Chapitre IX (Rating M-)

Aller en bas

Chapitre IX (Rating M-)

Message  Sniezde (admin) le Mar 21 Aoû - 12:39

AUTEURS : Fabu-Louis


Chapitre IX
"And I wanted you to know without you I can't face it / All we wanna have is fun / But they say that we're too young / Let them say what they want"


Louis allait mieux, c'était une évidence pour tout le monde. Paul lui souriait à nouveau quand il le croisait dans les couloirs des studios. Un sourire bienveillant qui semblait lui dire "Tu vois quand tu veux." Ça lui était bien égal. Il pouvait penser ce qu'il voulait, qu'il avait fallu simplement le booster un peu pour le sortir de sa léthargie, Louis savait de quoi il en retournait. Il retrouvait goût à la vie grâce à ses amis et eux seuls. La soirée chez lui avait été un véritable déclic. Il s'était rendu compte à quel point ils comptaient pour lui et inversement. Il les aimaient plus que tout et leur soutien était la seule chose qui lui apportait vraiment du réconfort. Si parfois il avait peur de les ennuyer à réclamer des soirées comme celle-ci, il savait aussi que ce n'était pas le cas et que les garçons lui disaient simplement les choses quand ils n'étaient disponibles. Ils se retrouvaient chez Louis au moins une fois par semaine et parfois, c'était presque tous les jours. Ils faisaient tout et n'importe et ces moments pouvaient durer toute la nuit comme le temps d'un dîner, mais Louis se sentait renaître dans leurs yeux et c'était exactement ce dont il avait besoin. Il se rendit compte de ce changement un jour où il croisa Aaron. Il se baladait dans Londres avec Niall quand il se retrouva nez à nez avec le jeune homme. Après quelques secondes de malaise, il se saluèrent. Si Louis avait craint ce moment, il se surprit à sourire et à discuter comme si de rien n'était. Aaron était devenu une vague connaissance qu'il était heureux de revoir. Niall prétexta apercevoir l'ami qu'il avait prévu de retrouver et fit un clin d'œil à Louis en s'éloignant. Aaron restait planté là sans trop savoir quoi faire.

"Tu as l'air... en forme.
- Merci, toi aussi.
- Ça va pas trop mal, en effet.
- Tu es où en ce moment ?
- J'ai trouvé une chambre dans une collocation, c'est plutôt cool.
- Tu... tu es libre là ? On pourrait aller boire un café, discuter...
- Ouais, on pourrait.
- Seulement si tu en a envie...
- Allez viens, Louis, mais c'est toi qui invite."

Aaron eut un sourire et entraîna Louis dans un café. Ils s'assirent et restèrent là a discuter pendant plusieurs heures. Aaron lui apprit qu'il avait rencontré quelqu'un, et une fois de plus Louis fût surpris de constater qu'il n'était pas jaloux mais plutôt heureux pour lui. Aaron lui demanda où les choses en étaient avec Harry, mais le jeune homme resta évasif. La situation n'était pas beaucoup plus claire pour lui et il craignait de devoir l'aborder avec quelqu'un. Mettre des mots sur leur relation l'aurait rendue beaucoup trop concrète et c'était quelque chose qui lui faisait peur. Il voulait garder encore un peu répit. Juste quelques temps.

"Tu sais Louis, ça me fait plaisir de te revoir.
- Moi aussi Aaron...
- Tu ne voudrais pas qu'on... je veux dire, qu'on continue à se voir comme ça ? Qui sait, les choses pourraient peut-être évoluer. J'ai appris à pardonner...
- Aaron, je repars pour les États-Unis dans deux jours, et de toute façon, je me sens bien en ce moment, je n'ai pas envie de recommencer quoi que ce soit, avec toi ou n'importe qui. J'ai besoin de temps et je pense que de toute façon, on s'est donné ce qu'on avait à se donner. Recommencer ne nous apporterait rien, ni à toi ni à moi. Ce garçon que tu as rencontré, aime-le, tu verras qu'il te le rendra bien. Tu es quelqu'un de bien, profite de ta vie.
- Tu parles comme si tu allais mourir tu sais.
- Soit pas bête."

Louis sourit. C'est vrai qu'il se sentait différent. Il avait changé et se sentait bien. Il avait peut-être perdu un peu de cette innocence qui l'avait si longtemps caractérisé, mais la vie était ainsi et il fallait bien grandir un jour ou l'autre. Si c'était maintenant, ainsi soit-il. Il salua Aaron et se leva. Le soleil brillait. Il était bien. Il avait envie de retrouver Harry. À cette pensée, il sourit, se disant qu'il avait quand même une drôle de façon de raisonner. Il héla un taxi et indiqua au chauffeur l'adresse des studios. Il se doutait que les garçons étaient là-bas, du moins Harry. Depuis quelques temps, il s'y rendait tous les jours sans exception, parfois jusqu'à des heures tardives. Il tenait à avancer le plus possible dans la préparation de l'album avant de partir. D'une certaine façon, cela l'aidait avec l'idée qu'ils allaient débuter une nouvelle tournée. La dernière fois qu'ils étaient partis comme ça, il avait fini dans une clinique. Mais cette fois-ci il ne se laisserait pas avoir, même si le stress était déjà à son apogée. Des voix s'élevaient de la salle d'enregistrement. Il reconnu celles de Harry et de Zayn, et l'agacement de ce dernier ne présageait rien de bon. Ils travaillaient trop et cela finissait immanquablement par des tensions voire des disputes entre eux. Ce n'était jamais rien de grave mais ils devaient prendre sur eux pour assumer toute la pression qui pesait sur leurs épaules. Louis entra dans le studio et posa son sac. Harry et Zayn étaient de l'autre côté de la vitre et débattaient vivement sur la meilleure tonalité à prendre. Le studio était vide et Louis appuya sur le bouton.

"C'est pas bientôt fini ce bordel ?"

Les deux garçons se figèrent.

"Dieu c'est toi ?"

Louis éclata de rire, le micro toujours enclenché et Harry eut un sourire satisfait. Louis les rejoingit dans la pièce.

"Tout va bien ici ?
- Ouais, ça va, Zayn est chiant mais ça va.
- Je t'emmerde !
- Quoi c'est vrai, t'es chiant !
- Va te faire voir !
- Wow, wow, on se calme ! Ça fait des jours qu'on bosse sans relâche, on pourrait peut-être faire une pause.
- Toi, tu viens d'arriver et tu veux déjà faire une pause ?
- C'est une façon de parler, débile. Et puis j'ai occupé le studio bien plus que vous deux réunis ces derniers temps alors je te conseille de baisser d'un ton Harry Styles. De toute façon Zayn avait raison, une tonalité en dessous, c'est mieux."

Harry ne ronchonna que quelques secondes avant de réaliser que Louis plaisantait. Il s'excusa, il était sur les nerfs en ce moment.

"C'est bien pour ça que je proposais qu'on se détende la nouille.
- Très bien et qu'est-ce que tu proposes ?
- Rooh je sais pas Harry, creuse toi un peu la tête.
- On pourrait faire une chanson comme l'autre soir.
- Tu vois, Zayn a de bonnes idées lui !
- Je vous emmerde, les gars, vous savez quoi, faites votre chanson, moi je rentre chez moi."

Harry avait disparu et claqué la porte avant que Louis et Zayn n'aient eu le temps de réagir. Louis leva les yeux au ciel et se précipita à sa suite. Il le rattrapa dans le couloir.

"Hey, Hazza, qu'est-ce que tu nous fait là ?
- Rien, je rentre c'est tout.
- Reste avec nous, soit pas con, c'était pour déconner.
- Et bien moi je voulais bosser. On part dans deux jours et plus on en fera maintenant et mieux ce sera.
- Mais Harry, tu es crevé, ça sert à rien de bosser dans ces conditions, tu le sais.
- Je voudrais juste..."

Sa voix se brisa et Louis remarqua à quel point son ami était épuisé. Il le prit dans ses bras et murmura à son oreille.

"Tout va bien Harry, je sais à quel point c'est dur pour toi. Je sais que si tu pouvais tu travaillerais même la nuit pour tout soit parfait. Mais il y a des moments où il faut lâcher un peu l'affaire, prendre le temps de souffler.
- Je sais...
- Alors, reviens avec nous.
- On peut rester encore un peu comme ça d'abord ?"

Louis ne répondit pas mais serra encore d'avantage son ami contre lui. Il glissa sa main sous ses cheveux et caressa doucement sa nuque en lui murmurant des choses idiotes. Il voulait juste qu'il se sente bien. C'était à son tour de le rassurer. Harry riait dans son cou et il aurait pu rester comme ça des heures durant. Mais il fallut bien qu'ils se séparent pour rejoindre Zayn. À contre-cœur, Harry se détacha de l'étreinte de son ami. Leurs joues se frôlèrent. Louis frissonna quand le souffle de son ami caressa sa peau. Ses lèvres étaient juste là, à quelques millimètres et il ne résista pas à l'envie de les sentir de nouveau contre les siennes. Leurs respirations se mélangèrent, leurs fronts collés l'un à l'autre. L'hésitation se fit sentir mais Louis l'attira à lui et leurs bouches se retrouvèrent. Harry serra sa nuque alors que leurs langues se cherchaient. Louis avait la tête qui tournait, chaque baiser avec Harry était toujours plus enivrant. Cela l'effrayait autant que ça l'émerveillait. Ses bras l'enlaçaient et il n'aurait voulu le voir s'écarter pour rien au monde. Pourtant, Harry mit fin à leur étreinte.

"Zayn doit nous attendre..."

Louis acquiesça en silence. Il regrettait de s'être une nouvelle fois laissé aller. Les mots qui sortirent de sa bouche dépassèrent sa pensée et il se mordit la langue immédiatement après.

"Tu dors à la maison ce soir ?
-Je...
- Bon les mecs, qu'est-ce que vous foutez ? On se la fait cette chanson détente ou quoi ?"

Louis poussa presque Harry et tendit le cou pour répondre à Zayn qui eut le vague sentiment d'être intervenu au mauvais moment.

"On arrive !
- Ok..."

Harry serra la taille de Louis et se pencha vers son visage.

"D'accord pour ce soir."

Puis il l'embrassa furtivement avant de faire demi-tour pour retourner dans le studio. Louis resta une seconde interdit. Il avait recommencé. Il avait tout déclenché. Ce qui allait se passer le soir même ne laissait pas l'ombre d'un doute et ne plairait sûrement pas aux producteurs. Son ventre se serra. Il était partagé entre l'angoisse et un désir ardent. Il en étouffait presque. Il pensa à traverser le couloir et quitter le bâtiment. Peut-être que cela dissuaderait Harry de venir ce soir. Mais il en crevait d'envie. Le sourire aux lèvres, ses doigts ébouriffant ses cheveux, il rejoignit ses amis.

"On a pensé faire une cover de Star Girl. Ça te dit ?
- Carrément que ça me dit !"


Ils restèrent plusieurs heures et quittèrent le studio vers 20h.

"Vous voulez aller manger un truc ?
- Moi je suis crevé. Je crois que je vais rentrer.
- Okay, ça marche. Harry ?
- J'ai... un truc à récupérer chez Louis.
- Ah oui ?
- Oui, mon... Blazer ! Ça fait une éternité qu'il l'a et je commence à en avoir marre, c'est quand même ma meilleure veste...
- C'est ça, va récupérer ton blazer. Et au fait... N'oubliez pas de vous protéger !"

Zayn éclata de rire en grimpant dans son taxi tandis que les deux autres garçons restèrent stupéfaits sur le trottoir sans savoir comment réagir. Ils décidèrent de se rendre chez Louis à pieds. Le temps était agréable et ils se sentaient bien. Louis eut envie d'entrelacer ses doigts à ceux de Harry. Ils rentrèrent sans trop se faire accoster, et furent chez Louis en moins d'une demi-heure. La situation était des plus cocasses. Louis pris la veste de Harry comme si de rien n'était et la lui jeta presque dans les bras.

"Voilà..."

Harry le regarda quelques secondes, sans comprendre.

"C'était une excuse. Tu en as conscience j'espère ?...
- J'ai faim, pas toi ?
- Louis...
- Des pâtes, ça te conviendrait ?
- Louis...
- Mais quoi ?
- Tais-toi."

Il l'enlaça et le fit basculer sur le canapé. Il se jeta sur ses lèvres, enleva ses vêtements en un temps record et se délecta de chaque parcelle de son corps. Louis se sentait comme dévoré par son désir, le corps brûlant et le cœur battant à tout rompre. Les lèvres de Harry étaient partout, ses mains caressaient chaque centimètre carré de sa peau. Louis gémit et Harry ricana. Il avait peut-être l'air d'un parfait idiot à cet instant, avec son sourire plaqué sur le visage mais il était tout simplement heureux de le retrouver enfin nu contre lui. Louis voulait de nouveau de lui, il le laisserait lui faire l'amour et lui donner tout ce qu'il voulait. Il avait tant à lui offrir. Peut-être avait-il enfin comprit qu'ils étaient fait pour ça, pour être ce genre de personnes. Le genre de personnes à s'aimer, le genre de personnes à profiter ensemble de chaque instant, comme ces amoureux transis qu'on voyait sur les bancs dans les parcs. Harry avait toujours été persuadé que sa vie devait être avec Louis. Il se dévêtit à son tour et son cœur s'emballa lorsqu'il sentit les tremblements de Louis contre son corps. Il n'en pouvait plus d'attendre, il lui semblait que cela faisait des lustres qu'il en rêvait. Louis était totalement abandonné entre ses bras. Et c'était bon, c'était mieux que n'importe quoi, mieux encore que la première fois. Il ne put s'empêcher de penser à Aaron et à la revanche qu'il prenait sur lui. Imaginer qu'il avait fait l'amour à Louis tant de fois le rendait malade, mais c'était son tour maintenant, son tour de le posséder. Le reste ne fut plus que respirations haletantes, mains serrées, gémissements étouffés et cris de plaisir. Ils se donnèrent l'un à l'autre des heures durant, parfois ce n'étaient que de simples caresses, parfois la force de leur étreinte leur faisait perdre la tête. Ils quittèrent le salon pour s'enfermer dans la chambre de Louis. Ils perdirent la notion du temps, devinrent étrangers au monde. Il n'y avait qu'eux entre ces quatre murs, créant quelque chose de nouveau, anéantissant la réalité. Ils n'en pouvaient plus et continuaient encore. Harry ne se lassait pas des cris de Louis, de ses murmures à son oreille, de ses cheveux collés à son front, du goût salé de ses lèvres. Il en voulait toujours plus. Lorsqu'ils tombèrent, épuisés, sur les oreillers, l'aube pointait à l'horizon. Ils s'endormirent sans même s'en rendre compte, serrés l'un contre l'autre, trempés de sueur.

La sonnerie du téléphone de Louis les réveilla. Le soleil était encore trop bas dans le ciel pour que l'heure soit décente mais il prit quand même la peine de décrocher.

"Louis ?
- Allo ?...
- C'est moi.
- Moi qui ?
- Paul !
- Ah salut.
- Tout va bien ?
- Je dormais là.
- Louis, il est 9 heure et demi !
- Oui, c'est bien ce que je disais, je dormais.
- Tout est prêt ?
- De quoi ?
- Pour partir, tu es prêt ?
- Paul, tu m'emmerdes.
- C'est qui ?"

La voix de Harry était encore enrouée de sommeil et il se retourna pour enfouir son visage dans l'oreiller.

"T'es avec quelqu'un ?
- Oui, Paul, je suis avec quelqu'un.
- Qui ?
- Ça te regarde ?
- Un peu quand même, je suis votre manager merde.
- Oui, pas ma mère.
- Raccroche Louis, reviens te coucher.
- C'était la voix de Harry là !
- Oui, c'était Harry.
- Merde, Louis...
- Mais quoi encore !
- Je te rappellerai plus tard.
- Non, JE te rappellerai quand on sera réveillés. Salut."

Louis raccrocha presque au nez de leur manager et se blottit contre le dos de Harry. Ce dernier se retourna et le prit dans ses bras. Louis était parfaitement réveillé maintenant et laissa ses doigts glisser sur la peau de Harry.

"Qu'est-ce qu'il voulait ?
- Jouer la baby-sitter je crois.
- Au moins il sait qu'on est ensemble maintenant..."

Louis tressaillit mais ne répondit rien. Un nœud se forma instantanément dans son ventre. Il savait que ce moment arriverait, mais c'était bien trop rapide. Il n'avait pas encore pensé à ce qu'il allait répondre à Harry, à comment il allait expliquer les choses calmement. Si tant est que ce soit possible. Il roula sur le côté, le dos tourné à son ami. Harry ne réagit pas et l'enlaça. Ses doigts caressaient son dos et Louis frissonnait à son contact.

"On passe la journée ensemble ?
- Il faut que tu prépares tes affaires.
- J'ai le temps, je pourrais faire ça ce soir. Et puis tu peux venir avec moi.
- Hm.
- Tu crois qu'on le dit aux garçons maintenant ?
- Dire quoi Harry ?
- Bah tu sais, pour nous.
- Je crois pas que ce soit leurs affaires.
- Je suis sûr que ça les intéresse.
- Ce qu'on fait de nos nuits ne les regarde pas.
- Ok, arrête deux minutes et dis moi ce qui ne va pas.
- Mais rien, c'est bon, ça va.
- Louis Tomlinson je te connais comme si je t'avais fait. Allez explique. Tu crois que ça leur posera problème c'est ça ? Moi je suis persuadé du contraire.
- Bien sûr que non, ça ne leur posera pas problème.
- Bah alors...
- Je ne sais pas trop ce qu'on aurait à leur dire de toute façon.
- Je sais pas, qu'on s'aime, qu'on a envie d'être ensemble. Ce qui nous passera par la tête.
- Et si moi j'avais pas envie qu'on rende tout ça officiel ? Si j'avais juste envie qu'on profite sans se prendre la tête ?
- Qu'est-ce que je dois comprendre là ?
- Rien de plus que ce que je viens de te dire.
- Justement tu me dis pas grand chose, Lou.
- Mais je sais pas, on peut juste continuer comme ça. Coucher ensemble quand on en a envie, continuer comme avant.
- Comme avant ? Mais rien n'est comme avant, je viens de passer la nuit la plus folle de ma vie et toi tu me dis que rien n'a changé. Ça t'as pas fait le même effet à toi ?
- Tu vois c'est de ça dont je parlais. On est déjà en train de se prendre la tête.
- On se prend pas la tête Lou, on discute. Tout va bien."

Harry resserra son étreinte et Louis eut la nausée.

"Écoute, on va en rester là, d'accord ? J'ai pas envie de compliquer les choses. C'est chouette ce qui se passe non ? On est bien, juste comme ça. Tu pourrais juste prendre tes affaires et on se retrouvera plus tard, en studio, et peut-être que je viendrai chez toi ce soir, ou que tu reviendras, ou peut-être pas, on s'en fout, non ?
- De quoi ?
- Harry, fait pas celui qui comprend pas. Je veux juste quelque chose de simple avec toi.
- Mais c'est pas simple ce que tu me demandes là.
- ..."

Louis s'était enfermé dans son mutisme et Harry comprit qu'il ne pourrait rien obtenir de plus. Il ne savait plus quoi penser. C'était à croire que Louis se moquait de lui. Un instant, il pensa retourner la pièce, tenter de le faire réagir, d'obtenir quelque chose de lui. Il avait envie de l'insulter, de le secouer, de lui faire dire ce qu'il pensait vraiment. Il était persuadé que cette nuit n'avait pas juste été quelque chose comme ça, comme il disait et que ça avait autant compté pour lui. Mais il ne voulait pas le perdre à nouveau et rangea sa colère et sa fierté dans un coin de son cerveau qu'il mit en veille. Très bien, il serait ce qu'il voudrait. Un ami, un amant quand il en déciderait ainsi, puisque c'était tout ce qu'il voulait de lui. Il lui donnerait de l'affection, un soutien, du sexe, il séparerait les choses, il rendrait les choses simples, il se plierait à ses désirs, pourvu qu'il le garde. Il était fatigué de se battre et préférait encore se contenter de ça. Il ne pouvait pas le forcer à tomber amoureux de lui. C'était comme ça, un amour à sens unique. Louis le voyait comme un ami cher, comme quelqu'un à qui il pouvait faire confiance et livrer son corps. Très bien, qu'il en soit ainsi.

"Tu veux que je m'en aille, maintenant ?
- Non, reste.
- Très bien."

Harry se recoucha contre lui et ferma les yeux en espérant que les larmes qu'il ravalait ne couleraient pas sur la peau de Louis.
avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum