étage, donc d'autant plus difficile. Elle prévint Niall des personnes se trouvant dehors, et il soupira de mal-être.
Des heures passèrent, et la fin de la journée commençait à pointer le bout de son nez. Il devait être 17 heures, tout au plus, et aucun avancement. Attendre ici était vraiment angoissant.


« Adam, il faut que je t'avoue quelque chose..., chuchota Scarlett »
« Je t'écoute ? »
« C'est assez difficile à dire, mais... On est en danger et peut-être qu'on ressortira pas de ce lycée vivants alors, je voulais te dire que..., sa gorge se serra. Toi et moi, on a toujours été proches, mais je... Je... Même si j'ai voulu me convaincre que je t'aimais comme un meilleur ami ça a jamais été vraiment le cas. Je crois que je suis amoureuse de toi... »
« Et tu as attendu qu'on soit séquestrés pour me le dire ? »
« Je suis désolée... »
« Ne le sois pas. Mais maintenant, j'espère deux fois plus qu'on va être relâchés, c'est tout. »
« Qu'est ce que tu veux dire ? »
« Qu'on aura les moyens d'être heureux ensemble qu'une fois dehors. Moi aussi je t'aime, sweetheart. Et j'ai été étonné que tu ne le vois pas avant avec tous les signaux que je t'ai envoyé. »


Malgré la situation, Scarlett sourit et à l'intérieur d'elle, elle ressentit la lueur d'espoir grandir un peu plus. Un poids s'était enlevé, aussi. Adam resserra son étreinte autour de sa, désormais, petite amie. Eden, qui avait tout entendu, sourit, et fut heureuse que sa Carly ait enfin eu le cran de tout avouer. Pour sa part, elle savait depuis longtemps. Après de longues heures d'attente, l'agresseur se releva de sa chaise et menaça la salle entière.


« Bon, je vous ai assez fait languir comme ça. Maintenant, on passe au plus amusant. Qui va y passer en premier. Ma soeur était jolie, on a qu'à prendre une jolie fille... »


Il passa entre les élèves assis au sol et en choisit une qu'il trouvait assez à son goût puis lui demanda de se relever. La jeune fille, apeurée, fit ce qu'il demandait mais suppliait de la laisser en vie. Sans scrupule, il appuya sur la détente et le corps sans vie s'écroula au sol. Des cris résonnèrent dans toute la pièce, elle se vidait de tout son sang. Eden tourna la tête et la cacha à l'aide de l'épaule de Niall, bien recouverte d'un sweat épais. Elle ferma les yeux, tout ce qu'elle espérait, c'était se réveiller. Lorsque la fille avait été tué, des élèves s'étaient dispersés partout, essayant de se cacher le plus possible. Le groupe des quatre personnes s'étaient réfugiés sous une table, et même si ce n'était pas très sûr, ils étaient tout de même moins voyants que collés à un mur.


« Il faut faire quelque chose, dans quelques minutes, la salle va devenir une véritable boucherie., dit-il »
« Mais on ne peut rien faire ! »
« Ecoute, il a laissé son pistolet au sol, si je rampe jusqu'à lui, j'ai peut-être une chance de lui prendre. »
« Ne fais pas ça, s'il te voit, il te tue. »
« Mais si je réussis, on est sauvés. Et il n'y aura eu qu'une victime. »
« Tu es sûr de toi ?, demanda-t-elle »
« Dans ces conditions, on ne peut jamais l'être. Mais j'ai pas le choix. »


Le jeune homme commença à sortir de sa cachette, peu rassuré, mais il fut retenu par Eden qui lui attrapa le bas de son tee-shirt.


« Niall, attends. Fais attention à toi, d'accord ? »
« Je te le promets. »
« Essaie de ne pas te faire tuer. »


Il s'apprêta à sortir une nouvelle fois, mais il se retourna et sans trop réfléchir, embrassa Eden. Lorsqu'il se détacha d'elle, il croisa son regard, et surtout son sourire. Dans une ultime tentative, il rampa jusqu'à l'homme et attrapa discrètement l'arme, il avait réussi. Il se releva et la pointa sur la tête de l'agresseur, piégé, il était piégé.


« Tu bouges un seul doigt, je t'explose la tête. Maintenant, tu te rends et tu laisses les gens sortir, tu peux plus rien faire. C'est finit. »


Tout était terminé.


Alors je peux partir comme un loup solitaire qui, blessé, s'en ira mourir auprès d'un hêtre.

Lundi 28 Février 2019
aux alentours de 19 heures



Tous les proches avaient les yeux rivés sur la porte, attendant que la personne qui leur était si chère sorte de ce fichu lycée. Les quatre jeunes hommes restèrent fixés, impatients qu'Eden et Niall soient là. Ils allaient bien. Enfin, les deux concernés montrèrent le bout de leur nez. Louis et Harry foncèrent vers Eden et la serrèrent dans leurs bras. Elle était totalement épuisée, tout retomba et elle s'effondra en larmes. De son côté, Niall rejoignit Zayn et Liam. Les journalistes filmaient les retrouvailles qui se déroulaient entre tous ces pauvres personnes, ils tentaient même d'interviewer la plupart d'entre eux, c'était inhumain. Eden respira un grand coup, elle n'en pouvait plus, elle avait passé la pire journée de toute sa vie.


« C'est finit, princesse. On est là, personne ne te touchera plus, tu entends ?, dit Louis »
« Je veux rentrer. »
« Bien sûr. On te ramène à la maison. »
« Contents de te retrouver, Eden. »
« Moi aussi, Zayn. Je crois qu'on peut remercier Niall. C'est lui qui nous a sauvé, tous. »
« Vraiment ? »
« Euh, non, pas vraiment. J'ai juste... profiter d'un moment d'inattention de la part de l'agresseur. Le principal c'est qu'on soit là. Il a tué une fille, elle s'appelait Vanessa. C'était une chouette élève. »


Eden ressentit un pincement au coeur face à cette dernière phrase, la jalousie, peut-être ? Ils décidèrent ensemble de rentrer chez eux. Tout le monde était fatigué, les larmes avaient coulé, ils en reparleraient le lendemain, ce soir plus rien n'était possible. Arrivée à la maison, Eden alla directement se glisser dans ses draps. Louis et Harry la rejoignirent peu de temps après, pour parler un peu. Il était relativement tôt, et ils ne voulaient pas dormir à cette heure là.


« Tu es sûre que ça va aller, Eden ? Tu ne veux vraiment rien manger ? »
« Non, non, j'ai le ventre trop noué. »
« Comme tu voudras. N'hésite pas à nous le dire si tu as besoin de quoi que ce soit. »
« Promis. Dites... Vous savez, tout à l'heure, dans le self... J'ai fait une crise d'angoisse et... Je l'ai revu, encore. »
« Il faut qu'on trouve une solution, ça ne peut plus continuer. »
« Mais ça s'est justement arrêté quand Niall m'a parlé. »


Louis baissa les yeux et ses doigts se resserrèrent autour de ceux d'Harry.


« On en reparle demain, tu devrais dormir. »
« Oui. »


Eden ne cherchait pas le conflit, et elle savait que si elle continuait ce sujet, il allait prendre forme. Ses parents sortirent de la chambre et elle passa son doigt sur ses lèvres, à l'endroit où il avait déposé les siennes. Merde, qu'est ce qu'il avait fait ?

Merde, ils étaient amoureux.
avatar
Eawy

Messages : 16
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 25

http://the-call.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum