Chapitre VIII

Aller en bas

Chapitre VIII

Message  Sniezde (admin) le Mar 21 Aoû - 12:37

AUTEURS : Fabu-Louis


Chapitre VIII
"I'm praying / That your heart will just turn around"

Le pire, ce fut lorsque les managers et les producteurs le convoquèrent, lui et seulement lui, pour des formalités le concernant. Ils l'attendaient tous dans la salle de réunion, et il dû s'asseoir face à eux, tout au bout de la table. Il prit conscience de son état de délabrement avancé lorsqu'ils lui lancèrent un regard entre désolation et consternation. Ils étaient tous tirés à quatre épingles, costards et cravates à la pelle, de quoi déstabiliser n'importe quel gamin. Et c'est ce qu'il était. Un gamin un peu perdu, pas tellement sûr de ce qu'il faisait là, de ce qu'il devrait dire ou surtout, ne pas dire. Il sentit tout le poids de leurs reproches muets. Mais il savait qu'ils finiraient par parler, et qu'à ce moment là, il ne saurait pas comment réagir. Paul rangeait ses papiers inlassablement, évitant soigneusement de croiser le regard de Louis. Quand le premier producteur prit la parole, Louis réalisa qu'il était incapable de se souvenir de son nom. C'était comme ça, leur manager était habituellement la passerelle entre ceux qui payaient et le groupe. Mais aujourd'hui, la situation était trop grave pour qu'ils se contentent d'un intermédiaire.

"Bon euh... Louis ?
- Oui...
- Louis, c'est ça. Alors. On ne va pas y aller par quatre chemins, je pense que tu sais comme nous tous ici qu'il y a un problème.
- Un problème... avec moi ?
- Effectivement, un problème avec toi. C'est pas la première fois. On a accepté de te payer cette clinique, tu sais que pour l'image du groupe ça n'a pas été très bon...
- Attendez. Je suis désolé d'avoir dû faire une cure, vraiment, pardon, mais si j'avais pu je l'aurait payée moi-même. Sauf que c'est vous qui gérez nos budgets.
- Ça ne sert à rien d'user d'agressivité avec nous, Louis, on ne te fait pas de reproches...
- Ah bon ?
- Non. On voudrait simplement souligner la délicatesse de la situation dans la laquelle tu te trouves actuellement. Tu n'es pas sans savoir qu'il y a de plus en plus de rumeurs sur ton compte, la drogue et tout ça...
- Tout ça ?
- Ne te méprends pas, le fait que tu sois revenu de là-bas avec un autre garçon ne nous pose pas de problème à titre personnel mais tu te doutes bien de l'impact médiatique qu'a eu un tel évènement.
- Attendez là, tout le monde sait que je suis gay, je croyais qu'on avait réglé cette question il y a longtemps...
- Certes. Mais les récents... rebondissements à ce propos n'ont fait qu'attiser d'avantage les plumes les plus mal intentionnées.
- La presse people s'est toujours contenté de bien peu. Je ne suis pas le premier et certainement pas le dernier.
- Oui, sauf qu'avec un public comme le vôtre, ce genre de déclaration peut avoir un effet dévastateur. Pense au groupe, Louis... Tu n'es pas tout seul.
- Oh mais j'y pense, merci. Je ne comprends pas trop le but de cette réunion, là. Vous attendez quoi de moi ?
- Pas grand chose ! Souris, rase-toi, va faire un tour chez le coiffeur ! Présente bien, en somme, d'accord ?
- Ce n'est pas vraiment ma priorité, en ce moment.
- Mais quelle est donc ta priorité, Louis, si ce n'est la réussite du groupe ?
- Non, ça c'est la vôtre, avec tout le fric que vous brassez, et tout le respect que je vous dois. Ma priorité à moi, c'est de ne pas me jeter sur la première bouteille qui passe et...
- Je croyais que ce sujet était clos. Cette clinique est la plus réputée du Royaume-Uni, ils sont tous passés par là, Doherty, Winehouse...
- Oh, c'est vrai qu'ils s'en tous tellement bien sortis.
- Tu es un membre des One Direction ! Arrête de faire le rebelle, ce n'est pas ton image ! Tu dois apprendre à t'adapter aux exigences de ton public !
- À vos exigences, oui.
- Louis, calme toi, y'a rien de grave en soit, il faut juste que tu essaies de faire bonne figure...
- Oh va te faire mettre Paul, tu sais très bien ce qui se passe d'accord ? J'ai pas envie de faire bonne figure, j'ai juste envie de rester chez moi et qu'on me foute la paix jusqu'à que tout ça soit terminé !
- Oui, mais tu es dans les One Direction, et ce n'est certainement pas comme ça que ça va se passer.
- Je fais mon travail convenablement, j'enregistre l'album, je fais les concerts, j'écris des chansons avec les garçons et je me présente à vos réunions à la con. Le reste, c'est à vous de trouver. Vous n'avez qu'à dire que je me suis pris d'amour pour le style grunge et que mon ambition ultime est de ressembler à Kurt Cobain maintenant.
- Tu ne nous aide pas beaucoup là. La situation est beaucoup plus grave que ce que tu penses. Si on est ici aujourd'hui, tous ensemble, c'est parce que certains d'entre nous, et je ne vise personne, pensent que la solution serait de te demander de quitter le groupe.
- Quoi ?!
- Calme toi, cette solution est exclue bien évidemment, tout le monde sait que le groupe, c'est vous 5 et que c'est ça qui fait votre succès. C'est hors de question. On a une autre solution à vous proposer.
- Ah oui ? Mais vous êtes vraiment géniaux, c'est incroyable !
- Tais-toi Louis."

Paul semblait dans tous ses états. Louis pensa un instant qu'il allait faire une crise de nerfs mais il se contrôla tant bien que mal et poursuivit.

"On en discuté tous ensemble et on pense que vous envoyer en tournée aux États-Unis serait une bonne chose pour tout le monde. Vous y êtes déjà allés, ça s'était très bien passé, vous avez un bon public là-bas et ça vous permettra d'échapper à la presse people britannique.
- Oh oui, c'est sûr que les américains pour ça sont doux comme des agneaux ! Perez Hilton et ses copines sont tellement adorables !
- Ne le prends pas comme ça, de toute façon la décision est prise. On compte sur toi pour faire des efforts là-bas, le grand air devrait te faire du bien, non ?
- Bien sûr, Paul, je suis persuadé que ce sera miraculeux.
- La discussion est close, on va faire rentrer les autres membres maintenant pour leur annoncer, alors Louis, soit conciliant, s'il te plaît, fais comme si de rien n'était et aies l'air surpris, tu seras gentil."

Louis n'en revenait pas. Il ne s'était jamais senti aussi humilié. Jamais de toute sa vie au sein des One Direction il n'avait eu le sentiment d'être l'objet de leurs manipulations. Il n'avait jamais eu le sentiment d'être instrumentalisé à ce point et il se dit qu'il avait probablement trop fermé les yeux. Combien de fois on lui avait demandé de rester loin de Harry parce qu'ils tournaient un DVD, ou de s'afficher d'avantage au bras d'Eleanor, le sourire aux lèvres pour faire rêver les petites filles. Avant, tout cela était comme un jeu et à présent il se sentait dépassé, envahi. On lui demandait d'être quelqu'un d'autre, de prétendre à nouveau et de jouer alors qu'il était au plus bas. Il dû pourtant se résigner à faire bonne figure. Il ne voulait pas inquiéter d'avantage les garçons. C'était tout ce qui comptait maintenant, peut-être parce qu'ils avaient été les seuls à le soutenir pendant ces dernières semaines. Ils ne l'avaient jamais laissé seul. Quand Harry devait être en studio jusque tard le soir, Liam et Danielle venaient dîner et Niall débarquait en fin de soirée, puis restait dormir, prétextant ne pas aimer prendre le taxi la nuit. Ça avait été ainsi tous les soirs depuis qu'Aaron était revenu chercher ses affaires et il était incroyablement reconnaissant. Harry avait presque réemménagé chez lui, et tout était presque redevenu comme avant, si on oubliait le fait que chaque soir, Louis s'enfermait dans sa chambre pour pleurer. Il n'avait envie de rien et l'absence d'Aaron lui faisait souffrir le martyre. Malgré le soin que prenaient ses amis à lui changer les idées, le gouffre dans sa poitrine ne cessait d'augmenter. Il n'arrivait pas à se l'expliquer. La dépression s'était installée, insidieuse. Il devait se faire soigner. Mais il s'y refusait, il avait trop peur de retourner à l'hôpital. Il faisait confiance aux médecins, ils avaient fait un excellent travail avec lui. Mais lorsqu'il s'imaginait tout recommencer, devoir réunir ses pensées et se confier face à un thérapeute dégarni et au sourire vide, l'angoisse prenait le pas sur la raison et il s'enfermait encore d'avantage dans son mutisme. Combattre la tentation de boire était aussi une des plus grandes difficultés que rencontrait Louis. Lorsqu'il se décidait à sortir de chez lui, il lui semblait que l'alcool était partout. Entre les boutiques et les supermarchés, les publicité, même les magazine où s'étalaient des photos de son déclin, tout lui rappelait ce dont il était privé pour le restant de ses jours. Il se sentait comme un de ces artistes qu'ils avaient mentionné plus tôt, plus connu pour ses frasques en tout genre et son look franchement dérageant que pour son talent. Ce n'était pas ce qu'il avait prévu, être dans les One Direction n'aurait jamais dû l'amener à ce genre de situation. Il était un chanteur pop, pas une rock star et son public était composé majoritairement de jeunes filles, il le savait. Pourtant, l'envie de changer ne pointait même pas ne serait-ce que le bout de son nez, et de toute façon, il s'en sentait incapable. Il avait le sentiment que recommencer à s'apprêter lui rappellerait bien trop Aaron et la manie qu'il avait de tout faire pour lui plaire chaque jour d'avantage. Il regarda en silence les garçons entrer et prendre place autour de lui. Aucun d'eux n'étaient coutumier de ce genre de réunions. Le silence s'installa avant que les producteurs ne prennent de nouveau la parole. Le ton était doucereux et Louis eut la vague impression de se retrouver en face de gens totalement différents.

"Les garçons, nous avons une grande nouvelle pour vous tous !
- C'est a propos de Louis ?
- Quoi ? Non, bien sûr que non pourquoi cette question ?
- Je sais pas peut-être parce que ça fait 30 minutes qu'il est là et qu'on attend dehors. Paul, je croyais que ces mecs n'avaient pas à nous parler, que c'était toi qui gérais.
- Calme toi, Harry, tout va bien, pour Louis et pour vous.
- C'est vrai qu'il y a l'air d'avoir une ambiance des plus réjouissantes."

Il était rare que Liam prenne la parole, surtout avec ce genre de ton et devant les producteurs. Il avait même parfois du mal à parler avec Paul qu'ils voyaient tous les jours. Mais il sentait que quelque chose n'allait pas et depuis quelques temps, il avait remarqué les regards désolés de leur manager sur Louis, et il avait relevé les messe-basses qu'il échangeait avec certains membres du staff. Il ne permettrait pas que l'un d'eux soit mis à l'écart, quelle qu'en soit la raison. Louis n'allait pas bien, raison de plus pour l'aider et faire de leur mieux pour tenter de lui redonner le sourire. Ce n'était pas facile tous les jours, et bien des fois, il était rentré de son "tour de garde" complétement déprimé avec l'envie de pleurer qui lui broyait le ventre. Mais pas une seule seconde il n'avait songé à baisser les bras et prenait la place de Niall ou Zayn quand ils étaient épuisés.

"Écoutez, arrêtez vos réflexions désagréables. Je ne sais pas ce qu'il vous prend, à tous, mais j'ai l'impression que le comportement de Louis est en train de déteindre sur vous. Maintenant vous vous taisez et vous écoutez ce qu'on a à vous dire."

Les cinq garçons clignèrent des yeux, surpris par le ton du producteur. Ils avaient du mal à croire que cet homme qu'ils ne connaissaient finalement pas se permette de leur parler de cette façon. Mais ils devaient obéir. S'ils voulaient garder le minimum de liberté qu'on leur accordait sur leur musique, ils se devaient de faire profil bas. Ils se turent et attendirent.

"On a eu une idée, dites nous ce que vous en pensez..."

Le regard noir que leur lancèrent les One Direction leur fit comprendre qu'ils n'avaient certainement pas tourné leur phrase de la meilleure façon possible.

"Bon. On voudrait vous envoyer en tournée aux États-Unis.
- Comme ça là, sans préparation ?
- Vous aurez quelques semaines pour vous retourner.
- Mais vous pensez vraiment que ça va marcher ? Vous n'allez pas faire de promo avant ?
- On fait confiance à votre fan-base là-bas. Ce sera un peu la tournée surprise avant les fêtes de fin d'année.
- Ah oui, carrément ! Aussi rapidement que ça !
- Probablement dans une quinzaine de jours, oui.
- Vous êtes conscients du fait qu'on a besoin de travailler pour préparer ce genre de choses ? Et qu'on est en plein dans l'enregistrement d'un album, accessoirement... ?
- Vous pensez que c'est conseillé pour Louis de voyager comme ça ?"

Tous les regards se tournèrent vers Niall, qui n'avait rien dit depuis le début. Il avait raison, chacun le savait. Il se rongea un ongle et les regarda sans broncher.

"Quoi ? C'est vrai, non ?
- Ça va aller Niall, je prendrai sur moi... Si ça peut permettre aux gens d'oublier... enfin bref, ça ira.
- Merci Louis, excellent esprit !
- C'est ça. Bon, c'est tout ? On peut y aller ?"

Ils hésitèrent un instant, puis hochèrent la tête en signe d'approbation. Les garçons se levèrent d'un même mouvement. Ils sortirent et silence de la pièce et personne ne parla jusqu'à ce qu'ils soient monté dans le taxi qui devait les ramener chez eux. Louis regardait ostensiblement par la fenêtre, coupé à toute conversation. Niall fit le geste à Zayn de se lever et ils échangèrent de place. Louis ne releva même pas la tête quand Niall s'assit en face de lui. Il posa ses mains sur ses genoux et son ami posa un regard las sur lui, tentant un pâle sourire.

"Lou, qu'est-ce qu'ils t'ont dit ?
- Rien de grave Niall, ils voulaient savoir si je me sentait d'attaque pour la tournée, enfin tu sais, tout ça.
- À d'autres."

Louis posa un regard implorant sur Harry. Il ne voulait pas parler de ce qui s'était passé et il espérait juste que ses amis fassent au moins semblant de le croire sur ce coup là. Harry leva les yeux au ciel et se détourna.

"Enfin, bref, vous inquiétez pas okay. On n'a qu'à aller chez moi, ça vous dirait ? On pourrait peut-être écrire une chanson, ou juste regarder un film. Enfin, c'est vous qui voyez...
- Excellente idée, ça nous changera un peu."

Zayn indiqua l'adresse au chauffeur qui bifurqua et pris la direction de l'appartement de Louis. Ce dernier reposa son front contre la vitre et ferma les yeux. Cette journée avait été bien plus éprouvante que prévu. Il aurait aimé en parler aux garçons mais cela risquait de rendre les choses encore plus problématiques. Il savait Harry capable de se précipiter dans le bureau de Paul et de lui mettre une droite. Il valait sans doute mieux pour tout le monde qu'il garde pour lui ce qui s'était dit.

La soirée se déroula sans accros. Ils tentèrent en vain d'écrire une chanson qui s'avéra être d'avantage une ode à la bêtise de Niall Horan mais cela eu le mérite de les faire rire et oublier. Ils restèrent éveillés jusque tard dans la nuit et aucun d'entre eux n'avaient envie de partir. Ils étaient affalés sur les canapés et gardaient le silence. Louis apprécia cet instant de calme en leur compagnie. Une sorte de trêve avant cette tournée qui allait commencer et qui l'angoissait déjà. Il n'était pas sûr d'être prêt, mais il savait que c'était simplement une manière de le tester. Après ce qu'il avait entendu aujourd'hui, il ne doutait pas que le moindre faux-pas puisse le sortir de cette aventure incroyable et qu'ils trouveraient toujours le moyen de lui faire porter le chapeau aux yeux des médias. Il devait être à la hauteur mais avait perdu toute confiance en lui. Le regard des autres n'avaient pas compté jusque là, mais c'était sa carrière qui était en jeu. Il savait qu'il devait rester dans le moule et avait déjà pris pas mal de libertés de ce côté là. Son coming-out était passé, sa cure un peu moins. S'il devait de nouveau sombrer, il savait qu'on ne lui pardonnerait pas. Il devait aussi se méfier des critiques concernant Harry. Les rumeurs qui les concernaient n'était pas du goût des producteurs et il savait qu'ils prenaient soin d'écarter l'éventualité qu'ils puissent former un couple. L'idée que deux des cinq membres des One Direction puissent se mettre un jour ensemble semblaient les effrayer. Mais de quoi avait-il envie, lui ? Ses yeux se posèrent sur Harry qui somnolait à côté de lui. Niall s'était endormi sur l'épaule de Zayn qui avait lui aussi les yeux fermés. En face, Liam ronflait dans son fauteuil. Louis sourit. Il les aimait tellement fort, tous les quatre. Il secoua doucement Harry qui releva la tête vers lui.

"Viens, on monte se coucher.
- On laisse les autres ici ?
- Oui, ils ont l'air d'avoir trouvé leurs aises. Viens je t'ai dit."

Harry le suivit en traînant des pieds. Dans la chambre, il se déshabilla et se glissa sous les draps. Louis le rejoignit et se blottit contre son dos, une main posée sur son ventre. Il se sentait à l'abri de tout. Protégé, en sécurité, loin des jugements et des manipulations dirigées par l'argent. Il se sentait bien lorsque Harry dormait avec lui. Son ami avait l'intelligence de ne rien exiger de lui et de laisser les choses se faire. Ça lui faisait un bien fou qu'on ne lui demande rien en retour. Il colla ses jambes à celles de Harry et calqua sa respiration à la sienne. Bientôt tout irait plus vite, ils n'auraient plus le temps de profiter l'un de l'autre, plus le temps de se retrouver comme ça, dans le silence d'une chambre à coucher. Il n'aurait pas même le temps d'essayer de se reconstruire, le rythme effréné des tournées ne leur accordant que quelques heures qu'ils passaient souvent à dormir. Il se serra encore d'avantage contre son ami qui soupira d'aise.

Ils se réveillèrent dans la même position le lendemain matin. Une bonne odeur de café montait jusqu'à la chambre et Louis sourit. Il secoua doucement son ami qui grogna.

"Viens, marmotte, les autres sont déjà levés.
- Hmmph garmph...
- Quoi ?
- J'ai sommeil, laisse moi...
- Dans tes rêves, allez debout qu'on profite un peu de cette journée."

Pour la première fois depuis des semaines, Louis avait envie de se lever, de sortir avec ses amis, de rire, de marcher dans le soleil de septembre. Il ne s'était pas réveillé avec cette boule au ventre qui faisait partie de son quotidien depuis sa rupture avec Aaron. Il entendait Zayn rire et Niall râler dans la cuisine. Il avait envie de les rejoindre, mais il voulait que Harry descende avec lui. Il poussa son ami qui finit par tomber du lit et se releva, paniqué, les yeux exorbités.

"Quoi ?! Hé ! Connard !
- Allez viens, on se lève.
- Tu fais chier Louis...
- Harry soit gentil, j'ai juste envie de vous avoir tous avec moi."

Harry releva la tête et réalisa que c'était à lui de sortir son ami du lit habituellement. Il sourit et hôcha la tête.

"Très bien, vos désirs sont des ordres votre majesté !"

Ils dévalèrent les marches quatre à quatre et firent irruption dans la cuisine, ravis.

"Tiens, bonjour les amoureux."

La remarque de Zayn fit monter le rouge aux joues de Louis qui gloussa. Il se sentait incroyablement bien, c'était presque inédit pour lui. Peut-être que cette tournée lui ferait le plus grand bien en fin de compte.

avatar
Sniezde (admin)
Admin

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2012

http://larrystylinsonfanfic.frbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum