Chapitre XV FIN

Aller en bas

Chapitre XV FIN

Message  Sniezde (admin) le Mar 21 Aoû - 12:56

Et voilà le dernier chapitre ! Beaucoup de péripéties dans cette fiction !
Merci encore aux AUTEURS Fabu-Louis, dont vous pouvez trouver un o.s sur le forum
Very Happy

Chapitre XV
"I'll build you up, I'll never stop / You know I'll take you to another world"



Zayn pressait le pas. Il voulait arriver chez Louis le plus vite possible. Tout cela n'était pas bon du tout. Il serra entre ses doigts le magazine roulé. Magazine, ou torchon, il n'était pas tellement sûr du terme adéquat à utiliser. Quand il l'avait aperçu au kiosque, il avait eu des sueurs froides. Il s'était empresser le payer sous le regard amusé du vendeur et s'était précipité dans la première bouche de métro pour se rendre chez Louis le plus vite possible. Ils ne prenaient jamais les transports en commun et Paul l'aurait probablement tué s'il l'avait vu. Quoi qu'il devait avoir d'autres préoccupations à cet instant s'il avait eu aussi le loisir de tenir entre ses mains ne serait-ce qu'un exemplaire des nombreux magazines ou journaux anglais d'aujourd'hui. Car l'information était partout. Il craignait même que les radios et les télés se soient emparées du scoop. Enfin, si on pouvait appeler ça un scoop. Il détourna la tête quand il sentit le regard insistant de deux jeunes filles qui tentaient visiblement de déterminer si oui ou non il était bien Zayn Malik des One Direction. Il tenta tant bien que mal de camoufler le magazine avant de se rendre compte qu'il attirait encore davantage les regards sur lui. Il se sentait pris au piège, comme un animal traqué. À la station suivante, il changea de wagon. Les jeunes filles semblaient avoir pris confiance en son identité et il voulait s'éviter le calvaire de devoir expliquer quoi que ce soit à des fans. De toute façon, il ne savait rien. Il ne comprenait pas. Et il savait qu'il ne pouvait rien dire à qui que ce soit avant qu'ils aient une conversation avec le management. Tout cela ne dépendait plus de lui. Et pourtant c'était hors de question qu'il attende ce moment pour comprendre ce qui s'était passé. Il maudit le métro londonien qui n'allait jamais assez vite à son goût et quand il arriva enfin à destination, il s'engouffra dans les couloirs et se précipita à l'air libre. Il courut presque jusqu'à l'appartement de son ami. Il tambourina à la porte comme un forcené. Louis lui ouvrit avec une expression de surprise à peine feinte.

"Qu'est-ce que tu fais là ?
- Laisse moi entrer Lou.
- Euh... ok."

Zayn bouscula presque son ami et ferma la porte derrière eux, jetant des regards alarmés dans la rue. Il craignait de voir une horde de paparazzis et autres journaleux débarquer d'une minute à l'autre.

"Ok, Lou, c'est pas bon. Pas bon du tout !
- De quoi tu parles Zayn ?"

Zayn brandit le magazine au dessus de sa tête. Il était dans tous ses états.

"Mais ça Lou ! ÇA ! Me dis pas que tu l'as pas vu merde !
- Mais qu'est-ce que t'as à gueuler comme ça toi ?"

Harry débarqua dans le salon, une simple serviette nouée autour de la taille et le torse encore ruisselant. D'une main il frottait énergiquement ses cheveux trempés et désespérément plats. Louis leva un sourcil ironique à cette vue et Harry lui répondit d'un majeur brandit. Zayn regarda ses amis tour à tour, le regard médusé. Ces deux là vivaient dans une bulle, il n'y avait pas d'autre explication plausible.

"Mais de ça Harry ! De vous en train de vous rouler une pelle magistrale à la Une de tous les magazines du pays !!
- Et des sites web aussi. C'est l'euphorie collective sur Sugarscape à ce que j'ai vu !
- De quoi ?!"


Zayn se tourna vers Louis, totalement halluciné. Ça y est, ses amis avaient littéralement pété les plombs.

"Ah, ça a pris alors ?
- Un peu que ça a pris, crétin !
- Mais attendez là, on nage en plein délire ! Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce qui vous a pris de vous embrasser en pleine rue ?!
- Oh, un moment d'égarement.
- Tu te fous de moi là. Louis, dis moi que tu déconnes."

La porte s'ouvrit à la volée et Zayn sursauta. Merde, ces rapaces allaient même jusqu'à entrer chez les gens sans autorisation. Mais c'était la voix de Niall qui s'élevait du couloir.

"Lou ? Lou t'es où ? Putain Lou !
- On est là, Niall.
- Oh salut Zayn, Harry.
- Enchanté ! Liam, bienvenu en mon humble demeure !
- C'est pas le moment de faire de l'humour merde ! Vous avez vu ?"


Niall et Liam avaient l'air aussi perturbés que Zayn et Louis se dit qu'ils leur devaient bien quelques explications, même si les laisser mariner encore un peu était terriblement tentant. Il les fit s'asseoir sur le canapé et demanda à Harry de préparer du café, ignorant ses protestations. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvèrent tous autour de la table basse, un mug fumant à la main. Les trois garçons n'en pouvaient plus. Niall était devenu tout rouge, comme chaque fois qu'il paniquait, et les autres l'invitèrent à reprendre sa respiration avant qu'il ne s'évanouisse. Mais l'heure n'était pas à la plaisanterie. Ils se tournèrent comme un seul homme vers le couple qui affichait un sourire ravi.

"Bon, vous allez nous expliquer, maintenant ?
- Buvez d'abord votre café avant qu'il ne refroidisse ! Je ne me suis pas fait chier à le faire pour rien...
- Oh ta gueule Harry ! Expliquez-vous maintenant !
- Bon, désolé. On va tout vous dire. En fait, ça nous a pris il y a quelques mois déjà. On venait de réaliser que ça faisait deux ans qu'on se cachait tant bien que mal, et ça nous a paru soudain insupportable, tout simplement. On a réfléchi pendant des jours à ce qu'on pourrait bien faire pour changer ça, et ça nous a paru la meilleure des solutions. On s'est demandés comment on avait pu tenir tout ce temps, et c'est devenu une urgence de prendre une décision. Et du coup, on a fait ça.
- Mais vous êtes des grands malades, en fait. Vous vous rendez compte de l'impact que ça va avoir ? Les producteurs vont totalement péter les plombs, je n'imagine même pas dans quel état ils sont en ce moment. Très honnêtement, je pense que des têtes vont tomber, et ça se pourrait bien que ce soit les vôtres.
- Très honnêtement, pour reprendre ton expression, c'est bien le cadet de nos soucis.
- Et vous avez pensé à nous ? Au groupe, à nos carrières ?
- C'est facile à dire, Liam. Ça fait six ans que tu es avec Danielle, et que personne ne vous dit rien. Est-ce que tu te rends compte de ce que ce serait si vous deviez vous cacher en permanence, ne jamais être vous mêmes ?
- Ça n'a rien à voir.
- Je te demande pardon, mais où est la différence ?
- Mais tu sais très bien de quoi je veux parler. Je ne dis pas que vous ne méritez pas de vivre la même chose que nous, mais techniquement, vous nous foutez dans une merde noire alors qu'on n'a rien demandé. Je suis le dernier à penser que votre situation est normale, mais là, c'est juste trop égoïste.
- C'est toi, qui es égoïste, pauvre con.
- Harry, détends-toi. De toute façon, on ne vous a pas tout dit.
- Oh, génial ! Quoi, Louis est enceinte c'est ça ?"

Harry, qui venait de porter sa tasse à ses lèvres explosa d'un rire sonore, s'éclaboussant lui même du liquide noir et brûlant. Son hilarité déconcerta les garçons, mais ils devaient bien reconnaître que Niall avait encore fait fort. Ils se turent et attendirent les explications de Louis. Ils n'avaient aucune idée de ce qu'il allait encore leur pondre.

"Alors voilà. On a rompu le contrat.
- QUOI ?"

Zayn s'était levé sous le coup de la surprise et il manqua de tout renverser sur la table. Il était outré. C'était de mieux en mieux. Il pensa un instant qu'il aurait préféré que la suggestion de Niall soit la bonne.

"Zayn, du calme, rassieds toi, tout va bien...
- Mais non tout va pas bien ! Mais enfin, on est vos amis, on a le droit de savoir ce que vous faites de vos vies, surtout quand ça nous concerne directement ! C'est pire qu'une connerie, là, c'est une trahison !
- Zayn, arrête, laisse le parler. Je t'assure que tout ça aura un sens dès que vous saurez tout.
- Franchement, là, j'attends de voir. Vendez-moi du rêve, de toute façon au point où on en est..."

Sur ces mots, il consentit à reprendre sa place entre Liam et Niall, croisant les bras pour mieux exprimer son mécontentement.

"Bien. On a créé... enfin... on est à deux doigts de racheter le nom de One Direction à Simon. En fait, pour être clair, tout est réglé. Il ne manque plus que nos signatures en bas du contrat. Et si ne voulez pas qu'on soit vos patrons, vous avez plutôt intérêt à racheter vos part illico.
- Euh... Quoi ?
- Qu'est ce que tu n'as pas compris, Zayn ?
- Mais qu'est ce que vous vous imaginez ? Vous n'avez aucune conscience de l'argent qu'il faut pour créer un label, vous avez totalement perdu la tête. Il ne suffit pas de racheter un nom, il faut tout derrière, il faut montrer un véritable business et vous n'y connaissez rien.
- Tom et Danny nous ont filé un coup de main. Ils commencent à s'y connaître un peu. Tout est réglé, puisqu'on te le dis.
- Mais et le public ?! Les gens ne vont plus vouloir de nous, plus personne ne va acheter notre musique et...
- Mais enfin Liam, on est pas des débiles ! On connaît des gens, des compositeurs et vous les connaissez aussi d'ailleurs, arrêtez d'être aveuglés par des règles qui n'existent pas ! C'est la peur du changement qui vous fait parler, mais nous on s'est fait à cette idée depuis longtemps et considérez ça comme un cadeau pas comme une punition !"

Le regard de Harry s'était durcit. Pour eux, cette décision avait été prise sur un coup de tête, mais ils avaient mûrement réfléchi à tout ça et il ne supporterait qu'ils leur fasse autant de reproches.

"Vous en avez jamais rêvé de ça peut-être ? On en avait déjà parlé et on était tous d'accord pour dire qu'on ne pouvait jamais faire ce qu'on voulait ! Le dernier album a fait un bide total, toutes les critiques disent qu'on vieillit mais que notre musique ne gagne aucune maturité ! C'est le moment les mecs ! Niall, t'as fait des progrès de malade avec ta guitare et tu ne peux jamais en profiter ! Et toi, Liam, tu vas pas me dire que t'as pas envie de toucher à ton piano une fois de temps en temps ! Merde les gars, c'est ça qu'on vous offre, et en prime, Louis et moi on pourra vivre notre vie comme on l'entend ! Alors oui, on va perdre des fans, mais putain vous en avez pas marre de jouer devant des salles pleines d'enfants alors que vous avez 25 piges ? Notre plus vieille fan à 13 ans putain, même les ados ne veulent plus écouter notre soupe, ça commence à bien faire non ?! Et puis je crois qu'avoir enfin la chance d'écrire des choses avec du sens, un message, pas seulement des chansons d'amour vides d'intérêts ne nous ferait pas de mal. On a des choses à dire et notre dernier single, c'est quoi ?! "Love In The Rain" ! Vraiment ?! Putain "Moments", "Tell Me A Lie" ! Ça c'était quelque chose ! On a régressé les mecs, vous en avez conscience ou pas ? Sous prétexte qu'ils veulent couvrir toutes les rumeurs et tous les scandales qui pourraient éclater, ils nous encouragent à écrire de la merde ! Moi je trouve ça dommage. Je sais pas Liam, t'as pas envie de parler de ton gosse ? Parce qu'il arrive mec, et putain ça doit bien te faire quelque chose non ? T'es pas une loque ! Quand tu vois Danielle dans ta cuisine le matin avec son ventre rond qui dépasse de ta chemise à la con, t'as pas envie de le crier au monde ? Parce que si j'avais ta chance, putain ouais je voudrais le dire !"

Le discours de Harry avait fait mouche. Ils restèrent tous abasourdis. Même Louis était émerveillé par la verve de son petit ami. Ils mirent un certain temps à retrouver leurs esprits. Ils en avaient tous pris pour leur grade et ne savaient plus comment répondre à tout ça. Harry avait raison, ils le savaient pertinemment. Et oui, bien sûr qu'ils avaient peur, qu'est-ce qu'il croyait ? Lui, il était porté par l'amour, par une frustration trop longtemps supportée et par un désir de vérité trop longtemps refoulé. Ils se dirent qu'ils avaient été incroyablement courageux pendant ces deux années. Ils avaient construit une relation saine, à l'abri des regards, renonçant à tout ce qui leur était cher pour les protéger, pour protéger le groupe et leur confort. C'est vrai, ils avaient été incroyablement égoïstes et maintenant on leur donnait l'occasion de se rattraper, et Louis et Harry avaient encore une fois tout préparer pour eux. Ils leur offraient un véritable chemin nouveau et avait déjà construit une route solide qui pouvaient les y amener tous les cinq. Ils ne l'avaient pas oublié, ils n'avaient pas négligé l'angoisse qui était la leur et d'une certaine façon, ils les avaient encore un peu plus protéger en gardant pour eux ce projet délirant. Ils avaient fait face à la tempête pour que tout soit parfait, pour qu'ils soient enfin eux-même. À présent, ils regrettaient d'avoir haussé le ton et de leur avoir reproché toutes ces choses sans savoir. Louis se leva et fit signe à Harry de faire de même.

"Va t'habiller, maintenant, on a rendez-vous. Vous êtes bien évidement les bienvenu tous les trois, si vous avez envie de vous joindre à nous."

Ils hochèrent la tête d'un mouvement commun. Le choc était passé, il était temps à présent de prendre une décision. Ils avaient la vague impression de revivre quelque chose qui avait été le début de tout ça le jour où ils s'étaient retrouvé tous les cinq. Ils étaient presque des étrangers les uns pour les autres et ils avaient du prendre l'une des décisions les plus importantes de leurs vies face à un jury qui leur donnait enfin leur chance. Ils n'étaient que des gamins, et pourtant, le pari avait fonctionné. Les cartes étaient redistribuées maintenant, et la partie recommençait. Zayn avait le sentiment d'avoir un carré d'as entre les mains et il sentait l'excitation monter en lui. One Direction vivait son renouveau, c'était ici, maintenant, et il lui semblait que le moment n'aurait pas pu être meilleur en fin de compte. Il se leva à son tour, bientôt suivit de Liam et Niall. Ils ne prirent pas le temps de se concerter, mais dans leur regard une nouvelle détermination était née. Ils savaient ce qu'il leur restait à faire. Ils étaient toujours effrayés mais ce goût d'aventure leur fit oublier l'importance de leurs angoisses. Ils hésitaient encore à prendre la parole de peur de briser quelque chose. Harry avait trouvé les mots justes pour les convaincre. Zayn se contenta d'attraper Louis par le bras et de l'attirer contre lui. Il l'étreignit avec force et Louis cru qu'il allait étouffer. C'était mieux que n'importe quelles paroles. Il sentait ses excuses pour sa lâcheté ces deux dernières années, ses remerciements pour ce nouveau départ. Dans ce simple geste, il sentait tout et il n'avait besoin de rien d'autre.

Harry reparu, habillé cette fois, et déposa un baiser sur les lèvres de Louis. Ils sortirent ensemble et les craintes de Zayn se confirmèrent. Plusieurs voitures bloquaient la rue et ils distinguèrent plusieurs objectifs braqués sur eux. Harry glissa sa main dans celle de Louis, par pur défi et parce qu'un sentiment enivrant de liberté s'emparait de lui. Une petite femme en tailleur bleu marine trottait dans leur direction, un énorme micro à la main. Ils pressèrent le pas mais ni Harry ni Louis ne voulaient avoir l'air coupables. Lorsque la femme colla presque extrémité du micro contre la bouche de Louis, celui-ci s'écarta légèrement et la salua d'un large sourire. Mais ils ne s'arrêtèrent pas. Chaque chose en son temps. D'abord, ils devaient rendre la situation totalement officielle. Ils devaient reprendre leurs droits auprès du management et de la production qui deviendraient bientôt un simple souvenirs, et de redoutables concurrents. Ils s'en foutaient pas mal. Ils laissaient avec plaisir la place à de nouveaux chanteurs plus jeunes, plus naïfs, et encore désireux de plaire à tout prix pour réussir. Ils ne leur jetait pas la pierre, eux aussi étaient passés par là. Maintenant, ils avaient eu leur compte. Ce temps était révolu. Ils hélèrent un taxi et durent en laisser passer trois avant qu'on accepte de les prendre. L'attroupement semblait effrayer les chauffeurs qui préféraient poursuivre leur chemin. Quand ils finirent par embarquer, la radio crachotait la dernière info scandale et Harry étouffa un rire. Le chauffeur leur lança un regard à travers le rétroviseur.

"Vous êtes les One Direction ?
- C'est nous oui.
- Vous avez foutu un sacré bordel, là.
- C'était un peu étudié pour.
- C'est pas très sympa pour moi.
- Loin de nous l'idée de vous importuner dans votre travail, vous nous en voyez navrés.
- Oh vous savez, j'ai connu pire.
- Alors ça va.
- Si vous voulez, j'essaie de les semer. J'ai toujours rêvé de faire ça !
- On va éviter d'avoir un accident aujourd'hui si c'est possible, ils finiront par se lasser.
- En tout cas, c'est bien, ce que vous avez fait."

Ils se regardèrent, incertains. Ils n'étaient pas sûrs de déceler de l'ironie dans les propos de l'homme. Mais son air satisfait les persuada de sa sincérité. Le monde n'était peut-être pas si fou, finalement. Quand ils arrivèrent près des locaux de la maison de disque, les journalistes étaient partout. Le chauffeur ne se laissa déstabiliser pour autant et se fraya un chemin jusque devant les portes, sans aucun remords pour les orteils écrasés. Ça leur apprenaient à fourrer leur nez partout. Il fit même l'effort de descendre et joua le rôle de garde du corps pendant quelques courtes secondes.

"Merci beaucoup de votre aide.
- Oh je vous en prie, j'ai trouvé ça plutôt marrant."

Louis sourit à l'homme et lui tendit la main. L'autre la serra avec un ravissement non dissimulé et disparu dans la masse agglutinée derrières les portes vitrées. La sécurité du bâtiment avait du travail. Ils montèrent dans l'ascenseur sans se retourner. Lorsqu'ils atteignirent le dernier étage, deux hommes les attendaient, un sourire en coin. Ils étaient plutôt jeunes et ne portaient pas le costume réglementaire. Leurs chemises à carreaux et autres jeans délavés juraient avec la décoration glaciale des lieux. Ils serrèrent la main des cinq garçons à tour de rôle et les invitèrent à les suivre. Dans la pièce où ils entrèrent tous les sept, d'autre personnes les attendaient. Ils étaient tous assis autour d'une grande table de verre. Le désordre qui y régnait était impressionnant et Louis ne put s'empêcher de sourire en remarquant quelques magazines et autres journaux affichant la photo de leur baiser en pleine page. Ils se saluèrent tous dans une bonne humeur surprenante. Une femme qui se tenait à l'extrémité de la table fit un clin d'œil à Louis tout en lui serrant la main, le félicitant silencieusement. Ils prirent place tous ensemble et l'on s'activa pour faire place nette sur la table. En quelques minutes, les formalités administratives furent réglées et les garçons étaient maîtres de leur propre destin. Quelqu'un proposa une conférence de presse express pour calmer le jeu au dehors et les garçons acceptèrent. La salle était remplie et ils se contentèrent d'une simple déclaration expliquant la nouvelle situation des One Direction et de Louis et Harry. Ils ne répondirent à aucune question et quittèrent rapidement le bâtiment. Alors qu'ils allaient partir, empruntant cette fois la porte de derrière, Harry sentit une pression sur son épaule. Il se retourna et se retrouva nez-à-nez avec Simon. Ce dernier lui adressa un sourire entendu.

"Bonne chance, les garçons."

Et il repartit comme il était venu. Harry sourit. Ils avaient fait le bon choix.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum