Chapitre XIV (Rating M-)

Aller en bas

Chapitre XIV (Rating M-)

Message  Sniezde (admin) le Mar 21 Aoû - 12:54

AUTEURS : Fabu-Louis


Chapitre XIV
"If we only could have this life / For one more day"


Louis tint sa promesse. De retour à l'hôtel, il évita soigneusement Harry, se démenant pour ne pas éveiller de nouveaux conflits entre eux. Harry conservait un masque de sérénité sur le visage, agissant comme si tout ça n'avait jamais eu lieu. Les répétitions et le concert se déroulèrent dans la même ambiance, et rien n'y parut, ou presque. Le jeu des deux garçons sur scène avait toujours beaucoup fait parler, mais ce soir là, rien ne se passa. Pas de regard complice ni aucun contact entre eux. Ils s'ignoraient royalement. Cette soirée donna le ton à la semaine qui suivit. Louis passait le plus clair de son temps avec Zayn, qui s'était vu attribuer la place de protecteur et de confident. Harry, de son côté, ne lâchait plus Jackson. Comme il n'osait pas encore l'imposer aux yeux du public, de peur de se faire sévèrement rabrouer par Paul, il ne pouvait s'empêcher de le traîner derrière lui partout où il allait. Le garçon partageait toutes leurs soirées et les occasions de se retrouver seuls avec Harry se faisaient rares. Si au moins ils avaient pu apprécier sa compagnie... Mais Jackson n'était pas le garçon le plus fin qu'ils aient pu connaître, et certaines situations tournaient parfois au ridicule. Il y avait eu cette remarquable fois où ils avaient abordé le sujet "producteurs". Après un concert, ils s'étaient tous retrouvés dans une des chambres pour pouvoir discuter tranquillement. Malheureusement, Harry avait trouvé la bonne idée d'en parler devant Jackson, qui avait sauté sur l'occasion pour s'inviter. Ils avaient débattu un bon moment concernant le comportement à avoir ou à ne pas avoir face à la production, lorsque Jackson y avait mis son grain de sel. C'est à ce moment là que Zayn, Liam et Niall furent définitivement convaincus que le pauvre garçon n'était pas une lumière.

"En même temps, vous vous en foutez, tant que ça vous rapporte plein de fric, quel est le problème ?"

Harry avait posé une main sur la cuisse du jeune homme comme pour le dissuader de continuer, mais il n'en avait eu que faire et avait poursuivit.

"Franchement, de quoi vous vous plaignez ? Faites ce qu'ils vous disent, c'est pas grave !
- Jackson, t'as écoute tout ce qu'on vient de dire ? Nos libertés sont limitées à cause de la production... toi par exemple, tu ne peux pas t'afficher avec Harry. Pourquoi ? Parce qu'on vous l'interdit.
- Personnellement je m'en fous un peu, on se voit le reste du temps !
- Super ! Et sinon, t'as pas d'autres ambitions que de vivre dans son ombre en permanence ?"

Niall avait parlé un peu trop fort, et il s'était excusé d'une grimace. La conversation s'était poursuivie laborieusement, chacun des garçons tentant de pousser Jackson à réfléchir à ses propos. Mais il était manifestement sûr de lui et campait sur ses positions. Ils avaient fini par changer de sujet, histoire de s'épargner ses remarques stupides et désobligeantes. Personne ne voulait dire à Harry ce qu'ils pensaient de tout ça. Bien sûr, la situation s'était sensiblement arrangée dans le sens où Louis et Harry ne se déchiraient plus à longueur de journée. Mais ils avaient remplacé un conflit interne par un parasite venu de l'extérieur, et il leur arrivait parfois de se demander ce qu'ils préféraient. Liam et Niall finissaient même par s'énerver contre Louis qui n'allait jamais dans leur sens à propos de Jackson. Ils avaient beau le critiquer en sa présence et lui demander son avis, il ne faisait que hocher la tête et répondre sur un ton évasif que ça ne le regardait pas. Il avait poussé l'ignorance tellement loin qu'il avait l'air de ne même plus s'intéresser de près ou de loin à Harry. C'était comme s'il n'existait plus. Mais Zayn savait pertinemment que c'était tout le contraire. Lorsqu'il se retrouvait seul avec Louis, ce dernier faisait tomber le mur et se lâchait. Il passait un bon quart d'heure à énumérer tous les défauts de Jackson les uns après les autres, à relever toutes ses erreurs et toutes les idioties qu'il pouvait dire. Et il y en avait beaucoup. Zayn gardait le silence, un sourire aux lèvres. Comment allait-il faire pour réunir ces deux-là ? Maintenant que Louis semblait avoir réaliser son erreur et qu'il avouait presque ouvertement être amoureux de Harry, c'était de l'autre côté que ça coinçait. La situation s'était bel et bien inversée. Jackson était un boulet cramponné aux chevilles de Harry, mais celui-ci n'aurait jamais, au grand jamais reconnu qu'il ne finirait probablement pas sa vie avec lui.

La tournée touchait à sa fin. Après avoir enchaîné les dates et les villes, ils finiraient en beauté avec deux dates à Las Vegas. Mais pour le moment, ils profitaient de San Francisco. Le jour off qui leur avait été accordé n'était pas de trop. Ils n'en pouvaient plus. Les derniers jours seraient éreintants et ils avaient bien besoin de prendre du temps pour eux. Mais ce moment de détente risquait de nouveau d'être assombri par la présence de Jackson. En effet, ils avaient décidé de tous se rendre dans un bar karaoké réputé de la ville, afin de décompresser totalement. Après avoir attendu Harry devant l'hôtel pendant dix bonne minutes, Liam avait fini par l'appeler et lui ordonner de se ramener très vite, s'il ne voulait pas qu'ils partent sans lui. Lorsqu'ils l'avaient vu sortir de l'ascenseur pour les rejoindre, la main de Jackson comme greffée à son bras les avait tous un peu plus exaspérés. Louis serra les dents. Il ne voulait pas craquer maintenant, il voulait garder cette distance envers Harry et son nouveau couple. Il refusait de paraître faible devant eux. Il prirent le chemin du bar et personne ne prit même la peine d'adresser la parole à Jackson et Harry qui passèrent le trajet à se murmurer des mots d'amour et à se chatouiller comme des adolescents. Leur comportement déplaisait à tout le monde, mais Harry semblait prendre plaisir à contrarier ses amis. Lorsqu'ils pénétrèrent dans le bar, ils ne se séparèrent pas, et Louis s'approcha d'eux.

"Ecoute, Harry, tu devrais éviter ça, quand même... pense aux paparazzis..."

Le jeune homme se tourna vers lui et fronça les sourcils.

"Tiens, tu me parles de nouveau toi ?
- Harry, je dis ça pour toi. Tu vas avoir des ennuis.
- Ça te regarde ?
- Tu...
- C'est bien ce que je pensais. Allez, laisse tomber va."

Sa tentative était totalement tombée à l'eau. Il aurait voulu lui parler comme avant, le ramener à la raison. Il savait pourquoi il faisait ça et trouvait ça ridicule. Ce n'était pas le moment de tout ruiner, pas maintenant. Il secoua la tête et alla s'asseoir en compagnie des autres. Ils enchainèrent les bières et les chansons, chacun prenant beaucoup de plaisir à caricaturer la façon de chanter des autres. Les clients ne mirent pas longtemps à les reconnaître et ils furent heureux d'avoir quelques gardes du corps avec eux lorsqu'une petite foule se forma autour d'eux. Les hommes maintenaient un minimum d'ordre dans les rangs et permirent aux garçons de profiter en toute tranquillité. Malgré la bonne humeur ambiante, Louis ne se sentait pas bien. Ces quelques mots partagés avec Harry, les premiers depuis plusieurs jours, avaient été un désastre. Il les tournait et retournait dans sa tête, et son estomac se serrait un peu plus à chaque seconde. Il ne voulait pas de ce genre de rapports avec Harry. Bien sûr, il en était en partie responsable et ne voulait pas agresser Harry une nouvelle fois à ce propos. Il ne voulait pas jouer les victimes. Les mimiques de Niall derrière son micro lui arrachèrent un sourire, mais ce n'était pas suffisant. Il avait envie de partir. Il voulait se retrouver seul. Zayn croisa son regard et réagit au quart de tour. Il s'empara de sa main et l'entraîna avec lui sur la petite scène mal éclairée. La chanson suivante s'afficha sur l'écran et Zayn glissa son bras autour des hanches de Louis pour l'empêcher de se dérober. Mais le titre le fit vite déchanter. Les premières notes de The Scientist de Coldplay retentirent dans la pièce et Louis hésita entre le soulagement de connaître la chanson et l'angoisse de devoir chanter quelque chose de si triste, là, tout de suite, maintenant.

"Come up to meet ya, tell you I'm sorry,
You don't know how lovely you are.
I had to find you, tell you I need you,
And tell you I set you apart."


Zayn serra plus fort les hanches de Louis avec l'espoir que cela l'aiderait à tenir. Il s'en voulait terriblement de l'avoir fait monter sur scène à ce moment de la soirée. Pourquoi y avait-il fallu qu'ils tombent sur cette chanson ? Il se dit que ce serait peut-être mieux s'ils partaient tout de suite mais il croisa le regard moqueur de Jackson et se dit qu'il préférait encore ramasser Louis à la petite cuillère pendant encore deux semaines plutôt que de donner satisfaction à ce connard.

"Tell me your secrets, and ask me your questions,
Oh lets go back to the start.
Running in circles, coming up tails,
Heads on a science apart.
Nobody said it was easy,
It's such a shame for us to part.
Nobody said it was easy,
No one ever said it would be this hard.
Oh take me back to the start !"


Louis sentait que sa voix commençait à trembler dangereusement et il sentit sa gorge se nouer. Il n'avait jamais autant hais Coldplay qu'à cet instant précis. Il sentait le bras de Zayn contre lui mais cela ne l'aidait pas tellement. Il savait que son ami s'inquiétait pour lui et c'était peut-être encore plus dur à supporter. Un instant, rien qu'un dixième de seconde, il quitta l'écran des yeux. Harry le regardait. Son visage était totalement indéchiffrable et il se sentit ridicule d'être aussi ébranlé. La honte lui serra le cœur et lui fit monter le rouge aux joues.

"I was just guessing at numbers and figures,
Pulling the puzzles apart.
Questions of science, science and progress,
Do not speak as loud as my heart.
And tell me you love me, come back and haunt me,
Oh and I rush to the start."


La scène était comme suspendue. Le temps s'était arrêté. Niall observait Harry dans l'espoir de déceler quelque chose, juste un détail, n'importe quoi. Mais le garçon ne bougeait pas. Soit l'alcool avait déjà trop émoussé ses sens, soit il ne ressentait véritablement plus rien pour Louis. C'était inconcevable. Jackson était hilare à ses côtés et lorsqu'il essaya de glisser un trait d'humour sur les performances vocales des garçons sans auto-tune, Harry frappa violemment la table et lui lança un regard assassin. Jackson s'enfonça de nouveau dans la banquette et croisa les bras avec l'air d'un petit garçon puni.

"Running in circles, chasing our tails,
Coming back as we are.
Nobody said it was easy,
Oh it's such a shame for us to part.
Nobody said it was easy,
No one ever said it would be so hard,
I'm going back to the start..."


Louis n'en revenait pas. Il avait tenu toute la chanson. Maintenant il voulait juste laisser couler ses larmes et se blottir dans les bras de Zayn. Ce qu'il fit, quelques secondes. Quelques secondes de répit tandis que la salle les applaudissait à tout rompre. Il se blottit dans le cou de son ami qui serra son t-shirt entre ses poings tandis qu'il l'enlaçait. Louis laissa un instant ses larmes couler sur sa peau, et s'efforça de se ressaisir. Il embrassa Zayn dans le cou, tout doucement pour faire passer leur étreinte pour une accolade amicale. Ses yeux rougis ne trompaient personne, mais au moins il s'était redonné une contenance. Ils retournèrent s'asseoir avec les garçons et tout le monde fut bien trop enthousiaste pour être crédible. Seul Harry et Jackson gardaient le silence. Mais pas pour les mêmes raisons. Harry fixait le fond de son verre, l'air concentré sur quelque chose d'invisible pour le reste du monde.

"C'était super les garçons, vraiment, waouh !
- Merci Niall..."

La voix de Louis était enrouée et il dût toussoter pour retrouver un timbre normal.

"T'as trop poussé ? Faut dire que c'est pas ton fort les notes hautes."

Liam fit de gros yeux et tourna son regard vers Jackson avec l'air de ne pas y croire. Avait-il bien entendu ?

"Attends, deux secondes, t'es qui toi déjà ?
- Non mais je disais ça comme ça, hein, je m'y connais un peu en arrangements et...
- Et on t'a rien demandé, merci.
- Harry ! Dis quelque chose !
- Quoi ?..."

Harry sortit de sa léthargie. Il n'avait manifestement pas écouté un mot de la conversation. Il leva les yeux et contempla un Liam hors de lui, un Jackson outré, un Niall abasourdi, et un Louis tentant de tempérer Zayn, rouge de rage.

"Il se passe quoi ici ? J'ai raté un truc ?...
- C'est rien Harry, essaie juste d'apprendre à ton mec à se comporter convenablement en société."

Louis avait dit ça sans trop réfléchir et Jackson tiqua.

"C'est bon Louis, détends-toi, prends un verre, c'est cool la vie."

C'en fut trop pour tout le monde. Zayn se précipita sur Jackson et l'empoigna, renversant la moitié des verres posés sur la table. Il s'apprêta à hurler sur le jeune homme, lui dire qu'il n'était qu'un abruti, qu'il ferait mieux de réfléchir deux minutes avant d'ouvrir la bouche et que ça arrangerait tout le monde qu'il reste à sa place pour une fois. Mais il n'eut pas le temps. Il vit avec surprise le bras de Harry faire barrage au sien et saisir le col de Jackson. Louis tira sur son t-shirt en lui criant de se rasseoir et il se laissa retomber à côté de lui. Harry planta son regard dans le vert des yeux de Jackson et lui parla en hachant ses mots.

"Ne t'avise plus jamais de redire ça. Tu m'as bien compris ? C'est la première et dernière fois que je te le dis, je ne veux plus jamais, je dis bien jamais, t'entendre parler comme ça à Louis."

Personne ne savait comment réagir. D'un côté ils étaient soulagés de voir enfin Harry ouvrir les yeux sur la situation mais ils s'inquiétaient à présent du sort de Jackson qui devenait livide entre les mains du jeune chanteur. Peut-être n'avait-il pas imaginé une seconde que son cher petit ami puisse ne pas le soutenir. Le choc et la peur laissèrent bientôt place à l'indignation. Il se dégagea de l'emprise de Harry dans un mouvement d'agacement.

"Mais t'es complétement malade ! Tes amis sont franchement dérangés et tu trouves même pas le moyen de me défendre.
- Dérangés ?"

Louis avait littéralement rugi. Il en avait marre de se contenir devant ce petit con prétentieux qui n'avait pas la cervelle d'un oiseau et se croyait tout permis.

"Oui parfaitement, dérangés ! Je vois pas le problème que vous avez, vous les british avec l'idée de boire une bière mais...
- Mais il est complétement con. C'est ça, il est débile. Je ne vois pas d'autre explications.
- Va te faire foutre Louis, ok, tu connais pas ma vie !
- Parce que tu connais la mienne peut-être ?! Ferme ta gueule Jackson, sans déconner tu me rends ouf !"

Sur ces mots, Louis se leva et partir comme une flèche vers la sortie, enjambant Zayn qui le regarda passer, extatique. Il n'en revenait pas. Il avait enfin laissé tomber le masque et dit ce qu'il pensait. Mon Dieu, il n'aurait pas imaginé que ça lui avait manqué à ce point d'entendre Louis crier. Tout le monde était partagé entre consternation et ravissement. Même Harry affichait un petit sourire qu'il ne prit pas la peine de camoufler.

"Pff, non mais vous avez vu ? Il est taré ce mec... Trop lunatique. Je comprends que tu te sois brouillé avec lui, Harry, parce que franchement !"

Il roula des yeux et son air méprisant acheva de persuader Harry.

"Tu sais quoi ? Laisse tomber. Ça marchera jamais entre nous, t'es trop... t'es trop... trop différent de lui.
- Je te demande pardon ?"

Mais c'était trop tard. Harry s'était déjà levé et il quitta le bar sans un mot de plus. Zayn, Liam et Niall échangèrent un regard. Rester ici n'avait plus grand intérêt mais il était hors de question de retourner à l'hôtel maintenant. Les garçons avaient besoin de se retrouver. Ils payèrent les consommations et sortirent à leur tour, Jackson sur leurs talons. Il semblait en état de choc, et ils crurent qu'il allait s'évanouir. Un malaise flotta quelques secondes. Les garçons n'osaient pas dire à Jackson qu'il n'était pas le bienvenu, mais ils devraient bien trouver le moyen de se débarrasser de lui. Niall sortit son portable de sa poche et le tripota avant de relever la tête.

"Dis, tu veux que je t'appelle un taxi ?
- Je...
- Ah oui, on peut faire ça, on te le paye si tu veux !
- Bah, euh, ouais...
- Super, pas de soucis, ça nous dérange pas !
- Euh... Merci."

Il ne fallut que quelques minutes au chauffeur pour trouver leur rue et ils poussèrent presque le jeune homme dans le véhicule, lui tendant un billet de 50 dollars.

"Tu garderas la monnaie, y'a pas de malaise.
- Oh, c'est gentil.
- T'inquiète. Allez, bonne nuit. Ça va aller, c'était pas l'homme de ta vie, c'est tout. Et puis on repartait bientôt, ça simplifie... enfin bref. Désolé et... Salut !"


Zayn referma la portière et se tourna vers les autres. Les larmes leur étaient montées aux yeux et ils ne purent retenir leur fou rire plus longtemps. Ils se sentaient profondément cruels, mais ils devaient reconnaître qu'ils ressentaient un véritable soulagement à l'idée qu'ils ne devraient plus faire bonne figure devant son couple avec Harry. Ils remontèrent la rue, sans trop savoir où ils allaient. San Francisco était grande, et ils avaient toute la nuit. Ils se sentaient bien, de manière un peu inexplicable. Ils n'étaient pas concernés à proprement parler, mais après ce qu'ils venaient de voir ils se surprirent à espérer que Louis et Harry reconnaissent enfin qu'ils avaient besoin l'un de l'autre. Niall se rapprocha de Zayn et passa son bras derrière son dos. Il soupira d'aise. Les choses étaient enfin rentrées dans l'ordre.

Les portes automatiques s'ouvrirent sur son passage et il s'engouffra dans l'ascenseur. Il appuya frénétiquement sur le bouton du sixième étage, en pestant contre l'appareil qui n'était que trop lent. À l'ouverture des battants, il se précipita dans le couloir et courut jusqu'à la chambre de Zayn et Louis. Il s'arrêta quelques secondes devant la porte, interdit. Qu'allait-il bien pouvoir dire ? Il frappa et attendit la réponse, qui tarda à venir.

"Entre, Zayn."

Harry hésita. Ce n'était pas une invitation à proprement parler mais il se devait de saisir cette occasion. Il entra en silence et resta collé au mur, dans l'attente d'une réaction de la part de Louis.

"Harry..."

Il aurait pu pleurer. Il avait rêvé le voir franchir la porte de sa chambre une bonne dizaine de fois depuis qu'il s'était mis avec Jackson. Il avait imaginé un nombre incalculable de scénarios, des plus délirants aux plus torrides. Mais ce moment n'était jamais venu. Et maintenant, il ne savait pas quoi faire. Qu'il pouvait être con, parfois. Il arracha ses écouteurs et jeta son iPod sur le lit. L'air frais provenant de la fenêtre ouverte le fit frisonner, ou peut-être était-ce le regard que posait Harry sur lui. Son corps lui ordonnait d'avancer, de faire quelque chose, n'importe quoi qui puisse faire avancer la situation, mais il était bloqué. Incapable du moindre mouvement. C'était à peine s'il arrivait à respirer. Il avait peur de ses réactions. Il craignait qu'il ne soit ici que pour des remontrances, et il ne voulait pas s'humilier face à lui. Alors il resta là, les bras ballants et le regard fiévreux, attendant un geste de sa part. Harry ne fut pas aussi patient. Il rejoignit le jeune homme en quelques foulées, saisit son visage entre ses mains et écrasa sa bouche contre la sienne. Ce fut sauvage, presque violent. Louis sentit comme de la fureur dans ce baiser, et il aima ça. Il colla son bassin à celui de Harry, cherchant le contact. Il sentait l'excitation monter en lui et ne fit rien pour la réprimer. Il retrouvait enfin ces sensations qui lui avaient tant manqué. L'ivresse des baisers de Harry lui faisait toujours perdre la tête. Tout était intact, probablement même plus fort. Harry le plaqua contre le mur et intensifia son baiser, tout en glissant ses mains sous son t-shirt. Louis sursauta à ce contact et gémit contre ses lèvres. La folie de leurs étreintes lui revint à l'esprit, par vagues incontrôlables, et tout son corps s'électrisa. Harry sentit ses tremblements et approcha sa bouche de son oreille.

"C'est bon de te retrouver..."

Louis soupira d'aise. Il ne s'expliquait pas cette attirance pour Harry. Il aurait voulu s'interdire de s'abandonner à lui, il aurait préféré ne pas lui céder dès les premières minutes. Il voulait lui rendre la pareille, mais après tout... Harry n'avait agit que par pure vengeance. Il n'avait fait que répondre à sa lâcheté. Louis avait fuit la confrontation pendant des semaines, et voilà comment ça avait fini. Harry avait su lui prouver qu'il avait les armes pour le convaincre. Il avait été si désespéré les premiers jours de la relation qu'avait entretenu son ami avec Jackson qu'il en avait oublié à quel point il avait été injuste avec lui. Harry était la personne la plus importante de sa vie, et il n'avait pas le droit de le faire souffrir de cette façon. Et pourtant, il s'en était donné à cœur joie. Il ne lui avait donné aucun répis, et il l'avait chèrement payé. Maintenant, c'était fini. Il ne devait pas relancer les festivités. Toute cette histoire ne les avait que trop torturés. Les choses s'accélérèrent. La tendresse des premières fois avait disparu, peut-être à cause de ce manque qu'ils avaient tous les deux ressenti pendant ces derniers jours. Les vêtements furent précipités au sol, les lèvres se collèrent avec violence, les doigts agrippèrent tout ce qui se présentait à eux, cheveux, peau, dans un manège confus et enivrant. Ils se retrouvaient enfin, oubliaient ces dernières fois où rien n'avait marché, où l'angoisse avait pris le dessus sur le désir. À présent, leurs corps se reconnaissaient. Les gestes avaient retrouvé leur passion, les souffles se mêlaient de nouveau et tout semblait plus véritable. Ils avaient du mal à y croire, et pourtant, leurs gémissements étaient les parfaits témoins de leurs étreintes. Louis amorça un mouvement en direction du lit, mais Harry le retint. Il le voulait maintenant, ici, contre le mur de cette chambre, à la faible lueur des lampadaires qui parvenait jusqu'à la pièce. Il le serra un peu plus et le souleva, les bras de Louis noués autour de son cou. Il le prit comme ça, sans attendre une minute de plus et le fit bouger contre lui, ses doigts crispés sous ses cuisses. Il avait le souffle court, le décor tournait autour de lui. Il ferma les yeux et mordit sa lèvre. Il n'osait plus espérer, il aurait voulu croire que tout s'arrangeait enfin, mais il avait appris à combattre ces rêves de simplicité. Il s'attendait à devoir le quitter dès le lendemain matin. Il garda à l'esprit toutes les souffrances, les paroles dures, les blessures et les déceptions. Il voulait garder toute la lucidité dont il était capable. Son bassin ondulait sous lui, lui arrachant des cris de plaisir à chaque mouvement. Tout alla très vite. Ils s'étaient tant désirés que leurs sensations en étaient décuplées, et la jouissance ne mit pas longtemps à les emporter. Leurs muscles se tendirent dans un ultime soubresaut. Louis enroula ses jambes autour des hanches de Harry et ce dernier l'emmena jusqu'au lit. Ils firent jouer leurs doigts, gardant le silence pendant plusieurs minutes. Ce fut Louis qui brisa la glace.

"Qu'est-ce qui va se passer maintenant ?
- Je sais pas c'est à toi de me dire.
- Moi ? Et Jackson alors ?
- Je suppose que ça ne posera plus problème.
- Tu... Vous avez rompu ?...
- J'y suis allé un peu fort peut-être mais... On peut dire ça comme ça.
- Et c'est clair pour lui ?
- Je pense que le plus important, c'est peut-être que ce soit clair pour moi.
- Je n'en suis pas si sûr. J'ai peur que les choses doivent être claires pour beaucoup de gens dans notre situation Hazz...
- Tu sais quoi, j'ai pas changé d'avis. Même en étant avec Jackson.
- Par rapport à ?...
- Par rapport à nous deux. Je veux qu'on soit ensemble, Lou. Je sais que je devrais peut-être pas te le dire, pas le répéter encore une fois, mais cette envie ne m'a pas quitté depuis tout ce temps."

Louis se figea. Il se tourna dans le lit, la main de Harry toujours fermement serrée entre ses doigts. Tout ça, il le savait déjà, bien sûr, il n'avait pas oublié et il était temps pour lui à présent de reconnaître que c'était ce qu'il voulait, peut-être plus que n'importe quoi. Mais qu'allaient-ils faire maintenant ?

"Tu n'as pas changé d'avis, c'est ça...? Rien n'a changé, en fait, on va reprendre comme avant et tu vas continuer à faire comme si toi et moi ce n'est rien d'autre que du sexe. Je sais pas si...
- Arrête, Harry.
- Arrêter quoi ? Je devrais me taire et accepter ta version des choses ? Je t'ai déjà dis que ça n'était plus possible, ça, Louis. Il va falloir que tu te décides.
- Gmhmf...
- Quoi ?
- Mais je sais pas, putain, moi aussi j'ai envie d'être avec toi !
- ...
- Harry ?
- C'est vrai ?
- Oui, espèce de con.
- Tu réalises que c'est la première fois que tu me le dis ? T'as l'air de trouver ça normal...
- Hé bien voilà, c'est dit. J'ai envie d'être avec toi, j'ai envie de me coucher tous les soirs à tes côtés en sachant que le lendemain matin, tu me prendras dans tes bras et tu me raconteras tes rêves, et on prendra le petit déjeuner ensemble, et on passera peut-être même toute la journée ensemble, parce que c'est ça un couple, pas vrai ? J'ai envie de me dire qu'on parlera de nous à la troisième personne du pluriel, que ce ne sera plus Harry, ni Louis, mais "ils", et que tout le monde trouvera tout ça totalement logique. On est bien avancés, maintenant, hein ? Parce que ça ne tient pas qu'à nous. Il y a trop de facteurs, trop de retombées.
- De quoi tu parles ?
- Mais de tout, Harry ! Du groupe, des producteurs, des fans, des médias... Tous les yeux sont braqués sur nous, ils attendent tous quelque chose, n'importe quoi à pouvoir se mettre sous la dent et toi tu veux leur offrir nos têtes sur un plateau d'argent ?
- Je veux juste qu'on soit bien.
- Harry... Tu sais comme quoi ce qu'il en est.
- On peut trouver une solution.
- Vas-y, je t'écoute. Je suis preneur, vas-y.
- On pourrait simplement se cacher.
- T'appelle ça être bien ? Ça ressortira forcément, de toute façon. On va se rendre malades à essayer de maquiller nos moindres gestes et un jour ou l'autre ça ne marchera plus.
- On pourrait... on pourrait..."

Harry s'était redressé. Il avait les yeux grands ouverts et cherchait éperdument quelque chose à dire. Une idée, rien du tout, juste suffisamment pour leur redonner espoir. Mais il n'y avait rien. Louis avait désespérément raison. Ils étaient piégés. C'était un cercle vicieux. Leur condition de boysband les avait enfermés dans un carcan duquel ils ne pouvaient plus s'échapper. Alors voilà. Après tout ce temps, après toutes ces souffrances, ils étaient revenus au point de départ. Harry suffoquait, le monde s'écroulait autour de lui. Il n'avait jamais réfléchi à l'après. Tout ce qu'il attendait, c'était un geste de Louis. Il l'avait enfin eu, il le tenait entre ses mains, et pourtant la situation leur échappait. Ils ne s'en sortiraient jamais. Il sentit les bras de Louis l'entourer et l'attirer contre l'oreiller. Il le couvrit de baisers et tenta de le calmer. Harry sanglotait à présent. Il ne supportait plus de se voir priver ainsi de son rêve. Non, ce n'était pas un rêve. C'était bien réel, à présent. Louis était là entre ses bras et paraissait tellement loin. Il l'embrassa, ses lèvres tremblaient contre les siennes et Louis sentit son cœur se briser. Harry serrait sa nuque, griffant presque sa peau. Il enfouit son visage dans son cou et pleura tout son saoul. Louis n'essaya pas de l'en empêcher, il se contenta de rester contre lui, laissant passer la crise. Il voulait lui promettre que tout se passerait bien, que ça irait, qu'ils trouveraient une solution, mais il ne voulait plus lui mentir. Quand les larmes de Harry se furent taries, ils restèrent dans le silence, à simplement écouter leurs respirations. Étrangement, le jeune homme se sentait comme soulagé. La pression se relâchait peu à peu, elle avait quitté son corps et il se résignait à présent. Il n'avait pas le choix.

Le lendemain, les sourires entendus des garçons les laissèrent de marbre. Ils auraient voulu se réjouir avec eux, ils savaient qu'ils auraient dû être heureux de recevoir leur soutien, mais rien n'y faisait. C'était un poids trop énorme qu'ils peinaient à supporter.

"Bah c'est quoi ces tronches ?
- Hein ?"

Louis releva la tête et observa Niall sans comprendre.

"Vous êtes encore pas d'accord ? Vous êtes chiants, c'est pas possible ça.
- Bah...
- C'est plus compliqué que ça Niall.
- Je vois pas ce que ça a de compliqué, Harry. Enfin, quand on t'a vu détaler hier soir, t'avais l'air plutôt sûr de toi ! Et on a une petite idée de ce que vous avez bien pu faire cette nuit...
- Merci pour cette parenthèse romantique, c'était de toute beauté.
- Appelons un chat un chat. Vous êtes ensemble, ou quoi ? Louis, t'as pas encore déconné j'espère ?
- Non, Niall. On n'en pas ensemble, mais j'ai pas déconné non plus.
- Okay. Je comprends plus rien. Celui qui veut m'expliquer, libre à lui. Vous êtes franchement mou de la...
- D'accord, ça va Niall on a compris !"

Zayn leva les bras au dessus de la table, interrompant de justesse les propos du jeune homme. Il n'avait pas plus de réponse que lui, mais il avait malgré tout sa petite idée. Il regarda les deux garçons tour à tour, la tristesse se dessinant sur ses traits. Il ne ressentait pas la même frustration que Niall, il savait simplement qu'ils étaient tous les deux devenus raisonnables, et ça lui faisait mal. L'aventure One Direction était ce qu'ils avaient vécu de mieux de toute leur vie, mais les proportions que prenaient une telle situation le rendaient amer. Pour Harry et Louis, la plus belle chose de leur vie, aujourd'hui, c'étaient eux. Et il ne savait pas combien de temps ils supporteraient ça.

Le petit déjeuner se poursuivit dans une atmosphère pesante, chacun s'efforçant de ne pas aborder ce sujet délicat qui pourtant les obsédait tous. La journée passa dans une sorte de malaise imperceptible. Paul sentait lui aussi que la situation avait évolué quelque part sans parvenir à mettre le doigt dessus. Il avait remarqué les regards haineux que Jackson posait sur Louis et s'il ne comprenait pas trop la raison véritable, il avait une vague idée. Pourtant quand il essaya d'attraper Harry et Louis pour les mettre devant le fait accompli, il ne trouva rien à redire sur leur comportement. Les garçons travaillaient, dans une entende cordiale des plus innocente et personne n'aurait pu se douter de quoi que ce soit. Pourtant il savait. Il savait que quelque chose se tramait et cela le rendait fou. Mais il se garda bien d'ouvrir la bouche. Louis et Harry firent de leur mieux pour rester loin l'un de l'autre. Ils savaient qu'ils risquaient de craquer à chaque instant et quand Harry se glissa derrière lui une demi seconde pendant le concert, Louis dû fermer les yeux et faire un effort pour se concentrer sur la chanson. Il avait l'impression que le parfum de Harry était partout et il se sentait perdre la tête. Il priait pour que le temps passe plus vite et qu'ils retrouvent enfin le calme et l'intimité de leur chambre, mais les journées passaient toujours avec la même lenteur exaspérante. Le dernier soir arriva enfin et le dernier concert de Las Vegas fut encore une fois spectaculaire. La dernière date de la tournée était toujours particulièrement forte. Louis sentait l'émotion le submerger plus que d'ordinaire. Il sentit le bras de Harry entourer sa taille au moment du salut et des larmes dévalèrent sur ses joues. La perspective de rentrer à Londres le rendait malade. Il avait le sentiment que tout serait encore plus compliqué en rentrant en Angleterre. Comme s'ils étaient plus exposés. Il savait que c'était stupide, mais c'était plus fort que lui. Il se souvint qu'il n'avait même pas voulu faire cette tournée au départ, et maintenant il n'avait plus envie de partir. Lui et son esprit de contradiction... Ils regagnèrent l'hôtel dans le silence le plus total. Seul Paul vantait leurs exploits lors de cette tournée qui avait été "grandiose et totalement à la hauteur des espoirs des producteurs." Les garçons se contentèrent de hocher la tête. Chacun avait l'esprit un peu embrumé et personne n'avait vraiment envie d'ouvrir la bouche et de partage l'enthousiasme de leur manager. Une fois dans l'hôtel, Harry attrapa la main de Louis et l'attira dans leur chambre sans même saluer les autres. Il voulait juste se retrouver avec lui, sentir sa peau contre la sienne, peut-être une dernière fois avant longtemps. Il se sentait comme au bord d'un abîme terrifiant et il avait le sentiment que Louis était son dernier point d'ancrage à la terre ferme. Et pourtant il avait envie de l'emporter avec lui, de se jeter dans ce précipice et de vivre cette expérience effrayante et délicieuse à la fois. Mais il savait que c'était tout bonnement impossible. Ils se devaient de maintenir cet équilibre incertain. Ce petit jeu de funambule, il ne savait pas combien de temps il le supporterait. Il sentait déjà ses pieds glisser sur la corde et il manquait de tomber à chaque seconde. Il referma la porte derrière eux et l'espace de quelques heures, ils oublièrent encore une fois le temps.

Louis se lova contre le corps brûlant de Harry et poussa un long soupir. Dans moins d'un jour, ils seraient de retour à Londres, et ils savaient tous les deux que ce serait un tournant décisif pour leur avenir ensemble. Ils reprendraient le travail sur l'album à venir, reprendraient le cours normal de leur vie, avec leurs appartements respectifs, leurs horaires, leurs quotidiens. Ils savaient que maintenant, ils n'auraient plus d'excuse pour passer la nuit l'un chez l'autre. Louis allait bien, cette époque était révolue. Ils devraient se rendre à l'évidence. Les paparazzis reprendraient leur course au scandale et le moindre faux pas menacerait la tranquillité de tous. Il se tourna vers Harry et serra sa main dans les siennes. Il voulait dire quelque chose, ça lui paraissait presque urgent, mais il ne savait comment trouver les mots.

"Tu sais...
- Hum ?
- Tu t'endors ?
- Non...
- Je t'aime, Harry. Je t'aime tellement. Je veux dire, je n'ai jamais ressenti ça avant... je pensais que j'étais amoureux de Aaron, mais j'avais tellement tort. Tu es tout ce dont j'ai besoin, et quand tu me serres comme ça, je me sens si complet, si entier. Je suis tellement désolé, j'ai vraiment été un con avec toi, tu ne le mérites pas. Et je suis si fier que tu veuilles encore de moi, je suis si fier d'être avec toi. Je voudrais pouvoir montrer à tous à quel point je suis chanceux d'être avec quelqu'un comme toi. Je sais que ça a l'air idiot, mais tu es mon monde, maintenant. Je me sens comme si il n'y avait que toi, moi, et les étoiles au dessus de nos têtes.
- ...
- Harry ?
- Tu sais, quand tu fais ce genre de choses, quand tu dis ces mots, je crois que je pourrais te haïr. Parce que c'est injuste. Tu me dis tout ça et je me sens tellement vivant. Parce que c'est toi. Tu es le seul, le bon. Et maintenant, je pense que je pourrais t'aimer plus mais c'est impossible. Parce que je t'aime comme un fou. Je n'avais jamais ressenti ça avant. Jamais. Et je t'aime tellement que je pourrais en crever. Peut-être qu'on ne peut pas être ensemble mais tu seras toujours à moi, et je serais toujours à toi."

Louis avait la gorge nouée. Harry avait raison, c'était trop injuste. Mais les choses étaient ainsi, et ils devaient s'y résigner. Les lèvres de Harry avaient le goût salé des larmes et ce fut le dernier souvenir que Louis emporta avec lui avait de sombrer dans le sommeil.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum