Chapitre X

Aller en bas

Chapitre X

Message  Sniezde (admin) le Mar 21 Aoû - 12:41

AUTEURS : Fabu-Louis


Chapitre X
Do you really wanna live forever young ?


Ils se retrouvèrent tous à l'aéroport aux aurores. Des cernes de dessinaient sous leurs yeux rougis par le manque de sommeil, et il leur fallut plusieurs longues minutes avant de trouver la force de parler. Les mains enfoncés dans leurs poches, ils luttaient pour ne pas fermer les paupières et s'abandonner totalement. Paul était surexcité. Il distribua les billets d'avion aux cinq garçons et leur demanda une bonne dizaine de fois de vérifier qu'ils n'avaient rien oublié. Lorsque Harry referma sa valise pour la énième fois, leur manager s'énerva en disant qu'ils n'auraient pas le temps de les enregistrer. Ils se mirent à courir à travers l'aéroport et manquèrent de se perdre dans le hall. Ce moment de panique acheva de les réveiller, et lorsqu'ils embarquèrent, suants et le souffle court, ils étaient totalement alertes.

En s'installant, Niall assomma sa voisine avec sa guitare, et une hôtesse de l'air dû intervenir car la femme tentait de lui arracher les yeux avec les dents, et ce n'était manifestement pas Niall qui avait le dessus. L'hôtesse les sépara et le jeune homme s'enfonça dans son siège, l'air renfrogné. Zayn se posta juste derrière lui, le harcelant de blagues de mauvais goût. Il ne se lassa qu'au bout d'une bonne demi-heure, après que les autres garçons lui ait expressément demandé de se calmer, pour la paix de chacun. Le voyage ne faisait que commencer. Ils allaient mettre plus de huit heures à parvenir à destination, et ils devraient rapidement trouver de quoi s'occuper, afin que le trajet ne se transforme pas en calvaire. Harry et Louis s'étaient pratiquement jetés sur deux sièges côte à côte, sans même se demander s'ils leur étaient attribués. À vrai dire, ils s'en fichaient un peu, Paul arrangerait ça. Louis était blotti contre l'épaule de Harry, qui n'osait plus bouger. Au bout d'une heure dans cette position, il commença à avoir des fourmis dans le bras et chercha la parade pour se déplacer sans déranger son ami, qui semblait s'être endormi. Il donna de petits à-coups sur le côté, tentant de s'échapper, mais les grognements de Louis le dissuadèrent de continuer. Il resta donc ainsi, le corps tordu, un bras ankylosé et une envie soudaine de se rendre aux toilettes. Son cerveau était un sacré bâtard, quand il s'y mettait.

"Louis..."

Il murmurait, ce qui était quelque peu ridicule puisqu'il voulait le réveiller.

"Louis...
- ...
- Louis !
- Quoi ?! J'ai rien fait ! Aïe !"

Harry éclata de rire devant le regard halluciné de son ami, qui s'était redressé d'un bond et cogné contre le siège devant lui. Il devait être en train de rêver, juste avant qu'il ne le réveille, et il eut l'air complètement perdu pendant un instant. Il ne savait plus où il était. Lorsqu'il retrouva ses esprits, il se retourna vivement vers Harry et lui lança un regard noir.

"Qu'est ce que t'as à rire ?!
- T'as conscience du ridicule de la situation ou pas ?
- De quoi tu parles ?
- Non, TOI, de quoi tu parles ?
- Hein ?
- Qu'est ce que tu as fait, Louis ?
- Mais... Mais..."

Liam regardait la scène en s'esclaffant et donna un coup de coude à Niall pour attirer son attention. Ils fixèrent Louis tous les quatre, un sourire idiot sur le visage.

"Les gars, vous me faites flipper. Arrêtez ça.
- Non, TOI, arrête !
- Mais arrêtez, merde !
- Qu'est ce que tu as fait, Louis... ?
- Oui, qu'est ce que tu as bien pu faire, Louis... Oh mon Dieu, Louis...
- C'est vrai ça, c'est horrible, on s'inquiète vraiment pour toi Louis, tu sais, tu devrais nous en parler..."

Louis se leva, et tapa du pied en bousculant Harry, qui ne bougea pas d'un centimètre. Il avait envie de crier, mais il avait peur d'alerter tout l'avion. Les garçons se mirent à ricaner et Harry tira Louis vers lui.

"On te fait marcher, débile.
- Mais vous êtes dégueulasses ! Je dormais tranquillement et vous me martyrisez !
- C'est parce que t'es trop mignon, on n'a pas résisté à la tentation de voir ta tête de victime.
- Pff. Vous êtes trop cons.
- Nous aussi on t'aime, Lou !"

Zayn fit un clin d'œil au jeune homme, sa tête dépassant à peine du siège de Niall. L'ambiance était meilleure qu'ils n'avaient pu l'imaginer lors de la réunion avec les producteurs. Leur complicité était la clé, elle l'avait toujours été. Paul fit un sourire à Louis, qui détourna le regard. Il ne faisait pas partie du groupe. Il l'avait apprécié, il fut un temps, mais il avait à présent perdu toute affection à son égard. C'était comme ça, il avait intégré le clan des actionnaires, des bourrés de fric. Il les avait trahi. Personne ne le savait vraiment, mais pour lui, c'était fini. Il ne tomberait pas dans le piège de la camaraderie. Louis bouscula les jambes de Harry, faisant passer grossièrement le message qu'il voulait bouger, puis il remonta l'allée jusqu'aux toilettes. Il avait besoin de prendre l'air... si tant est que cela puisse être possible dans un espace confiné d'un mètre carré. L'hôtesse lui sourit et il l'ignora ostensiblement. Ce n'était pas de la méchanceté ou une certaine forme de vanité, simplement qu'il était trop contrarié pour être aimable. Lorsqu'il vit Paul traverser l'appareil, il soupira et regretta de ne pas s'être précipité dans les toilettes avant. Le manager s'appuya contre une paroi à côté de lui et renifla.

"Alors ? Ça va ?
- Ouais...
- Super. Plus de problème... émotionnels ?
- T'as toujours été fort pour nous parler, toi, hein ?
- Bah quoi ?
- C'était pas exactement une crise émotionnel, mais bref, peu importe. Non, j'ai plus de problème, je me sens mieux, merci.
- Bien. Et... avec Harry ?
- Quoi, Harry ?
- Ben, tu sais...
- Non, c'est bien pour ça que je demande.
- Vous avez passé la nuit ensemble ?
- Oui, comme à peu près toutes les semaines depuis ma rupture avec Aaron. T'étais au courant, les garçons ont pas mal passé de temps chez moi ces derniers temps.
- Tu sais très bien ce que je voulais dire.
- ...
- Bon. Vous avez couché ensemble, pas vrai ?"

Louis fit une grimace. Il ne pouvait pas le nier, et puis, d'ailleurs, pourquoi le faire ? C'était sa vie, leur vie. Il faisait ce qu'il voulait de ses nuits.

"Tu sais, Louis, je ne crois pas que ce soit une excellente idée. Qu'est ce que vont dire les producteurs ?
- Putain, tu ne jures plus que par eux ma parole ! Est-ce qu'ils ont besoin de savoir, déjà, hein ? Et puis je ne vois pas le problème, on fait ce qu'on veut, on est majeurs et vaccinés ! On ne s'exposera pas en public, si c'est ce que tu veux savoir. On a assez de trucs à gérer comme ça. Mais venir me faire la morale comme ça parce que j'ai passé une nuit avec Harry, franchement, c'est complètement débile."

Il tourna les talons et retourna s'asseoir. Il fulminait, et eut bien du mal à cacher sa colère.

"Tout va bien, Lou ?
- Oui, oui ça va."

Il saisit la main de Harry et serra ses doigts entre les siens. Il inspira profondément et tenta de se calmer. Il avait envie de lui raconter, mais il savait que s'il abordait le sujet, il n'en finirait plus d'essayer de s'en dépêtrer. Harry saisirait l'occasion de défendre son avis sur la question, et il était persuadé que la tournure des choses ne lui conviendrait pas. Il se força donc à sourire et caressa sa cuisse distraitement, se créant un masque de bonne humeur et de légèreté. Il voulait juste profiter. Il s'affala dans son siège et laissa Harry se coller à lui. Il s'était penché vers son visage et lui murmurait des histoires idiotes, des histoires de baisers, d'envies, d'étreintes. Il se laissa courtiser en se délectant de sa voix chargée de désir. Il adorait sentir qu'il le voulait. Cette situation était pour lui la plus confortable qui soit. Il avait le sentiment de n'avoir aucune obligation, et il n'en imposait pas à Harry. Ils n'étaient pas dépendants l'un de l'autre, il n'y avait aucune contrainte, juste une sensation de plénitude qui fourmillait en eux et les rendait simplement heureux. Il gloussa quand Harry glissa ses lèvres dans son cou et le repoussa doucement pour ne pas attirer la curiosité des trois autres. Il n'était pas amoureux de Harry, il se sentait juste en totale adéquation avec ce qu'il avait toujours voulu être. Son ventre se noua lorsqu'il pensa qu'il s'était dit exactement la même chose lors de sa relation avec Aaron. Ça avait été sincère. Il avait réellement cru qu'il le comprenait mieux que quiconque. Et puis il avait vu qui il était réellement, une personne égoïste, fermée à toute discussion. Peut-être s'était-il révélé, lui aussi... Peut-être n'avait-il pas été le petit ami idéal. C'était pour ces raisons qu'il ne voulait pas s'investir de cette façon avec Harry. Il voulait être sûr qu'il le garderait toujours à ses côtés.

"On n'aurait jamais pu faire ça s'il y avait eu Aaron.
- T'es bête.
- Quoi, c'est vrai. Enfin en même temps, tu me laisses pas tellement faire non plus...
- Tu veux pas qu'on baise au milieu de l'avion non plus ?
- Shh Lou !
- Bah quoi, je croyais que tu assumais ?
- Faudrait savoir ce que tu veux !
- Bref, en parlant d'Aaron, je l'ai revu hier."

Le regard de Harry se durcit instantanément.

"Et alors ?
- Bah rien, il va bien.
- Génial. Content pour lui.
- Moi aussi, ça m'a fait plaisir de le revoir.
- T'as qu'à te remettre à coucher avec lui aussi, ça te fera plus de distractions.
- Oh mais, t'emporte pas comme ça, j'allais justement te dire que ça m'a rien fait ! J'étais juste content, c'est tout. C'était comme une vieille connaissance, tu sais.
- Hm.
- Te monte pas la tête comme ça, tu penses trop Harry.
- Je pense pour deux.
- Je t'emmerde.
- Ça c'est clair, tu m'emmerdes.
- C'est censé vouloir dire quoi ça ?
- Oh rien de plus que ce que ça veut dire. Tu m'emmerdes, c'est tout.
- Va te faire voir."

Harry sourit. Il réalisait qu'il devait prendre soin de ne pas perdre ses privilèges auprès de Louis. Aaron n'était plus un concurrent mais rien n'était gagné non plus. Il y avait tellement de choses qu'il aurait voulu dire à Louis mais il se retînt. Il ne voulait pas l'étouffer. Il avait bien compris que c'était ce qui effrayait le plus son ami. Il se risqua tout de même à lui glisser à l'oreille.

"Je t'aime quand même, tu sais.
- Débile..."

Ce n'était certainement pas ce genre de réponse qu'il attendait, mais il savait que Louis s'était imposé une retenue qu'il s'efforçait de respecter. Il se fit violence pour ne pas l'embrasser quand son ami se blottit contre lui et posa sa tête contre la sienne. Il ferma les yeux, espérant pouvoir se reposer pour arriver dans les meilleures conditions à New-York. Ils auraient un ou deux jours off avant de commencer les choses sérieuses. Les concerts s'enchaineraient, mais pas seulement. La promo allait se faire sur le terrain, les séances de dédicaces, les interviews, les photoshoots, les apparitions à la télévision, tout ça prendrait beaucoup de leur temps et de leur énergie. Il ne pouvaient espérer profiter de leur temps libre qu'à leur arrivée, ensuite, ce serait une course infernale. Ils s'endormirent les uns après les autres, et Paul resta seul avec l'inquiétude des semaines à venir. Tout avait été parfaitement programmé, mais il n'avait pas prévu un tel rapprochement entre Louis et Harry. Il craignait que les évènements prennent une tournure désagréable à gérer. Paul avait de plus en plus de mal à comprendre les garçons. Il les avait connus si jeunes, à présent il lui semblait que leur innocence s'évanouissait, et qu'il devrait travailler d'arrache-pied pour ne pas se laisser distancer. Ils avaient de nouvelles préoccupations, et des envies de liberté qui ne lui plaisaient pas.

L'atterrissage fut une délivrance. Ils avaient beau avoir l'habitude de voyager, des trajets aussi longs n'étaient jamais très agréables, et passé l'euphorie de l'embarquement, ils avaient vite déchanté. Ils avaient tous dormi quelques heures, certains plus que d'autres. Chacun avait été profondément jaloux de Zayn qui ne s'était réveillé que quelques dizaines de minutes avant leur arrivée. Les autres avaient fait de leur mieux pour s'occuper, des actions ou vérités qui ne menaient à rien, puisqu'ils se connaissaient tous par cœur et que les actions étaient relativement limitées dans un avion, des jeux de devinettes que Liam connaissait immanquablement et qui poussait l'exaspération de son auditoire à son apogée... Ils en vinrent même à fait un concours de grimaces, ce qui eut au moins le mérite de ravir leurs fans qui y assistaient en direct via les comptes de réseaux sociaux de Niall, accroché à son portable malgré les interdictions des hôtesses de l'air. Dans le hall de l'aéroport, des fans se pressaient derrière des barrières, impatientes d'apercevoir ne serait-ce que quelques cheveux des cinq garçons. Les États-Unis étaient heureux de retrouver One Direction. La nouvelle de leur tournée n'avait été donnée que quelques jours avant le départ, et malgré cela, leurs fans s'étaient fait passer le mot, et elles formaient une foule impressionnante et agitée. Ils distribuèrent quelques autographes, se frayant un chemin entre les jeunes filles excitées. Paul incita Louis à relever la tête et à faire signe à ses admiratrices, et il s'exécuta en grognant. L'orchestration évidente le concernant l'agaçait fortement, mais il ne dit rien. Il devrait s'y faire, avant de trouver une solution pour y échapper. Pour le moment, il n'avait que des pensées radicales à ce sujet, et préférait ne pas trop y penser. Il sentit un bras enserrer ses hanches et il sentit le parfum de Harry tout près de lui. Par pure rébellion, il se rapprocha de lui et lança un regard provocateur en direction de Paul. Les fans hurlèrent à leur passage et il se sentit bien. Lorsqu'ils parvinrent à sortir de l'aéroport, ils s'engouffrèrent dans le taxi qui les attendait et Paul indiqua au chauffeur l'adresse de l'hôtel en lui ordonnant de faire au plus vite. Ils étaient tous épuisés, mais il n'était que 11h du matin à New-York. Ils avaient les jambes lourdes et une migraine naissante qui faisait vibrer leurs tempes. Malgré ça, ils étaient émerveillés, comme la première fois qu'ils avaient découvert la ville. Ils ne pouvaient s'empêcher de tordre le cou pour ne rien manquer autour d'eux. C'était grandiose, et ils avaient beau adorer Londres, tout avait une dimension différentes ici. Les bâtiments immenses défilaient sous leurs regards, succédant à des parcs verdoyants, des places bondées et des d'innombrables enseignes lumineuses. C'était un autre monde. L'hôtel était aussi impressionnant que tout ce qu'ils avaient pu voir jusque là. Les producteurs n'avaient pas lésiné sur les moyens. Ils avaient le sentiment qu'ils tentaient de les faire taire en leur offrant toujours plus de privilèges. Mais ils n'étaient pas dupes. À l'accueil, Paul récupéra les trois clés des chambres qui leur étaient réservées.

"Celle-ci, c'est pour Louis, Zayn et Niall. Et celle-ci c'est pour vous deux.
- Hein ?
- Il y a un problème, Harry ?
- Pourquoi Louis et moi on n'est pas ensemble, comme d'habitude ?
- On a préféré mettre Louis avec deux autres personnes, juste au cas où...
- Ah, d'accord. Bon bah, Niall, on échange ?
- Non, non, pas d'échange.
- Mais pourquoi ? Je veux être avec Louis, on a toujours été ensemble pendant les tournées, je vois pas pourquoi on changerait.
- Non, écoutez, c'est trop compliqué si on change tout maintenant. Ça a été fait comme ça, maintenant vous n'avez qu'à vous adapter. C'est pas la peine d'en faire tout un plat.
- Paul, sois pas con, elles sont débile tes excuses là !
- Louis, arrête.
- C'est...
- Fin de la discussion."

Ils échangèrent un regard décontenancé. Niall, Liam et Zayn ne comprenaient pas la raison des agissements de Paul. Ça n'avait aucune logique, mais s'il semblait avoir des raisons de se comporter ainsi.

"Monsieur ? Un appel pour vous."

Paul se détourna et pris le téléphone, faisant signe aux garçons qu'ils pouvaient y aller. Ils se dirigèrent vers l'ascenseur, conservant un silence religieux. Quand les portes d'acier se furent refermées sur eux, Zayn ouvrit enfin la bouche.

"C'était quoi ça ?
- Ouais, toi aussi t'as trouvé ça bizarre ?
- Carrément ! Qu'est ce que vous lui avez fait pour qu'il vous sépare ?
- Ça a un rapport avec le blazer ?
- Quel blazer ?"

Zayn se mit à rire devant les mines coupables de Louis et Harry.

"C'est bien ce qu'il me semblait...
- Quelqu'un va m'expliquer cette histoire de blazer ?"

Niall avait toujours été un peu naïf, et il se sentit vraiment idiot lorsqu'il croisa le regard amusé de Liam. Visiblement, ils étaient tous au courant d'un scoop conséquent, et il se dit qu'il devrait peut-être passer moins de temps sur Twitter et suivre un peu ce qui se passait autour de lui.

"On va pas te faire un dessin, quand même...
- Pourquoi ?
- Niall...
- Mais quoi ?... Oh !"

Louis avait l'air de vouloir disparaître sous terre, et Harry se grattait la nuque d'un air gêné.

"Non ! Sérieusement ?! Et pourquoi on ne me dit jamais rien, à moi ?
- Je te rappelle qu'on n'a pas eu besoin qu'ils nous disent quoi que ce soit pour deviner.
- Mais je suis pas un pervers sexuel moi...
- T'es surtout puceau.
- Harry, n'essaie pas de changer de sujet. Depuis quand vous... ?
- On quoi ?
- Bah... Depuis quand vous êtes ensemble quoi !
- On peut pas vraiment dire qu'on soit ensemble."

Le ton de Harry était amer. Ils ne surent pas quoi répondre pendant un instant, mais Niall mit fin au malaise immédiatement, poussé par la curiosité.

"Bon, alors depuis quand vous couchez ensemble ?
- Niall !
- Mais quoi encore ? J'ai encore rien compris, c'est ça ? Mais dites moi à la fin ! Je me sens con là, c'est chiant !
- Baisse d'un ton, l'irlandais. Tu crois quand même pas qu'on va tout te raconter de notre vie sexuelle quand même...
- Donc j'avais raison. Vous avez une vie sexuelle. ENSEMBLE.
- ...
- C'est génial !
- T'es sérieux là ?
- Mais arrêtez, c'est trop bien ! La raison pour laquelle Louis et Aaron ont rompu, c'est bien parce qu'ils ne pouvaient jamais se voir, non ? Du coup, là, vous vous verrez tout le temps ! Ça règle le problème !
- T'entends ça, Louis ?"

Le jeune homme lança un regard assassin à Harry. Il n'avait certainement pas envie de discuter de ça maintenant. C'était déjà bien suffisant que les autres aient deviné seuls ce qu'il se passait entre eux. Ils arrivèrent à leur étage et Louis retint Liam lorsqu'ils se dirigèrent vers les chambres.

"Mec...
- Oui ?
- Tu pourrais pas... genre...
- Te fatigue pas, Lou, je te laisse ma place. De toute façon Harry ronfle, je dormirai mieux avec les deux autres. Même si avec vos histoires, je suis sûr que Niall ne va pas dormir de la nuit..."

Il fit un clin d'œil à son ami et le laissa rejoindre Harry. Il n'était pas aussi enthousiaste que Niall. Il avait beau être persuadé depuis longtemps que Harry était fou amoureux de Louis, il sentait bien que ce dernier n'était pas sur la même longueur d'onde, ou que du moins il tardait à réaliser qu'il partageait les sentiments de son ami. Il comprenait la méfiance de Louis, mais souffrait avec Harry. Il avait toujours été beaucoup trop compatissant. Il tenta de ne pas y penser, ils étaient grands et responsables et ce n'était pas à lui de régler leurs problèmes. Et puis, ils allaient crouler sous le travail ces prochaines semaines, et ce n'était pas le moment de se compliquer les choses avec des histoires sentimentales.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum